Quand ça démange et que ce n’est pas une infection

Il existe une cause très fréquente de démangeaisons vulvaires : l’eczéma.

Notre peau est en contact avec de nombreux produits allergisants : savons parfumés, protège slips, serviettes hygiéniques parfumées, papier toilette, adoucissants. mais aussi sous vêtements synthétiques, caleçons en lycra, pantalons en élasthane.

Lorsque nous restons assises des heures durant, la vulve peut souffrir : nos pertes blanches collent à la peau, on sue et la sueur aggrave la macération. Arrivent alors les démangeaisons qui peuvent être violentes, on se gratterait jusqu’au sang.

Si nous prenons ces démangeaisons pour une mycose et qu’on applique une crème antifungique, le remède est pire que le mal. La vulve brûle, la peau desquame.

Ce n’est pas évident de faire soi même le diagnostic différentiel (le différentiel, dirait le Dr House) entre eczéma et mycose car si la mycose démange, c’est que vous faites une allergie à la candidine libérée par le champignon candida albicans. Il existe une grande intrication entre terrain allergique et prurit mycosique.

En consultation, on fait le diagnostic par le prélèvement vaginal qui revient stérile en cas d’eczéma  et par l’observation de lésions vulvaires caractéristiques de l’eczéma : des points rouges et de toutes petites bulles. On évoque aussi le diagnostic d’allergie….quand le traitement anti fungique auto prescrit n’est d’aucune efficacité, voire même aggrave les brûlures !

Le traitement est simple : nettoyer avec un produit désinfectant comme la Bétadine mousseuse (flacon rouge) puis appliquer une crème à la cortisone comme LOCOÏD . Lorsqu’il existe une mycose associée à un eczéma, je prescris deux crèmes : une à la cortisone ( BETNEVAL) et une antifungique ( FAZOL) et je dis à ma patiente de mettre une noisette de chaque crème dans le creux de la main et de l’appliquer matin et soir sur la vulve 6 jours de suite. Lorsque le pharmacien prépare ce mélange, les produits ne sont plus remboursés.

Le traitement est très vite efficace mais, si la cause de l’eczéma n’est pas trouvée, les démangeaisons reprendront. Il faut lister, avec la patiente, tous les produits  qu’elle utilise (savons, lessive, serviettes hygiéniques) et les vêtements qu’elle porte (strings, pantalons moulants).

Il est indispensable de bien faire comprendre à la patiente qu’il est nécessaire d’utiliser un savon anti allergique ( Saugella bleu, dermopain Klorane à la mauve, gel Aderma, savon d’Alep), des serviettes hygiéniques en coton ( cotton touch de Saugella), de porter des slips en coton pur (et pas uniquement fond coton) et  sans protège-slips (ou alors en coton ) et des vêtements larges (pas de caleçon, de leggins, de jean trop ajusté) et en fibres naturelles.

Lorsque les produits allergisants sont mis de côté, il existe une véritable amélioration de la vie de la patiente. Cependant, il peut survenir des crises d’eczéma vulvaire lors d’un stress par exemple, mais la patiente a toujours une crème appropriée sous la main pour réaliser son traitement sans attendre la consultation.

Il existe une variante très fréquente de l’eczéma vulvaire : l’eczéma anal qui donne un prurit qui s’aggrave sous crème anti hémorroïdaire. Cet eczéma survient exclusivement au stress. Bien sûr, il peut être aggravé par le port de pantalons serrés mais l’étiologie majeure est le stress, aussi, le diagnostic fait, faut -il recommander l’usage, à la demande, d’une pommade à la cortisone (Nerisone, Locoïd)  à utiliser deux à trois jours, deux fois par jour. La patiente doit toujours avoir un tube d’avance dans sa pharmacie.

Une troisième cause de prurit vulvaire non infectieux est la sécheresse vaginale qu’elle soit post ménopausique ou liée à une pathologie thyroïdienne. J’ai déjà traité dans un précédent billet des produits adaptés pour y remédier : crèmes hormonales mais aussi gélules d’omega 3. Il faut se méfier des crèmes hormonales et ne jamais les prescrire si on soupçonne une origine mycosique ou allergique au prurit. Lorsque l’on hésite, il vaut mieux préconiser du Monasens ou une crème douceur Saugella en attendant les résultats des prélèvements.

La dernière raison qui peut expliquer un prurit vulvaire est le lichen scléro atrophique dont j’ai déjà parlé. Le diagnostic se fait par l’observation de la vulve : le LSA modifie l’anatomie de l’orifice vulvaire qui se rétrécit, se durcit, devient scléreux. Les petites lèvres diminuent de volume et blanchissent jusqu’à avoir un aspect nacré. Le traitement est une application fréquente de crème corticoïde en alternance avec un baume surgras (baume Lipicar)

Conclusion : parfois, la cause d’un prurit vulvaire est évidente et les soins vite efficaces mais souvent, le diagnostic n’est pas facile et il faut plusieurs consultations et quelques erreurs thérapeutiques pour trouver la bonne étiologie et donc le bon traitement qui soulagera, enfin, la patiente.

108 commentaires sur “Quand ça démange et que ce n’est pas une infection

    1. orofluco c’est orofluco ou alors sa copie beagyne ou alors 3 cp de triflucan 50
      allez voir votre généraliste, il connait peut être le traitement internationalement reconnu de la mycose chronique ?
      il est plus dangereux de conduire sa voiture que de prendre un orofluco par semaine

      J'aime

  1. je ne sais pas ce qui se passe mais ce n’est pas une mycose vous vous êtes trompée de diagnostic sylvie vous avez une allergie à ???
    patientez avec des lavages au bicarbonate et si persistance dans 15 jours arrêtez antigone

    J'aime

  2. une allergie à la crème ashe votre médecin s’est trompé de diagnostic c’était une simple gène pas une mycose
    maintenant il va falloir patienter avec des bains de siège au bicarbonate que la peau cicatrise
    ne mettez aucune crème c’est une brûlure qui ne réclame que de l’air frais pour guérir et la prochaine fois exigez un pv avant tout tt intensif et décapant et utilisez cicatridine en vente libre pour vous soulagez en attendant le pv

    J'aime

  3. Bonjour
    Suite a un rapport sexuel normal, J’ai ressenti une douleur à la fourchette et depuis 3 jours des petites démangeaisons (un peu comme quand quelque chose cicatrise). Aujourd’hui, picotements et douleurs (Comme lorsqu’ on se taille) sur la vulve en urinant. Savez vous si l’on peut appliquer sur la vulve de l’amende douce pure (j’en ai) pour apaiser, S’il vous plaît?
    En vous remerciant
    Cordialement
    Caroline

    J'aime

  4. Merci beaucoup.
    Avez vous une idée de ce que pourrait être cette irritation ? Couple stable mais je prends luteran 5 mg qui m’asseche un peu les muqueuses. A 40 ans, Je n’ai pas de terrain de mycose ou autres. Par contre, une dermatite seborrheique au niveau du front, je ne sais pas si cela peut aussi se retrouver au niveau vulgaire?
    En vous remerciant vivement
    Cordialement
    Caroline
    En vous re

    J'aime

    1. bien sûr que la dermite peut se trouver au niveau de la vulve caroline ! je crois surtout que vous avez les muqueuses asséchées et que hydromega faite à base d’huile d’argousier riche en omega vous fera beaucoup de bien deux gélules par jour en vente libre plus des crèmes genre huile de coco ou aloe vera en local

      J'aime

  5. Bonjour, j’ai eu une mycose en Juillet, j’ai eu5 traitements dont 4 ovules différents (j’ai contaminé mon mari 1 fois au début ) mon dernier ovule c’etait il y a 1 mois econazole(enceinte de 2 mois) et fausse couche 6 jours après. Les symptômes reviennent picotements mais pas de démangeaisons. Rdv gynéco :elle me dit que ce n’est peut-être pas une mycose. Après 2 prélèvements qui n’ont rien trouvé. Mes symptômes :pertes blanches jaunes épaisses, inflammation vagin, crises de démengeaison surtout la nuit, picotement en journée. Nouveau traitement : diprosone 1 fois par jour pendant 21 jours puis diminué. Changement de gel lavant. J’en suis à mon 4ème jour réduction des démangeaisons. Mais je dois me masser à l’intérieur de l’entrée du vagin?
    1- Pensez-vous que la fausse couche à pu être à cause de econazole?
    2- Est ce que utiliser diprosone peut réduire la fertilité ?
    3- J’aimerais avoir un 2ème enfant je ne sais pas comment me sortir de ça?
    Merci pour votre réponse

    J'aime

    1. 1 non
      2 non
      3 faites votre bb sous omega 3 ( hydromega ) deux gélules par jour cicatrine ovules et crème ou saforelle creme ou huile de coco bio Vous n’avez qu’une acidité vaginale gênante mais bien banale liée au stress sylvia La cortisone ne se met pas dans le vagin Lavez vous au bicarbonate ‘(regardez sur le net )

      J'aime

  6. Bonjour et merci pour ce blog

    Depuis 2 mois j’ai des démangeaisons (sans mycoses à priori) elles sont très répandues, pli interfessiers, grandes lèvres, petites lèvres, anus et parfois brûlures à l’entrée du vagin. Ça me réveille la nuit et je ne supporte plus mes culottes même 100 % coton. Les élastiques me gênent
    Toute cette zone est hypersensible. Pourtant je n’ai pas de rougeurs particulières… C’est comme si il n’y avait rien… J’ai peur d’une vulvodynie… Je vis un véritable cauchemar… Je ne sais plus comment m’habiller, je passe mon temps à repositionner ma culotte je n’en peux plus. Chez moi je porte un jogging large et pas de culotte mais impossible au travail…
    Je met de l’huile de coco avec de he de tea tree très très dilué. Ça ne fait rien. Ça apaise peut être un peu.

    Que puis je faire ?

    Merci bcp

    J'aime

    1. il s’agit d’une vulvodynie effectivement et je ne sais pas comment la soigner xxx Elle est liée aux frottements , aucune crème n’y changera rien
      il faut hydrater la peau de l’intérieur par des oméga 3 , arrêter toute contraception et ne porter que du large ….et consulter un spécialiste de la névralgie pudendale ou un grand professeur chef du CHU service gynéco

      J'aime

  7. Bonjour,
    Depuis environ une semaine j’ai des démangeaisons au niveau de l’entrée du vagin, avec maintenant des sensations de brûlures, et depuis deux jours j’ai aussi remarqué la présence de gros boutons rouges dans cette zone. La crème cicalfate me soulage un peu pendant quelques heures.
    Il y a environ 3 semaines (deux semaines avant les démangeaisons donc) j’ai eu un rapport sexuel après une longue période sans en avoir eu, ou la personne a enlevé le préservatif sans que je le remarque. Nous avons donc eu un rapport non protégé pendant environ une minute. Je pense que cette information pourrait être utile et avoir un lien.
    Je n’ai pas pu aller consulter depuis le début des symptômes, de plus je suis à l’étranger… Qu’est ce que cela pourrait être? Merci beaucoup

    J'aime

  8. Bonjour. Je souffre depuis plusieurs années de demangeaisons vulvaires qui m empoisonnent la vie. La journée je n’ai rien et dès que je me couche ça commence… J’ai vu plusieurs fois ma gynécologue pour ce problème. Elle me fait des pv qui reviennent toujours négatifs et effectivement pour avoir souvent fait des mycoses, je sais que là, ça n’en est pas.
    Je me lave au savon doux, mets des culottes en coton,…
    Je ne sais plus quoi faire…
    Le matin, mon drap est couvert de petites peaux sèches tellement je me suis grattée dans la nuit.
    J’ai des lésions de grattage de la vulve jusqu’à l’anus.
    Je ne sais plus vers qui me tourner. Merci de votre réponse, j’espère tellement guérir de ces demangeaisons…

    J'aime

    1. vous souffrez d’eczéma per
      donc aerius un cp trois mois et surtout hydromega deux gélules per os par jour en non stop pour hydrater les muqueuses
      interdiction de tout protège slip et de tout pantalon moulant sinon vous ne guérirez jamais vous êtes allergique à la chaleur produite par les nouveaux textiles synthétiques moulants

      J'aime

  9. changez de pilule passez à antigone non stop c’est une pilule antimycose , hydratez la vulve avec deux gélules d’hydromega par jour , lavages au saforelle ou au savon au lait d’ânesse , femibion deux par jour trois mois puisque votre gynéco ne vous autorise pas le tt de la mycose chronique pourtant mentionné dans les revues scientifiques

    J'aime

  10. Bonjour madame,

    Je me suis rasée le pubis il y a maintenant un mois et demi. Au début de la repousse, les poils me piquaient et irritaient ma peau. Je ne me suis pas inquiétée. Mais, plus d’un mois après la repousse, ils irritent toujours ma vulve au niveau de la peau. Il n’y a aucune rougeurs mais l’application de lubrifiant me brûle et mes poils me piquent. Est-ce possible que les poils restent piquants aussi longtemps ? Je n’ai aucun autre symptôme … Et les docteurs ne savent pas quoi me répondre.

    Merci d’avance,

    Léna

    J'aime

  11. Bonjour
    Je souffre depuis des années de démangeaisons vulvaires et anales mais seulement d’un côté, tout particulièrement le matin. J’ai consulté maintes fois , fait des analyses sans résultats . Mon dernier partenaire s’est plaint d’irritations et douleurs, son médecin a évoqué un Chlamydia mais mon gynécologue ne trouve rien . Il m’a donné de la cicatridine et du monazol 10 jrs, cela ne change rien . Econazol ne m’a rien fait non plus . En ce moment c’est même pire , et j’ai découvert ce matin une sorte de belle bulle d’eau , genre verrue entre vulve et anus …. j’ai décidé de remettre du diprosone , seul chose qui me soulage… je n’en peux plus
    Merci 🙏🏻 pour votre aide

    J'aime

    1. je ne peux pas vous aider ne pouvant vous examiner scalpa mais sachez qu’il existe des mycoses uniquement vulvaires qui ne se dépistent pas au pv mais guérissent au bout de six mois de triflucan un par dimanche jamais par crème ni ovules . Vous faites aussi de l’eczéma ‘ diprosone ne soulage jamais les mycoses mais soulagent les eczémas . Vous pouvez faire les deux eczéma et mycose , seule la mycose se donne au partenaire donc je pense que vous avez les deux Elteans en vente libre deux par jour tous les jours six mois un an vient à bout de l’eczéma à condition de bannir pantalons moulants, protège slips ….et de ne vivre que dans du coton scalpa

      J'aime

  12. Bonjour Docteur,

    Depuis la fin de mes règles, j’ai une irritation à l’entrée du vagin (qui est rouge et gonflé) comme quand j’avais eu une allergie avec Gydrelle…
    Pas de démangeaison, pas de perte mais une gêne type irritation/brûlure à l’entrée du vagin

    Par le passé, il m’est arrivé d’avoir des irritations après les règles, je mettais Geliofil pendant 3/4 jours et ça passait

    Mais là je n’ose pas vu que c’est rouge et gonflé…

    J’ai mis 1 ovule Cicatridine il y a 2jours, me suis lavé avec Saforelle, et mis Monasens pour hydrater.

    J’utilise toujours Saugella serviette et protège slip (mais j’en ai gardé 1 toute la journée en fin de règles, est ce que ça a irrité?) et slips coton, vêtements coton…et je prends 2 Hydravéa tous les jours pour hydrater (46ans préménopause et sècheresse)

    Dois je me laver avec Saforelle ou Cytéal? et mettre Cicalfate ou Monasens , ou ovules Cicatridine?

    J'aime

      1. Très bien.

        Mais quelle différence entre les serviettes en coton Saugella jetables , et les serviettes lavables ?

        Pour les serviettes lavables , on peut les laver à 40° ou doit on monter à 60°?

        J'aime

  13. Bonjour,
    Je souffre de démangeaison vulvaire depuis plus d’un an et demi , du à de la sécheresse causée par mon ancienne pilule et mycose soigné par de l’automedication Trop fréquente.
    A ce jour , plus de mycose mais prurit vulvaire qui continue et souvent du prurit de « stress » , j’ai eu pris des gélules d’onagre et de bourrache qui on plutôt bien fonctionner et bien sur je ne supporte tjr pas les pantalons et aucune application de crème au niveau vulvaire . Étant enceinte , prurit de « stress » revenu et je ne sais pas trop comment soulager cela car étant enceinte bcp de chose de ne sont pas conseiller . Si vous avez un ou plusieurs conseils à me donner je suis preneuse .
    Merci à vous .
    Jojo

    J'aime

    1. l’huile de coco est possible et surtout surtout les omega 3 per os elteans 2 à 4 par jour plus INTERDICTION de pantalons . La vulve d’une femme enceinte se modifie et il lui faut du LARGE et du COTON pur pas des tissus élastiqués comportant des substances nocives quasi cancérigènes et dans les tissus et dans leurs teintures jojo

      J'aime

  14. bonlour, a 54 ans après quelques mois d arret de lutényl, j ai a nouveau des règles, irrégulières, des fois juste un jour, mais surtout, j ai il me semble des mycoses qui reviennent chaque fois, j ai fais un auto test hydralin qui me dit pas d infection, les démangeaisons et picotement sont terribles ! ( un peu de pertes épaisses ) , là depuis une dizaine de jour ou ça a commencé, j ai mis 2 ovules a trois jours d intervalle, plus la cème associée, au premier ovule, j ai ressenti un soulagement, puis le soir ou j ai mis le second, le lendemain matin, j ai une une journée de règles intense, l ovule a du partir trop vite, pendant cette journée pas de démangeaisons, puis dès le lendemain, cela remet ça, c est très rouge de l entrée du vagin au clitoris ( aie, aie !!!) , mais plus de pertes, dois- remettre des ovules, ça serait le troisième; sans cela en attendant mon rendez -vous gynéco dans un mois….que puis – je mettre pour atténuer, car c est vraiment inssuportable ! j ai dans ma pharmacie un tube de locapred crème 0,1 pourcent, ou cicatridine, ou je remets le lait pévaryl ou autre choses? merci de m aider, bonne soirée à vous !

    J'aime

    1. vous faites une allergie à votre propres pertes hormonales hélène . Inutile de remettre un antifungique . Utilisez un peu de locapred et réclamez d’être sous cerazette jusqu’à la vraie ménopause qui se caractérise par un taux de FSH à 100 afin de retrouver du confort vaginal et vulvaire , je n’ai pas d’autre solution à vous proposer

      J'aime

      1. merci miss frottis, par hasard, le colprone aurait- il le meme effet, car j en ai quelques boites que je n avais pas osé prendre ( peur des méningiomes ), un comprimé par jour suffirait -il ? encore merci pour votre aide, mais si vous pensez que cérazette est mieux , j attendrais un peu…..

        J'aime

  15. Bonsoir Missfrotis,

    J’ai pris depuis décembre plusieurs antiobio de suite dont 2 en meme temps pour les derniers debut janvier. Lors de la dernière prise, j’ai eu une mycose vaginale traitée par ECONAZOLE Ovule et creme. Cela s’étant calmé au bout d’une semaine, j’ai tout arreté et depuis mardi cela est revenu en pire. Je continue les probiotiques oraux et le Dr m’a donné ce jour orofluco et creme Lomexin, cela me brule énormément qd je la mets. j’ai les lèvres gonflées et l’entrée du vagin aussi, rouges qui démangent bcp pire la nuit et une petite coupure.

    Pensez vous que le traitement est correct ?

    Merci à vous

    J'aime

  16. Bonjour
    Une amie est porteuse du papillonvirus 16 .elle est allée au wc chez moi.pzut on l attraper si on a été wc après elle ou si on touche les poignées de porte?
    Cela s attrape que par rapport ou est ce vrai que l’on peut l attraper a la piscine donc wc ?

    J'aime

  17. 1)Meme avec l utilisation de serviettes toilettes ?
    2)Donc ceux qui disent qu on peut attraper a la piscine ou sauna c faux?
    3 on peut attraper jusque quel âge?

    J'aime

  18. Bonjour,
    J ‘ai 49 ans en premenaupose et souvent des soucis de brulures a la miction a cause d une secheresse vaginale reccurente depuis 2 ans.
    J ‘ alterne entre cicatridine ovule , idracare, je prends des probiotiques et omegas 3 et saugella.
    Ma gyneco comprend mon desarrroi mais ne me propose rien de local en matiere d ‘ hormones..
    Depuis 2 jours j ai des irritations et picotements voir des lesions a l entree du vagin.
    Ce doit etre une mycose donc ayant tout ce qu il faut sous la main j’ ai mis un ovule d econazole.
    Est ce que j ai fait une erreur?
    Cela me gene encore plus.
    Puis je mettre pour me soulager du Geliofil?
    Parfois en tant que femme on ne sait plus quoi faire du coup dans la precipitation on se peut se tromper.
    Merci de votre reponse
    Cdt

    J'aime

    1. oui vous avez fait une grossière erreur faite par beaucoup : penser à mycose alors que le candida déteste les femmes ménopausées en manque d’estrogènes donc le produit , inadapté, vous irrite et c’est normal . Il ne faut plus rien faire que des bains de siège à l’eau bicarbonatée et séchage au séchoir froid plus culotte coton plus pas de pantalons . Et prenez RDV chez un dermato pour un autre avis . Vous pouvez utilisez de l’huile végétale bio de calendula plus 3 gouttes d’ HE de camomille pour vous apaiser en attendant le RDV . Voyez votre généraliste pour un tt local hormonal auquel vous avez droit evelyne

      J'aime

      1. Merci docteur.
        Effectivement j ai fait erreur.
        Ce jour cela va mieux, encore quelques irritations.
        Malheureusement pour ce soucis de secheresse ni ma gyneco ni mon medecin traitant sont favorables au traitement hormonal car je suis encore reglee.
        Malgrés tout ,ces desagrements me gache la vie et on m’ a bien preciser que  » je devais m estimer heureuse d’ avoir encore des regles contrairement a d ‘ autres femmes » . Aussi je ne sais plus vers qui me tourner.
        Merci pour vos conseils toujours bien avisés.
        Cdt.
        Evelyne

        J'aime

      2. evelyne il existe d’autres médecins qui pourraient mieux vous comprendre Ceci dit si vous utilisez des omegas 3 , si vous utilisez onagre et bourrache en gélules à avaler, si vous vous lavez avec des savons comme l’huile elteans, si vous vivez dans du coton, si vous n’utilisez comme crème apaisante que cicatridine , si vous vous soignez par homéopathie , vous diminuerez grandement vos irritations

        J'aime

  19. J’espère que cela m’aidera pour discuter avec les medecins… Voilà un an qu’on me soigne pour des mycoses qui reviennent et que ça me gratte même sans mycoses.
    Est-ce qu’une des causes citée en
    Correspond plus particulièrement a un cas d’absence de flore de doderlein malgré traitement probiotiques et prébiotique récurrents ? Est-ce que l’eczéma est quand même lié aux hormones, le grattage a un moment précis du cycle ?

    J'aime

  20. Bonjour madame,

    J’ai une névralgie pudendale. Depuis un mois, j’ai une douleur au toucher au niveau du clitoris qui ne fluctue pas. J’ai aussi des sensations de démangeaisons dans le bas ventre. Est-ce cela peut-être la nevralgie ? Ou faut il envisager un LSA ?

    Merci d’avance

    J'aime

  21. Bsr madame,
    Voila j’ai énormément de mycose vaginale en 1 an je dois en avoir au moins 2 par mois a chaque fois c’est horrible j’en ai tous les mois quasiment je ne sais plus quoi faire..
    J’ai même eu la gardnerella en deux fois dans le meme mois apres la mycose a force.. antibio flagyl etc..
    On ma donné du floregynal pour restauré ma flore je l’ai fait pendant 1 semaine, apres ma mycose, et surprise ! A la fin du traitement j’ai encore eu une mycose ..donc ovule terlomexin et creme.
    Ma question c’est est ce normal qu’a la fin de mes ovules floregynal je n’ai toujours pas mes règles a la date prévue j’ai deja 3jours de retard alors qu’elle sont réglé entre le 7 et le 9 tous les mois. Est ce que cet ovule peut décalé les regles ? Est ce normal aussi que pendant le traitement de se sentir mal ventre qui gargouille comme si on allait avoir des règles des colliques etc ? Est ce normal d’avoir autant de mycose a chaque fois ? Ca me pourri la vie c’est désagréable

    J'aime

    1. 1 florgynal ne décale pas les règles
      2 non
      3 non mais avez vous fait un pv à chaquye fois ? et avec recherche chlamydiae ?
      4 beagyne 1 cp tous les dimanches 9 mois et vous serez sauvée mina plus pilule à la progestérone ou régime anti candida ou femibion deux cp par jour non stop 9 mois et jamais jamais d’antibiotiques pour quoi que ce soit

      J'aime

      1. Nn on ma fait un pv une fois ou deux et ca disais flore complètement absente. Et il n’y a aucun ist rien du tout a part la gardnerella a chaque fois avec odeur des fois apres les mycoses .
        Du coup a chaque fois que j’ai un rapport la mycose revient immédiatement le lendemain même.
        Ca me gratte avec des perte comme du lait caillé
        Du coup on ma meme prescrit une ordonnance pour des ovules a mettre quand je ressens que ça revient a nouveau.
        Cela fait 8 ans que je suis comme ça cest depuis ma premiere Ist mycoplasmes ça a tout chambouler et je suis devenu comme ça. Meme les rapport protégés j’ai quand même des mycoses.
        Je suis également allergie aux tissus de mes sous-vêtements qui sont pourtant en coton si je ne porte pas un protege slip constamment ça me démange et fait une mycose a nouveau.
        Ensuite je fais des mycose aussi avec des lubrifiants.
        Au lessives également.
        Je ne sais plus quoi faire c’est insupportable je ne vis plus. Mon médecin ne m’aide pas vraiment car il me conseille tout le temps des probiotiques et ça me fait des effets secondaires comme je vous avez parler tout a lheure. vous me conseillez quoi svp ?

        Merci a vous.

        J'aime

  22. Bonjour Docteur,

    Juste un petit message pour vous remercier de m’avoir conseillé de passer aux serviettes lavables !
    Même les Saugella coton me faisaient des irritations en fin de règles.
    J’ai donc testé plusieurs marques Plim, Dans ma culotte, et Hannahpad (= mes préférées, douces , pas trop épaisses,et qui ne font pas un pli qui rentre dans les fesses!) , et fini les irritations, je revis !

    J'aime

  23. Bonjour Madame,
    Est ce normal après avoir terminé les ovules pour la mycose , la gardnerella apparaît dès le lendemain tu traitement.. ?

    Bien cordialement.

    J'aime

    1. 1 est ce vraiment du gardnerella ?
      2 si pv fait et qu’il y en a , oui bien sûr puisque le tt de la mycose ne protège pas du gardnerella coline au contraire puis les ovules détruisent et le candida et la flore de défense . Si on ne met pas des probiotiques 10 jours au fond du vagin en post tt mycose, le garnderella a tout loisir de se développer

      J'aime

      1. Ah ok
        Oui c’est bien le gardnerella, enfaite je n’ai aucune odeur avant je n’ai que des symptômes de mycose et a chaque fois a la fin du traitement 3 ovules les odeurs de gardenerella apparaissent. Cela fait la deuxième fois apres les ovules que ça apparaît.

        J'aime

      2. donc tout s’explique coline avec les ovules décapants vous tuez et le candida et votre bonne flore Il faut donc prolonger le tt d’ovules par une cure de probiotiques vaginaux ….ou demander à votre médecin de vous prescrire 1 cp de beagyne pour tt le candida car ce n’est pas un antibio contrairement aux ovules et beagyne respecte la flore

        J'aime

  24. Bonjour Madame,
    J’ai une vingtaine d’années et n’ai jamais eu de mycoses dans ma vie. Voila 3 semaines maintenant que j’ai des rougeurs aux parties génitales et enflammées (chaud au toucher), sans démangeaisons apparentes. J’ai pris un anti fongique pendant 2 semaines, ça n’a rien fait, voire empirer les rougeurs… le docteur pense à une allergie ou mycose, il ne sait pas mais je suis inquiète, cela devient inconfortable pour moi (sensation de gêne et de brulure).

    Pensez-vous que je doive continuer l’anti fongique ? Mes symptômes sont seulement des rougeurs et inflammations. Les crèmes comme Madecassol sont efficaces ? (je pense que j’ai un eczéma dû à une allergie à des protèges…)

    Merci.

    J'aime

    1. 1 ce n’est pas une mycose arrêtez tout antifungique
      2 il s’agit d’une dystrophie vulvaire d’origine inconnue : neurovégétative ? allergique ? auto immune ? seul un dermato pourra faire le diagnostic C’est très gênant mais bénin En attendant , bains de siège au bicarbonate ménager une cuillère à soupe pour une cuvette d’eau à peine tiède séchage au séchoir froid , pas d’autre toilette, interdiction des pantalons, aucune crème à appliquer , ne masser qu’avec de l’huile d’arnica bio plusieurs fois par jour lili cela va passer

      J'aime

  25. BONJOUR;
    j’ai eu 2 traitement antibiotique en 1mois ( zithromax puis augmentin)
    j’ai depuis quelque jours un prurit vulvaire et anal sans perte et sans odeurs. soulagée momentanement par de la cortisone en creme
    j’ai eu beaucoup de mycose et de gardnerella que j’ai mal traité mais je suis tranquille depuis plusieurs année avec du florgynal et les préservatifs m ’empêche d’être ennuyé par le gardnerella.
    je suis prend du gynoboost et me lave au saforelle. les demangaison ne passe pas. que puis je mettre?
    j ai suvegel ionic creme et ovules. geliofil. florgynal. ladyflor vaginosis.
    Merci.

    J'aime

    1. achetez un tube de monazol faites un mélange au creux de la main de monazol une noisette plus cortisone crème 1 noisette appliquer matin et soir pendant 6 jours . Quittez les pantalons . Si ça revient c’est qu’il y a du candida à traiter par triflucan 1 cp pendant 10 jours pour désinfester le corps abîmé par les antibios elo dit

      J'aime

  26. Bonjour,
    Depuis une quinzaine de jours (a priori après un rapport sexuel avec mon conjoint) j’ai le vagin très rouge (à l’intérieur mais aussi autour du vagin) et des pertes beaucoup plus abondantes mais de consistance normale et sans odeur.
    Les analyses du prélèvement vaginal indique que tout est normal, il est juste indiqué flore de type II présence majoritaire de lactobacilles associée à une flore de substitution de faible quantité et SURTOUT PCR Mycroplasma hominis positive (<10.3). Mon gynécologue me propose quand même de traiter par antibiotiques ce dernier car mes symptômes ne passent pas cela mais sans être convaincu que ce soit lié.
    Pouvez-vous m'aider s'il vous plait ?

    J'aime

  27. Bonjour docteur,
    Je constate de temps en temps une fissure très superficiel (plutôt type abrasion) à la jonction entre la petite lèvre et la grande lèvre. Elle disparait très vite, en 24h. Une fine peau parfois pèle. Aucune démangeaison, aucune douleur, aucune sécrétion. Je ne la détecte qu’à l’examen que j’effectue car j’ai des antécédents d’herpès qui se manifeste sous la forme de petites vésicules.
    Que penser de ces fissures ?
    Cordialement

    J'aime

    1. sécheresse cutanée ? trop grand frottement d’un pantalon ? lichen érosif bénin ? je ne sais pas mundo ce que je sais c’est que ça disparaît avec une crème nourrissante type ialuset mundo

      J'aime

  28. Bonjour, merci d avance pour la réponse que vous apporterez à mon interrogation. J ai des démangeaisons depuis plusieurs semaines. Suspectant une mycose, j ai mis un ovule qui a fait pire que mieux car maintenant j ai des saignements depuis une semaine à chaque fois que je m essuie mais pas d autres symptômes. Pensez vous que ces demangeaisons pourraient être la conséquence d une utilisation quotidienne du gel lavant special irritations et quotidien car les demangeaisons ont commencé peu de temps après…. un savon spécialement conçu pour la toilette intime et ses désagréments pourrait il faire pire que mieux? Merci d avance

    J'aime

    1. oui Louni il s’agit d’une allergie à votre savon . Lavez vous à l’eau claire pendant plusieurs jours et une fois l’irritation calmée vous pourrez utiliser saugella bleu qui est fait pour les allergiques

      J'aime

  29. Bonjour Madame,
    J’ai 34 ans, j’ai souffert de démangeaisons vulvaires et annales de longues années (environ 6).
    Elles ont totalement stoppé lorsque j’ai quitté mon partenaire de longue date. Je n’en ai eu que très rarement et très légères pendant quelques années, elles refont leur apparition ces derniers mois. Je suis en couple depuis 3 ans.
    Elles sont définitivement liées au stress qu’elles alimentent d’autant plus…
    Je n’ai pas de contraception hormonale, et n’ai eu aucun souci vaginal ces deux dernières années, pas de sécheresse, bonne lubrification. Je prends en ce moment Magnésium, Probiotiques et Spiruline en compléments alimentaires. J’ai eu des soucis d’acidité de l’estomac qui sont en train de se résoudre.

    Ce que j’ai remarqué par le passé et ces derniers temps :
    – Pas de pertes, pas d’odeurs, pas de brulures (sauf en me blessant en réaction aux démangeaisons)
    – Petites lèvres gonflées et rouges, mais souvent suite à mes frottements pour me soulager.
    – Elles démarrent toujours à l’entrée du vagin, petit à petit s’étendent à l’avant vers le clitoris et les replis des grandes lèvres, au sillon fessier et à l’anus.
    – Pas de lésions ni de boutons, ou alors très très discrets.
    – Les rapports me soulagent plus qu’ils ne compliquent les symptômes.
    – Les yeux ronds des gynécologues consultés, Ras sur les résultats, prescription d’ovules, d’Econazole en local, pas d’amélioration spéciale, prise d’antibiotiques (oublié la référence) sans amélioration.
    – J’ai laissé tombé les prescriptions, soulagée par : le froid, l’huile de Millepertuis & l’eau de fleur d’Oranger (essais récents), la relaxation.
    – Petites plaques sur le pénis de mon partenaire précédent, sans alarme puisque mes résultats étaient nickels.

    La solution ponctuelle par le passé a souvent été le rapport sexuel (pas assez fréquent selon moi), ce qui me parait un remède inversé par rapport à ce que je lis ici…

    Merci d’avance pour vos conseils.
    Belle journée.

    J'aime

  30. Bonjour,
    J’ai souvent un ou deux petit boutons qui apparaissent après les règles sur la vulve qui disparaissent rapidement. Mais là, depuis plus d’un mois ça ne s’arrête plus, j’ai parfois jusqu’à 5-6 de ces petits boutons (boutons douloureux avec comme un petit trou au milieu, ça ressemble un peu à des aphtes), ils guérissent en 1 à 2 semaines, mais de nouveaux arrivent… Ils se situent à la jonction entre les grandes et les petites lèvres, à l’intérieurs des petites lèvres ou à côté du clitoris, vraiment sur la muqueuse.
    J’ai eu une infection à gardnerella il y a quelques temps, soignée par antibiotique et selon vos conseils j’ai continué avec ladyflor et je prends aussi Elteans en continu maintenant. Cela semble ne pas revenir mais est-ce que ces boutons peuvent être liés?
    J’ai une alimentation plutôt saine et équilibrée
    Est-ce un problème dermatologique? Que puis-je mettre pour soulager la douleur?
    Merci de votre avis

    J'aime

  31. Bonjour,

    Merci pour ce site que je découvre avec grand intérêt et reconnaissance!

    J’aimerais avoir votre avis sur ma situation s’il-vous-plaît.

    Le 20 sept, j’ai eu un rapport non protégé avec un nouveau partenaire.

    Le 21 sept, j’avais rdv chez le gynécologue qui m’a auscultée et tout paraissait très bien aller. (Il a fait un frottis dont j’attends le résultat). Le même jour, je suis allée au sport, j’ai donc transpiré abondamment et, avec les mesures sanitaire, j’ai du attendre de rentrer chez moi pour moi pour me doucher et changer de vêtements.

    Le 22 sept, ce que je pensais être une mycose s’est déclaré. Depuis que j’ai lu certains de vos articles, je me dis que ça devait être autre chose car les symptômes étaient des pertes épaisses odorantes. (Apparemment la mycose ne dégage aucune odeur…) En plus de cela j’ai commencé à ressentir de vives démangeaisons au niveau du pubis et des grandes lèvres ainsi qu’au niveau de l’anus. Je me suis épilée. J’ai fait une cure de Trophigyl pendant 7 jours et j’ai appliqué la crème monazol au niveau des démangeaisons.

    Le 29 sept, après la cure, une légère odeur persistait au niveau vaginal (elle avait disparu pendant la cure). J’ai donc mis une ovule de Monazol et l’odeur a disparu.

    Depuis et jusqu’à ce jour, je ne ressens plus que de fortes démangeaisons (par crise) toujours au niveau du pubis, des grandes lèvres et de l’anus. J’ai essayé de combiner Monazol pour le pubis et Mycoapaisyl pour l’anus mais j’ai l’impression que le soulagement n’est que de courte durée. Ca me fait simplement du bien d’appliquer une crème mais pas d’amélioration notable.

    Avec le recul, je constate que les démangeaisons au niveau du pubis sont apparues il y a plusieurs mois déjà mais dans une moindre mesure. Je pensais que les poils et les rares épilations du pubis en étaient responsables mais je m’aperçois aujourd’hui que je me gratte à cet endroit depuis un certain temps. Les démangeaisons se sont donc juste intensifiées et propagées jusqu’à l’anus. Est-ce que cela pourrait être un eczema?

    Je n’ai pas de lésion et j’essaye d’éviter de me gratter directement mais la peau est irritée, comme tannée à certains endroits et rugueuse à d’autres, et la situation ne s’améliore pas.

    Auriez-vous une idée de ce qui se passe? J’ai vu quelques conseils que je pourrais essayer d’appliquer comme la betadine+locoïd. Mais ne pensez-vous pas que ça commence à faire beaucoup de produits? Je pense essayer les bains de bicarbonate pour laisser un peu ma peau tranquille. Mais j’ai peur de laisser s’installer quelque chose en n’agissant pas rapidement…

    D’avance, merci pour votre aide!

    J'aime

  32. Bonjour Gyne,

    J’ai des démangeaisons au niveau des petites lèvres depuis 2 jours (surtout à l’entrée du vagin). Aucun autre symptôme, pas d’odeur, de perte, de bouton…
    Dois je vraiment passer par la case gynéco ou puis je me traiter avec des remèdes maison?
    Je vous remercie

    J'aime

  33. Bonjour et merci pour votre site.
    J’aimerais avoir votre conseil concernant ma situation : depuis 2 ans, j’ai des démangeaisons vulvaires très gênantes. Après m’être vue prescrire de multiples traitements antifongiques, antibiotiques ect… j’ai finalement décidé d’aller voir une dermatologue.
    Celle ci m’a fait une biopsie qui a révélé un eczéma vulvaire. J’ai alors été sous crème Clarelux tous les soirs pendant 15 jours puis 1 jours sur 2 la quinzaine suivante. Cela m’a beaucoup soulagèe sans toutefois faire entièrement disparaître les démangeaisons. Aujourd’hui, 4 jours après la fin du traitement, je constate de petits ronds rouges à l’intérieur des petites lèvres qui me démangent encore.
    J’ai demandé un rdv en allergologie mais les délais sont très longs.
    1- auriez vous un conseil pour soulager en attendant mon rdv allergo
    2- nous reportons depuis longtemps notre désir d’enfant avec mon compagnon à cause de cela et j’ai peur que cela reprenne si éventuelle grossesse. Y-a-t-il un risque ?
    Merci encore

    J'aime

    1. 1 huile végétale d’arnica
      2 quelle idée !!!! une vulvite allergique disparaît pendant une grossesse Quel dommage que vous retardiez pour rien votre projet bébé !
      3 pour toute personne allergique : asthme , eczéma , il faut
      d’abord privilégier les soins Avene : savon, huile pour le bain
      ne vivre que dans du coton Interdiction de tout dérivé de la pétrochimie sur soi : protege slip , serviette jetables , slips synthétiques
      ne jamais consommer de protéines de lait de vache : yaourt, fromages A la rigueur brebis et chèvre et mieux yaourts végétaux
      diminuer très fortement le gluten : ne choisir que des farines bio, préférer les pains de mais et interdiction de tout aliment transformé car ils contiennent des allergènes : conservateurs, additifs et autres
      par ailleurs tapissez votre muqueuse intestinale de probiotiques en non stop comme probiolog en alternance avec maxiflore ou lactibiane reference
      et enfin protégez votre peau et vos muqueuses par des omegas 3 Hydravea de Nutrixeal deux par jour est fait pour les femmes allergiques enceintes aussi et les nourrissons
      La cause de l’allergie sera diffiile à trouver : vernis à ongle parfois Il faut donc traiter le terrain …et revoir périodiquement votre dermato
      Dernier conseil : le stress favorise toute poussée d’eczéma donc il faut apprendre la gestion de stress : yoga, hypnose, reflexologie, méditation, cohérence cardiaque
      Vaste programme lalu

      J'aime

  34. Bonjour;

    Je suis ravie de tomber sur votre site qui m’aide beaucoup !

    Etant sous pilule progestative depuis plusieurs années (7 ans), on a découvert apres un prelevement vaginal que j’avais une vaginose bactérienne a Gardnerella.

    Traitée par des ovules Flagyl pour 7 jours je n’ai pu faire le tt que pendant 5 jour (avec accord de mon medecin) car je ressentais des démangeaisons atroces et de vives brulures à la vulve à n’en plus dormir la nuit.

    Les démangeaisons persistent depuis 3 jours maintenant. Mes peites levres sont rouges et gonflées, le capuchon de mon clitoris aussi, la peau parait comme plus épaisse et j’ai des fissures sur les grandes levres qui font comme des parenthèses autour de mes petites levres.
    Je n’ai aucune perte mais je me suis dit que c’était peut etre une mycose, j’ai appliqué Myco Hydralin acheté en pharmacie et ca ne m’a pas vraiment soulagée. Est ce possible de faire une allergie au Flagyl ? Les démangeaisons ne sont arrivées qu’au moment de la prise..

    J’en ai parlé à ma sage femme qui m’a prescrit la creme Effidia a l’acide hyaluronique en attendant qu’un rdv se libère. J’ai l’impression que ca se répare un peu mais les démangeaisons sont toujours la.

    Est ce que ca pourrait être une mycose ? Ou un eczema (sachant que j’ai une dermatite atopique depuis la naissance)?

    Merci de votre aide précieuse,
    Bonne soirée

    J'aime

  35. Bonsoir,
    J’ai fait un eczéma vulvaire qui a été mal diagnostiqué au début. Le dermatologue m’a fait prendre du dermoval tous les jours pendant 3 semaines puis 1 jour sur 2 pendant 3 autres semaines. Le matin et le reste de la journée je mettais du dermalibour.
    A la fin du traitement il y a un peu plus de deux semaines cela allait mieux mais je sentais encore qlq démangeaisons le soir. Elles se sont estompées.
    Conformément à ce que m’a préconisé le médecin je continuais à mettre matin et soir dermalibour ou cicafalte. Je me lave avec atoderm huile.
    Entre temps j’ai refais une cure de pro biotique vaginaux.
    Sauf que j’ai eu qlq douleurs au moment des relations intimes et des saignements et une douleur importante comme une dechirure à l’entrée.
    J’ai mis du cicatridine en ovule. Du cicafalte. Et la depuis 3 jours je ressens des petits picotements (brûlures) et j’ai remarqué des petites vésicules rouges près des petites lèvres au niveau du vagin (et juste avant la zone peri-anal) comme au tout début de mon eczéma. Les démangeaisons sont un peu réapparues aussi. Je continue à mettre du dermalibour mais je ne sais plus quoi faire. J’ai en plus mes règles. Je ne me protège qu’avec des culottes menstruelles lavables. J’ai changé de lessive (sans MIT).
    Puis-je reprendre du cicatridine à la fin de mes règles ? Dois-je continuer les crèmes, en ajouter une autre ?
    J’ai l’impression que je ne vais jamais m’en sortir.
    Ps: l’huile de coco, de calendula me font réagir comme jamais…

    J'aime

  36. Bonjour ! Votre site est vraiment super ! J’ai quelques questions… Suite à des plaques rouges et des squames au niveau des poils du pubis qui grattent et piquent un peu (surtout après les rapports et la nuit), je suis allée voir ma gynéco qui m’a dit que c’était du psoriasis. Elle m’a prescrit un gel (Daivobet) qui a très bien fonctionné, j’en suis à la deuxième semaine de traitement. J’ai déjà fait des allergies de peau donc je fais attention à mon alimentation et j’utilise une lessive bio sans parfum. J’ai déjà également fait du prurit sans aucune autre raison que le stress. Je ne sais pas trop faire la différence avec l’eczéma. Mais là ça va plutôt bien dans ma vie. J’ai également remarqué des odeurs pas agréables (surtout pendant les rapports) et des pertes depuis quelques temps. Je pense à une rechute de vaginose, pour laquelle j’ai été traitée au Secnol il y a 10 mois (Secnol qui m’a fait des vertiges, mal au ventre, bouffées de chaleur et j’en passe, horrible). Je me demandais si le psoriasis pouvait être lié à la vaginose. Et si je faisais bien de prendre ce gel à base de cortisone. La pharmacie m’a conseillée Gynophilus. Qu’en pensez-vous ? Merci beaucoup !

    J'aime

    1. Ok pour gynophylus excellent pour la vaginose annah Le pso n’a rien à voir avec la vaginose tout avec un changement dans votre vie ….et un manque d’omega 3 Utilisez hydravea de nutrixeal 4 cp par jour 1 mois puis 2 par jour 6 mois

      J'aime

  37. Bonjour,
    Je poste mon expérience, si cela peut aider…
    Pendant de nombreuses années, j’ai souffert de démangeaisons vulvaires par périodes, déclenchées au contact et qui rendaient les rapports sexuels très inconfortables voir insupportables.
    J’ai consulté plusieurs gynécologues et dermatologues et j’ai reçu plusieurs traitements antifongiques, corticoïdes, antihistaminiques. J’ai même fait une biopsie.
    Sans que jamais aucun diagnostic ne soit posé, alors comme souvent on m’a fait comprendre que c’était psychologique et on m’a recommandé de consulter psychologue et sexologue, ce que j’ai fait.
    Le problème persistant et les démangeaisons devenues permanentes, je décide de consulter un énième dermatologue vulvaire qui sans mettre de nom sur ma pathologie, m’explique qu’un élément dans ma vie a dû déclencher les démangeaisons, que le grattage a épaissi la peau ce qui a alimenté les démangeaisons (cercle vicieux).
    Elle me dit qu’il faut désépaissir la peau et prescrit Clarelux sur plusieurs mois avec arrêt progressif et ENFIN je revis sans démangeaisons.
    Pourtant des corticoïdes j’en ai eu mais peut-être pas assez forts.
    Même si on n’a pas posé de nom sur mon problème, j’en déduis qu’effectivement l’origine est sans doute psychologique mais au moins on a trouvé une solution qui j’espère sera durable. J’appréhende l’arrêt du Clarelux.

    J'aime

  38. Bonjour,

    Depuis déjà quelques mois, j’ai des démangeaisons à la vulve. Rien de grave, mais c’est évidemment déplaisant. Au début, cela venait et s’arrêtait selon les jours où le moment de la journée. J’ai d’abord pensé que c’était parce que j’avais des menstruations abondantes et que j’utilisais des serviettes hygiéniques lavables (trop d’humidité? mal lavées ou mal séchées?). Pourtant, je les rince toujours à l’eau froide plusieurs fois avant de les laver à la machine et je les sèche comme il faut aussi. Comme cela persistait, je suis allée à la pharmacie. La pharmacienne m’a dit d’utiliser du Canesten. Or, cela brûlait lorsque j’en appliquais (j’ai même eu une sorte de squame qui est parti ensuite). J’ai donc arrêté immédiatement. Je suis retournée voir la pharmacienne, et elle m’a dit que je pouvais peut-être alors mélanger le Canesten avec une crème à Cortisone, ce que j’ai fait. C’était mieux, mais ça brûlait tout de même un peu et ne semblait pas régler mon problème.

    Voyant cela, j’ai pris rendez-vous dans une clinique médicale et j’ai vu une médecin généraliste. Elle m’a fait un examen gynécologique complet (observation, frottis sur 3 lésions qu’elle a découvert près de l’entrée de mon vagin, cytologie, test urinaire, tout!). Par précaution, elle m’a donné des antibiotiques pendant trois jours pour une infection urinaire, même si elle croyait que je n’en avais pas probablement pas une. Elle m’a parlé d’herpès, mais j’étais certaine de ne pas en avoir. Un autre médecin plusieurs année plus tôt m’avait affolée avec cette idée alors que mon test s’était avéré négatif finalement.

    Après mes trois journées d’antibiotiques, j’avais toujours des démangeaisons. Parfois, même, j’avais la peau enflée sur le haut de la lèvre gauche. J’ai reçu mes résultats. Ils étaient tous négatifs.

    Depuis le début, je n’ai pas de perte (littéralement rien, alors que d’habitude, j’ai des pertes normales). J’ai donc pensé que c’était peut-être de la sécheresse vaginale. Là encore, je suis retournée voir la pharmacienne, qui m’a dit d’essayer d’appliquer localement la crème qui se trouvait dans un applicateur pour sécheresse vaginale. Là encore, cela n’a rien réglé.

    À bout de ressources, j’ai communiqué avec une connaissance gynécologue. Elle m’a suggéré d’appliquer du Zincofax (crème barrière) pour éliminer toute allergie à des tissus, etc. et de faire des bains de siège avec du bicarbonate de soude. Elle m’a aussi dit d’utiliser un nettoyant sans savon, mais je n’ai pas trouvé ce produit à la pharmacie près de chez moi. J’utilise déjà des serviettes hygiéniques lavables en coton bio de couleur pâle, des culottes en coton bio, j’utilise un savon doux, je n’ai pas changé de marque de détergent à lessive (biodégradable), je ne fais pas de douches vaginales, etc. Enfin, elle m’a dit de ne pas porter de sous-vêtements et de vêtements serrés le plus souvent possible. Malgré tout cela, j’ai toujours des démangeaisons (mais seulement lorsque je marche plus de 15 minutes, par exemple, et plus je marche, pire c’est). Ces démangeaisons se continuent entre les fesses.

    Je fais de l’excéma sur mes mains depuis de très nombreuses années (j’ai travaillé avec des produits chimiques dans un restaurant et depuis, j’ai toujours eu un peu d’excéma à cet endroit). Rien de très grave (pas de crise d’excéma, sauf une fois il y a longtemps). Je mets de la crème Aveeno et cela règle mon problème normalement. Ce pourrait-il que ce soit de l’excéma? Pourtant, je n’ai pas de squames.

    Visuellement, ma vulve semble normale, peut-être juste un peu plus blanche parfois. Quand je ne mettais pas de Zincofax, la peau de mes lèvres semblait aussi sèche, voire ratatinée. Avec la crème, c’est mieux.

    Ai-je besoin de dire que je suis stressée? Avec la situation que nous vivons actuellement depuis plus d’un an, j’ai commencé à faire de l’anxété l’été dernier (attaque de panique, et depuis, j’ai parfois des symptômes qui reviennent). Je ne prends aucun médicament, sauf Cléo -35 (dérivé de Diane -35). Je prends ce médicament depuis de nombreuses années sans avoir eu de problème par le passé.

    Pouvez-vous identifier mon problème ou m’aider?

    Désolée pour le long message! Merci!

    J'aime

    1. c’est une dystrophie vulvaire mais j’en ignore l’origine : maladie auto immune ? allergie aux frottements ? sécheresse de la peau ? Tout ce qui démange vient des nerfs Y aurait il un nerf irrité dans votre petit bassin ? Bref il vous faut un examen de la vulve par un dermatologue pour trouver l’origine de cette dystrophie vulvaire Je me demande s’il n’y aurait pas une adénomyose ou endométriose utérine bénigne donnant des règles abondantes Si vous preniez cleo non stop peut être votre vulve serait mieux A tenter

      J'aime

  39. Bonjour,
    Depuis 1mois, j’ai un inconfort vulvaire : démangeaisons surtout au niveau du pubis, douleur au niveau du clitoris et de l entrée du vagin. Ma vulve est rouge. Régulièrement j’ai de petites plaques blanches comme de la peau qui pèle qui laisse la peau à vif.
    Mon médecin m’a dit d arrêter le nuvaring et de mettre du cicafalt. (Mes analyses sont négatives pr l herpès, neisseria, levures, streptocoque, chlamidia)
    Cela ne s est pas arranger au bout d une semaine. Ce qui me soulage le plus c est du bepanthene. Je ressens moins de gêne à la marche. J’ai tout de même mal, je suis fatiguée, je ne sais pas quoi faire
    Avez vous une idée ?

    J'aime

    1. oui vous avez une dermite qu’il va falloir traiter avec l’aide d’une dermato lucie Nuvaring n’y est pour rien , reprenez le et continuez bepanthene en attendant le RDV Vous pouvez utiliser aussi de l’huile végétale d’arnica qui apaise beaucoup et n’oubliez pas elteans deux cp par jour pour épaissir votre peau abîmée

      J'aime

  40. Bonjour Miss

    Atteinte de plusieurs maladies auto-immunes (Hashimoto, connectivite et syndrome inflammatoire) mon corps accuse le coup et la vulve aussi qui n’est plus en état de fonctionner si j’ose dire, on a cru à un moment que j’avais un LSA, mais non, par contre encapuchonnement clitoris, atrophie vulvaire, etc… et surtout un rien, même une culotte trop serrée donne des irritations et parfois même des fissures, parfois des démangeaisons mais qui n’en sont pas vraiment car tout de suite l’irritation est là (et je précise aucune infection, ni mycose) hier j’ai vu un allergologue (pas pour la vulve) mais pour d’autres endroits de mon corps (plaque dans le dos qui gratte depuis des années) pour lui c’est un infiltrat lymphocytaire dû aux maladies auto-immunes et démangeaisons cuir chevelu depuis des mois (là aussi réaction allergique) mon corps est en hyperactivité permanente et se retourne contre moi,sans compter les douleurs la nuit des muscles et articulations… Que faire pour cette vulve (même si sans doute la ménopause aggrave l’état déplorable que je subis, mais déjà bien avant la ménopause le phénomène était apparu et bien présent, empêchant tout rapport sexuel : fissures immédiates)… l’impact est quand même trop important dans ma vie.
    Il y a quelques années une gynéco m’avait dit « rassurez-vous ce n’est pas un LSA ni du psoriasis, mais un état de dessèchement et atrophie causé et aggravé par vos maladies auto-immunes, et m’avait prescrit du trophicrème, mais j’ai l’impression que dès que je mets quelque chose sur la vulve, j’ai une réaction qui me fait arrêter tout traitement. Là, je mets de l’huile de coco bio, au début du traitement tout va bien , et puis survient une aggravation où je ne supporte plus rien, je mets donc du cicalfate qui calme, mais le problème est là et toujours là et me pourrit la vie bien comme il faut. Et pourtant je pense qu’il y a bien une solution quelque part. Merci pour vos conseils Miss, pas facile la vie…

    J'aime

    1. 1 dans toute pathologie autoimmune la première chose à faire c’est modifier son mode de vie Interdiction de tout produit de l’industrie agro alimenaire : tout doit être fait maison Interdiction de tout aliment acidifiant : laitages frais , jus d’orange, blé et tous ses dérivés. Pas d’alcool , pas de tabac , peu de viande rouge . Beaucoup de légumineuses, du poisson, huile de colza pour les salades, huile d’olive pour cuisiner . Beaucoup d’antioxydants : fruits et légumes très colorés . Rythme de vie très régulier . Activité sportive ou yoga afin de diminuer l’inflammation Probiotiques pour un transit parfait . Rajouter de la vit D et des omegas 3 et faire une prise de sang pour corriger tous les déficits : zinc vit B9 vit B12 ou alors prendre des multivitamines de chez Pileje par exemple
      Plus vous ferez une alimentation anti inflammatoire riche en anti oxydants et omega 3 moins vous serez douloureuse et allergique à tout
      2 pour le vagin il faut voir une chirurgienne esthétique qui saura vous soigner sans aucune crème : elles sont spécialisées dans les problèmes de vulvite atrophique auto immune ghys

      J'aime

      1. Bonjour Miss,

        J’ai déjà fait tout ce que vous préconisez, avec plus ou moins de succès, je suis au courant au moins depuis 2006, je sais que l’alimentation joue un rôle certain dans mon problème.

        Avez-vous une crème ou pommade pour soulager une synéchie avec fissure dessous, hier en prenant la douche, même les gouttes d’eau irritaient la zone, la rendant très douloureuse, c’est par crises, et puis ça reviendra à un peu plus de calme, mais c’est vraiment chronique… je vous demandais Miss quelle crème émolliente non irritante je pourrais mettre en attendant. Beaucoup de gynéco m’ont dit que ce n’était pas un LSA, en attendant vu les douleurs et la transformation de la vulve pour moi ça y ressemble, sauf la couleur nacré, je ne comprends pas que l’on n’ai pas donné un peu de cortisone (sur vulve)

        Il faut savoir que j’ai une plaque dans le dos, comme une lichénification qui gratte tous les jours, et maintenant c’est le cuir chevelu..

        Je me demande si tout ceci ne vient pas des maladies auto-immunes qui attaquent la peau, si ce n’est pas la peau, ce sont les articulations, etc…

        Merci à vous Miss

        J'aime

      2. on dirait du psoriasis ghys Une crème à la cortisone oui pourquoi pas ? Mais c’est sur ordonnance En attendant jaylis crème apaisante fera bien ou ialuset

        J'aime

      3. Cher Miss, j’aime vous l’entendre dire (même si évidemment la maladie n’est pas agréable) pourquoi je vous dis ça? Je suis HLA B27+, maladies auto-immunes thyroïde Hashimoto et articulaires, j’ai eu du pso en gouttes à une époque, tout le monde se fichait de moi (médecins) lorsque je disais qu’il devait y avoir un lien entre ce pso et les douleurs…. et puis j’ai vu un jour un grand ponte à l’hôpital qui m’a dit pour la vulve »absolument pas de pso » sauf que j’ai vu un dermatologue en ville qui a dit exactement le contraire il y a plusieurs années de ça, il m’a dit que c’était: du psoriasis inversé…. et à la vulve aussi… en tout cas pas de LSA, mais un pso de la vulve peut jouer de sales tours à la personne qui en est atteinte. D’autant que le psoriasis à certains endroits bien spécifiques ne prend pas toujours la forme que l’on rencontre sur le corps (squames blanches en particulier), donc moi aussi je suis comme vous, très méfiante, et ça y ressemble beaucoup, malgré ce que certains médecins peuvent dire ou ne pas dire…. Le dermato en ville m’avait dit surtout pas d’alcool sur vos lésions, il m’avait déconseillé la colpotrophine, et du gras, du gras… Ialuset m’avait desséchée si je me souviens bien… et puis je pense qu’il faudrait calmer tout ça, cette inflammation qui me bouffe la vie par un peu de cortisone. Jaylis je ne connais pas Miss…., avec le pso, il ne faut pas d’alcool, ni parfum, etc… vraiment du neutre et qui n’assèche pas, qui graisse bien au contraire.

        Et depuis 2004-2006 que je suis comme ça… insupportable.

        J'aime

  41. Bonsoir Miss,

    Je vais voir dans quelques jours, une gynéco (je ne la connais pas, ce sera ma première consultation avec elle) il est certain qu’elle va me prescrire de la cortisone…

    Mais moi j’aimerai savoir si vous connaissiez une crème émolliente vraiment efficace pour le pso sur cette zone si sensible et délicate qui ne supporte plus rien… l’huile noix de coco, j’en mets depuis des mois, mais quand j’ai une crise comme ça, c’est pire que tout… même le cicalfate ne fait rien, peut-être que ça permet de cicatriser un peu la fissure, mais si peu d’effet aussi…

    Vraiment spécial, car on ne sait plus quoi faire…

    J'aime

  42. Bonjour Miss,

    Merci pour votre grande disponibilité et vos conseils, hélas chez moi ça fait des années que l’on tourne autour d’un rhumatisme psoriasique, je sors de chez ma généraliste, qui va me faire un examen gynécologique le 21 octobre, car je lui ai parlé de ma synéchie et fissure bien rouge dans le sillon de la petite lèvre… je pense que tout ceci est dans un cadre auto-immun +++ et soit ce sont les douleurs articulaires-musculaires surtout la nuit, soit ce sont les muqueuses qui trinquent ou parfois un peu des deux, mais j’ai remarqué que lorsque les muqueuses avaient une bonne crise, les douleurs articulaires étaient atténuées…. elle m’a proposé Cicaplast Baume B5 Roche Posay, peut-être plus rapide à trouver dans la première pharmacie venue que Jaylis?

    J'aime

      1. Bonjour Miss,

        Est-ce que vous connaissez le labo Nutrixéal ? est-ce un labo sérieux ? je trouve que leurs produits sont intéressants et surtout dénués d’excipients bien souvent « nocifs »… car les médecins ne jurent que par les compléments en pharmacie, car ils disent que les produits sont vérifiés et réglementés, par contre les labos extérieurs, hors de la filière pharmaceutique ne sont pas fiables, je ne suis pas trop d’accord avec ça, mais bon….

        Je suis intéressée par plusieurs produits chez Nutrixéal et j’aurais voulu avoir votre avis, et peut-être que certaines de vos patientes les utilisent.

        Merci pour votre retour Miss.

        J'aime

      2. labo super sérieux , je l’utilise et le fais utiliser par mes patientes toutes ravies ghys Je ne suis pas d’accord avec le fait que des labos privés qui vendent exclusivement en ligne soient moins sérieux que ceux qui vendent en pharmacie ! Lescuyer, Pileje, Le Stum sont aussi de super labos français qui fabiquent des produits made in France ( et pas venus de Chine) mais Nutrixeal c’est le top au niveau de la qualité environnementale

        J'aime

  43. Tout à fait d’accord avec vous Miss, la preuve j’ai pris des compléments très connus en pharmacie, à base de plantes (avec gélules en cellulose) je me suis retrouvée aux urgences avec une œsophagite, mais les médecins m’avaient bien dit surtout ne prenez que des produits de pharmacie, on a vu le résultat….

    J’avais l’habitude d’acheter dans des labos privés, et je n’ai jamais eu de problèmes.. je vais donc recommencer, je vous remercie pour cette confirmation, et je trouve que Nutrixéal est vraiment au top, car avant tout les patients doivent s’informer aussi, car bien souvent les médecins ne sont pas au courant des compléments, et je m’informe…

    Bonne soirée Miss

    J'aime

  44. Bonsoir Miss,
    Un peu déprimée Miss, j’ai vu ma généraliste, qui n’a pas pu faire le frottis, comme je m’en doutais, car je me connais, et que ma vulve est à vif. Donc, aucun lichen, juste une hyper sécheresse cause ménopause et surtout maladies auto-immunes qui n’ont fait qu’aggraver mon problème vulvaire, mais pas que puisque (à confirmer par un gynéco) elle voit mon col sans poser de spéculum, ce qui montre que la trophicité de mes muqueuses et organes intérieurs sont déplorables… Donc, grosse envie de pleurer, j’ai 63 ans, multipare (3 gros bébés par voie basse) et me voilà rattraper par des ennuis.

    Elle me conseille colpotrophine en crème sur les petites lèvres et clitoris (qui est encapuchonné)… et une crème qui est très bien d’après elle car elle l’a déjà essayée sur elle crème visage, corps, et muqueuse NUNKI, je ne connais absolument pas…

    Pour le reste, je préfère voir une gynéco prochainement….

    Mais c’est terrible comme on peut se sentir en « déchéance » se sentir vieillir et notre corps qui nous « trahit »…

    Alors que j’ai l’impression d’être jeune, et que je ne fais pas mon âge, et même mentalement…

    Merci de m’avoir lu Miss

    J'aime

  45. Bonsoir Miss, je ne sais pas si vous avez pris connaissance de mon message ci-dessus, mais je m’inquiète de savoir si la colpotrophine crème à elle seule (à raison de deux applications par semaine) va sauver l’état de ma vulve et même la perte de trophicité des tissus intérieurs???

    Que me conseillez-vous ?

    Merci Miss

    J'aime

  46. Ok Miss, je vais en parler à la gynéco que je vais voir la semaine prochaine. Par contre, je souhaiterai quand même prendre une crème et pourquoi pas des ovules, car je souffre presque au quotidien et depuis bien trop longtemps. Mais j’ai de sérieux doutes avec colpo, il me semble en avoir déjà pris à une époque, très bien réussi pendant quelques temps, et puis soudainement une intolérance est survenue… que les médecins ne s’expliquent pas (j’ai même retrouvé un courrier d’une gynéco-urologue).. et je viens de lire votre post plus haut, qui explique que justement colpo peut au bout d’un moment ne plus convenir et même entraîner brûlures et démangeaisons…. impossible pour moi de revivre de tels symptômes que je ne supporterai pas, tant je le vis si souvent au quotidien, surtout brûlures et fissures…. Il existe bien quand même d’autres crèmes et ovules hormonaux ? car cette atrophie de la vulve et pas que (toute la zone génitale, trophicité inexistante), ne peut pas continuer comme ça à bas bruit. Merci Miss ,

    J'aime

    1. oui il existe d’autres traitements j’ai fait un billet sur les traitements locaux qui les liste tous ghys mais rien ne vaudra les soins de la chirurgienne esthétique de la vulve au point où vous en êtes .Cela ne coûte rien de vous renseigner , il existe désormais beaucoup de cliniques ayant de super professionnels pour ce sujet intime

      J'aime

      1. Bonjour Miss,
        Comme ma généraliste m’avait dit la semaine dernière qu’en plus de ma grande sécheresse et atrophie vulvaire, j’avais aussi (sans mettre de spéculum) à l’oeil nu, un hysterocèle!!!!! et de grade 3 en plus, j’ai pris RV chez une gynéco fraîchement arrivée de son pays l’Italie et avec qui on peut prendre RV rapidement, c’est à dire RV aujourd’hui, j’étais angoissée au possible… je suis mitigée au possible (après mon rv avec elle) rassurée quant au prolapsus, qui n’existe PAS et n’a jamais existé…. donc j’ai angoissé pendant plusieurs jours pour rien, pour le reste par contre j’ai beaucoup à dire, et je trouve que l’on ne doit pas sortir de chez une gynéco en ayant l’état d’esprit que j’ai en ce moment.

        Par contre pour l’atrophie vulvaire et maladies auto-immunes, hélas cette gynéco m’a énormément déçue, ma fille qui l’avait vu quelques jours avant, je ne l’avais pas senti très enchantée non plus…

        Cette gynéco m’a beaucoup culpabilisé en fait, en me disant « oui, mais si vous ne prenez rien de ce que l’on vous prescrit » car j’avais amené avec moi mon dossier médical, et que vous ne faites pas les biopsies etc… j’ai pris, j’ai fait ce que l’on m’a demandé, mais j’ai vécu des moments difficiles, comme deuil de ma mère, succession horrible qui m’a pris plusieurs années, chute qui m’a valu plusieurs fractures avec un an de rééducation… déménagements successifs.. et désert médical il ne faudrait pas l’oublier…

        J’ai été voir un dermatologue en 2014 qui m’a dit « non Madame ce n’est pas du psoriasis (le ponte était spécialiste du pso) mais vous avez une grande sécheresse, atrophie vulvaire et synéchie lèvre gauche. Sans rien me donner sinon une crème émolliente. La gynéco me dit « mais c’est avec lui qu’il faut continuer!!! ». Parce que c’est un Professeur en dermatologie, elle ne peut faire mieux…. Bon passons, première mauvaise impression. Elle n’a pas son mot à dire en tant que gynéco et ne peut me soulager de cette sécheresse, et elle ne propose RIEN???

        Ensuite j’ai des maladies auto-immunes surtout Gougerot, qui est reconnue comme pourvoyeuse de grande sécheresse des muqueuses et bien d’autres joyeusetés… elle me dit « on ne vous donne rien? » je lui liste de ce que certains ont voulu me donner « plaquénil et salazopyrine », et elle me répond « bah c’est ça qu’il faut prendre » et vous irez mieux???!!!!

        Donc, pour elle je suis une mauvaise patiente, par contre elle n’a eu de cesse en m’examinant de dire que je souffrais de sécheresse et atrophie à cause de la ménopause (j’ai 63 ans, ménopausée en 2015), mais que je n’avais rien qui me différencie d’une femme ménopausée de mon âge… Bon alors?? pourquoi ne pas m’écouter, quand je dis que je prends onagre-bourrache fortement dosée et que ça m’aide, pourquoi ne pas me donner trophigil ou autres, ovules et crème pour me soulager et VOIR ce que ça donne!!!!. Et pourquoi déléguer son propre pouvoir de médecin gynécologue à d’autres qui ne m’ont pas aidé sur ce plan-là????

        Le lichen, a été éliminé depuis de nombreuses années par deux dermatologues et gynécos, donc elle ne m’a pas écouté et m’a renvoyé à des années en arrière, et ne me donne rien pour me soulager…

        Comment voulez-vous faire confiance ensuite aux médecins après ça…

        Je suis passée d’un prolapsus de l’utérus stade 3 à un utérus tout à fait normal… et même en toussant… bref… et tout ceci en l’espace de quelques jours… la généraliste s’est trompée, je ne lui en veux pas, j’ai juste stressée jusqu’à mon rv de midi pour rien…

        Puisque colpotrophine avait été un peu mal tolérée à une époque, ne pouvait-elle pas me donner autre chose, en attendant??? rien, aucune réaction de sa part… après il ne faut pas s’étonner que l’on s’achète soi-même des crèmes qui nous réussissent plus ou moins et qui de toute manière ne peuvent pas faire le même effet qu’une crème hormonale.

        Par exemple : Trophigil en gélules, trophicrème ou autre…. et elle aurait pu me dire aussi que les premiers jours risquent d’être un peu inconfortables, puisque les muqueuses sont particulièrement en difficultés et que les ressentis sont accrus? Non rien de tout ça….

        Quand on vit de tel RV, il est normal ensuite que l’on se réfugie dans « je ne fais plus rien et ne vois plus personne et je reste dans ma souffrance et inconfort’ ou que l’on se dirige vers l’alternatif….

        Merci pour votre point de vue Miss.

        J'aime

      2. je ne peux rien ajouter de plus à ce que vous venez d’écrire sinon que oui, il faut tester tous les traitements locaux possibles des crèmes hormonales aux gélules vaginales hormonales et non hormonales tout en sachant que les maladies auto immunes vulvaires sont très diffciles à soigner , bien plus difficiles que la simple atrophie post ménopausique car vos anticorps mangent vos tissus et les rétrécissent . On peut donc vous soulager un peu avec tous nos produits per os ou locaux , hormonaux ou pas hormonaux ou mixer les deux mais on ne vous guérira pas pleinement Il faudra supporter un petit inconfort ghys

        J'aime

      3. Miss, vos propos me « soulagent », c’est exactement ce que j’ai tenté de faire comprendre à cette gynécologue… il ne faut pas culpabiliser la patiente, qui fait et tente de faire des choses pour aller mieux, sachant que certains médecins se sont trouvés dans l’impasse eux aussi.

        Elle n’a fait que me ramener à des dermatos et gynécos que j’avais vus avant elle, et tout en me culpabilisant, et surtout en ne me donnant rien…. la moindre des choses… Car comme je lui ai dit et j’ai insisté là-dessus, ce sont mes maladies auto-immunes qui majorent cette sécheresse que j’avais déjà avant ma ménopause et pour cause…
        inutile de chercher encore et encore… et de faire de multiples examens qui ont déjà été faits et qui sont traumatisants car invasifs…
        Je verrais donc ma généraliste qui n’hésitera pas à me donner un traitement complet et à trouver aussi d’autres crèmes non hormonales….

        Seul point positif de ce matin, le prolapsus n’existe pas… déjà une bonne nouvelle.

        Onage-Bourrache déjà a son petit effet, alors pourquoi ne pas en tenir compte, moi j’en tiens compte et je vais continuer.

        Miss, une autre question, y a t-il des compléments alimentaires qui pourraient me soulager pour la ménopause ? pas de bouffées de chaleur, mais je suis obligée de changer mes vêtements si je marche un peu trop, et même certaines nuits, car je suis trempée, même le soutien-gorge et ça m’ennuie… et comme en plus j’ai Hashimoto (thyroïde) je ne sais plus trop quoi faire…

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s