Les magnétiseurs nous guérissent-ils ?

Certaines de mes patientes souhaitent consulter leur magnétiseur avant d’accepter des soins de médecine traditionnelle.

Il y a quinze ans de cela, j’ai dépisté une verrue du col de l’utérus, moyennement agressive, chez une patiente de 50 ans.

Je lui ai proposé de la confier à un très bon chirurgien gynécologique afin qu’il pratique le retrait de cette verrue par laser. Ma patiente a refusé en me disant qu’elle souhaitait se faire soigner par son magnétiseur. J’étais bien contrariée mais j’ai accepté sa décision en la priant de revenir me consulter dans 6 mois afin de refaire les frottis et de vérifier la disparition (ou non )de la verrue.

Je savais que cette verrue n’aurait pas le temps de se transformer en cancer en six mois de temps mais elle pouvait s’aggraver, et de verrue dysplasique moyenne, passer à sévère et là, la solution n’est plus le retrait de la verrue et de sa « racine » par laser mais l’ablation de l’utérus dans sa totalité !

J’ai exposé les risques d’une aggravation possible à ma patiente mais elle n’a pas changé d’avis, elle voulait se faire soigner par son magnétiseur.

J’ai passé 6 mois dans le doute, à me demander si j’avais bien fait de laisser ma patiente libre de choisir ses soins et surtout n’y avait-il pas un risque qu’elle ne revienne pas se faire contrôler ? N’aurais-je pas dû taper du poing sur la table et l’obliger à aller se faire soigner chirurgicalement ?

Six mois plus tard, ma patiente était à mon cabinet comme promis : j’ai réalisé le frottis qui a été adressé au confrère qui avait fait le premier diagnostic.

Les résultats ont montré une totale négativation de l’infection : plus aucune trace de la moindre verrue, le frottis était normal !

A chacune de ses visites de routine, ma patiente me dit combien elle a apprécié la façon dont je l’ai laissée libre de choisir son option thérapeutique et mon absence totale de jugement de valeur !

Il y a trois explications possibles à la  disparition de ce condylome dysplasique

                 La régression s’est faite spontanément ( c’est rare chez la femme âgée, mais pas impossible)

                 Il n’y avait pas de condylome, mon collègue ayant confondu une souffrance cellulaire intense liée à la carence oestrogénique d’avec des altérations cellulaires causées par une infection par le papilloma virus.

                 Les « soins « prodigués par le magnétiseur ont été couronnés de succès

 J’ai reçu, il y a six mois, une patiente de 25 ans chez qui j’ai diagnostiqué un condylome (simple verrue) du col de l’utérus. Elle a souhaité se faire soigner par un magnétiseur et je l’ai revue il y a une semaine : verdict : disparition du condylome !

Ces deux « succès » m’interpellent. La colposcopie (examen à la loupe du col pour authentifier le condylome révélé par le frottis) est l’examen que je prescris à chaque diagnostic de condylome. C’est un examen que seuls quelques spécialistes réalisent et, dans ma région, il faut deux mois de délai pour obtenir un rendez-vous. Ne pourrais-je pas inciter mes patientes à avoir recours à un magnétiseur dans cet intervalle ? Ce n’est pas une prescription courante, j’en suis consciente, mais le passage par le magnétiseur ne peut pas être nocif. Si le résultat est une colposcopie négative, c’est tout bénéfice pour ma patiente. Si le résultat est la confirmation de la verrue avec soins au laser et bien, on se retrouve à la case départ.

Beaucoup de mamans refusent de faire vacciner leurs filles par le vaccin GARDASIL car elles estiment que ce vaccin, censé protéger du papilloma virus responsable des verrues génitales, n’est peut-être pas dénué d’effets secondaires.

Or, elles ont une totale confiance en leur guérisseur pour faire disparaître les verrues plantaires. Puisque les verrues génitales proviennent de papilloma virus cousins de ceux qui donnent les verrues palmaires et plantaires, il n’y a aucune raison de ne pas faire appel au magnétiseur pour faire disparaitre des verrues génitales que je pourrais diagnostiquer. C’est un raisonnement qui se tient.

D’autant que cette vaccination par le Gardasil n’est efficace qu’à 70% !

Faut-il vacciner son enfant avec des risques exceptionnels mais pas nuls de complications neurologiques alors qu’un frottis annuel protège à 100 % contre la cancer du col de l’utérus et ce en toute innocuité !

Je vous parlerai, dans mon prochain billet, des frottis et de leur intérêt capital dans la prévention du cancer du col : je le répète, la réalisation d’un frottis annuel vous protège d’un cancer bien plus efficacement qu’une vaccination !

10 commentaires sur “Les magnétiseurs nous guérissent-ils ?

  1. Voici mon expérience :

    Il y a exactement dix ans, j’avais des verrues aux visages dont je n’arrivais pas à me débarrasser, je voyais un dermatologue deux fois par semaines qui les « brulaient » à l’azote. Je me sentais défiguré et désespéré car elles semblaient là pour toujours.

    Finalement mon ami de l’époque a proposé de m’emmener voir un magnétiseur. J’étais très sceptique, j’étais athée, pas spirituel mais prêt à tout. Après une séance d’une vingtaine de minutes, le guérisseur m’a dit que mes verrues seraient parti en moins de trois semaines et je vous laisse deviner la suite … quinze jours plus tard il n’y avait plus rien.

    Aujourd’hui mon expérience de vie m’amène à être plus agnostique qu’athée. Depuis maintenant des mois j’essaie de faire partir des condylomes qui m’embête depuis des mois en badigeonnant de l’imiquimod tous les deux jours. C’est non seulement un traitement très agressif mais aussi très contraignant et en l’occurrence pas très efficace sur moi cette fois.
    La semaine dernière, soudain j’ai eu comme un flash : pourquoi ne contactes-tu pas ton magnétiseur ?

    J’étais déjà convaincu que ça allait marcher mais votre texte me conforte dans cette idée.
    Qu’on n’y croit ou pas, ça n’a pas d’importance pour ceux qui ont vus de leur propres yeux. La science est fantastique mais quand elle devient un dogme qui enferme votre esprit dans un schéma de pensées dépourvu d’alternative, elle devient aussi dangereuse que toutes les religions.

    Si j’y pense je reviendrai vous faire un petit coucou quand mes condylomes auront disparu 😉

    J'aime

  2. Bonjour
    Je reviens vers vous car l’an dernier on m’a diagnostiquée une dysplasie de haut grade. Je vous avais alors posé des questions sur les magnétiseurs et la possibilité de soigner cela avec des méthodes alternatives. En effet, je n’étais pas favorable à la conisation puisque je vous disais avoir lu des témoignages de femmes ayant subi cette intervention et qui avaient encore des cellules précancéreuses. Aussi, je n’ai plus de rapports sexuels depuis environ 4 ans.

    L’an dernier j’ai donc fait appel à un magnétiseur 2 fois. Pour ma part, il m’a reçu longuement les 2 fois. Il posait des questions sur la santé (soins, traitement, hygiène de vie) et situation globale (privée et professionnelle). Ensuite il ne fait que passer ses mains au dessus de certaines zones du corps ou les pose sur d’autres zones du corps. Il consulte aussi à distance. C’est assez déroutant car vous ressentez des sensations qu’il vous touche ou non. Pour ma part j’ai ressenti du chaud, du froid, comme de l’électricité qui traversait mon corps à certains endroits, de la douleur à d’autres endroits, etc. Il pouvait avoir sa main au niveau de mes pieds mais je ressentais quelque chose au niveau de la mâchoire… Bref, je crois que c’est une expérience propre à chacun. Il faut la vivre pour comprendre. J’étais fatiguée à la fin des séances alors que je ne faisais pourtant rien d’autre que rester allongée.

    Egalement, j’ai trouvé sur un site la recette d’une synergie à base d’huile essentielle à appliquer pendant plusieurs mois. Cette synergie a pour but de renforcer les défenses immunitaires du vagin. J’ai vu le magnétiseur 2 fois durant l’été, et depuis fin août 2018, j’applique la synergie sur un tampon que j’introduis dans le vagin (acte effectué tous les jours depuis fin août. C’est un budget et un acte assez contraignant je vous l’accorde). Néanmoins, je vous informe qu’entre le diagnostic de mai-juin 2018 et les derniers examens réalisés (février 2019), il m’a été annoncée que je n’avais plus rien. Le frottis indiquait que les résultats ne permettaient pas de dire s’il y avait une dysplasie. J’ai donc refait une colposcopie. Conclusion:Remaniement métaplasique immature jonctionnel non dysplasique.

    J’attends encore le retour de ma gynécologue pour connaître la suite. Est-ce qu’on estime que je suis toujours à risque et que je devrais faire un frottis tous les ans? Est-ce qu’elle remettra en cause les résultats, car lors du prélèvement elle disait avoir vu plusieurs anomalies au niveau du col? Si vous avez un avis sur ces questions…
    Cordialement

    J'aime

  3. bonjour toujours en questionnement sur le vaccin gardasil pour ma fille de 12 ans je vosi que vous avez mis un lien mais il ne s ouvre pas « Beaucoup de mamans refusent de faire vacciner leurs filles par le vaccin GARDASIL car elles estiment que ce vaccin, censé protéger du papilloma virus responsable des verrues génitales, n’est peut-être pas dénué d’effets secondaires. » « Faut-il vacciner son enfant avec des risques exceptionnels mais pas nuls de complications neurologiques »
    quelles sont ces complications neurologiques ??? doit on vraiment faire le vaccin surtout que j ai un crhon une spa que mes filles pourraient developper ? pour ou contre ce vaccin ?

    J'aime

    1. heureusement on a 10 ans de recul maintenant et l’Australie comme la Grande Bretagne ont vacciné 85% des ados filles comme garçons ….et pas de surcroît de maladie neurologique donc le vaccin est fiable ludie

      J'aime

  4. Bonjour,

    J’ai eu le vaccin du gardasil à l’âge de 13 ans. Toutes mes sérologies et tests IST sont négatifs. Avez déjà eu des patientes développant des dysplasies ou cancer du col qui ont été vaccinés ? Je me pose la question de son efficacité, sachant que j’ai déjà eu des rapports non proteges .. il me semble que le virus passe à travers les préservatifs ?

    Merci pour votre réponse

    J'aime

      1. De plus, j’ai été traité il y a 2 ans par chimiothérapie pour un lymphome pendant 3 mois (chimio la moins agressive), pensez vous que cela peut avoir réduit l’efficacité de l’ensemble des mes vaccins dont le gardasil? (Le médecin ne m’a jamais redemandé de faire un rappel des vaccins après le traitement donc je suppose que non)

        Merci
        Bonne journée

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s