Le chlamydiae trachomatis : comment le dépister au tout début de la contamination

Le chlamydiae trachomatis est un microbe très sournois, uniquement sexuellement transmis, qui peut provoquer une stérilité féminine définitive. Ce microbe a la particularité de se loger dans le col puis de monter dans l’utérus, de gagner les deux trompes en les abîmant au passage, puis de gagner l’abdomen, parfois jusqu’au foie.

C’est votre partenaire qui porte, sans le savoir, le chlamydiae. Il n’existe aucun test sanguin de dépistage chez l’homme. Le plus souvent, les deux partenaires pratiquent le dépistage du HIV et lorsque celui ci est négatif, le port du préservatif est abandonné…et la contamination par le chlamydiae peut se produire. La femme contaminée devient porteuse du microbe sans s’en rendre toujours compte et peut alors le transmettre à un nouveau partenaire…. lorsque les préservatifs ne sont pas utilisés. Pour interrompre la chaine de contamination, il est indispensable de procéder au dépistage du chlamydiae afin de traiter les partenaires…et tous les partenaires !

Au tout début de l’infection, juste après la contamination sexuelle, le microbe se loge dans le col donnant une endocervicite (ou infection de l’intérieur du col) ou dans l’uréthre donnant une uréthrite.

L’ endocervicite est souvent innapparente mais, parfois, évidente à l’oeil nu de la gynécologue. Il coule un peu de pus à travers l’orifice du col comme vous pouvez le constater sur la photo ci dessous.

L’uréthrite se manifeste par de très légères brûlures mictionnelles fugaces.

Comment dépister le chlamydiae à son tout début, avant les dégâts possibles ?

Et bien, il faut le rechercher toujours :

lorsque l’on a six mois de relations sexuelles sans préservatifs avec un nouveau partenaire, même si celui-ci n’a aucun symptôme, même si les tests sanguins sont négatifs,

lors de spottings (petits saignements sous pilule),

de pertes blanches (ou pas),

de prurit répété (genre « mycose » qui ne passe pas),

d’ écoulement vaginal comme de l’eau,

de petites brûlures minimes lors de la miction,

ou lorsqu’un col saigne aux frottis .

On le recherche de deux façons :

par un prélèvement de l’endocol à la recherche du microbe (je rappelle que les frottis ne dépistent jamais le chlamydiae,  il faut un prélèvement bactériologique à amener de suite au laboratoire )

ou par une recherche du chlamydiae dans le premier jet urinaire.

ATTENTION L  AUTO PRELEVEMENT PAR ECOUVILLON DANS LE VAGIN N EST PAS FIABLE

pourquoi ? parce que le microbe ne vit que dans des cellules, qu’il y a moins de cellules dans le vagin que dans l’endocol et que, surtout, il existe dans le vagin beaucoup de substances inhibitrices qui faussent la recherche par PCR, la rendent négative et donc faussement rassurante !

L’ examen urinaire, très facile à réaliser dans n’importe quel labo, serait à préconiser à chaque changement de partenaire lorsque l’on quitte les préservatifs.

Il faut prescrire les tests de dépistage du chlamydiae si la patiente vous dit que son partenaire ressent de petites brûlures en urinant (il n’existe pas de cystite chez les hommes jeunes, sans affection  prostatique) ou des brûlures lors de l’éjaculation.

La prise de sang est un mauvais dépistage précoce. Elle  sera négative si le chlamydiae est resté dans l’endocol. Elle ne devient positive que lorsque le chlamydiae gagne le haut de l’utérus. La prise de sang est quasiment toujours négative chez l’homme porteur sauf s’il a fait une infection testiculaire, heureusement rare.

LIRE MON BILLET SUR SEROLOGIE CHLAMYDIAE POSITIVE  QUE FAIRE ?

Le traitement est simple : des antibiotiques pour les deux partenaires :

une prise unique de ZITHROMAX lorsqu’il n’y a aucun signe d’endométrite, de salpingite et que la prise de sang est négative.

un traitement beaucoup plus lourd pour empêcher le chlamydiae d’abîmer les trompes dès que l’on soupçonne le microbe d’avoir colonisé le haut de l’utérus: FLAGYL cp pendant 6 jours associé à OFLOCET 20 jours (le partenaire ne recevant que le Zithromax monodose, le veinard!)

En conclusion : le chlamydiae donne des infections à bas bruit, ou avec des symptômes trompeurs.

Il ne faut pas hésiter à demander à votre gynécologue de vous prescrire une recherche de chlamydiae (dans les urines et dans le sang) en plus de votre test HIV, si elle n’y pense pas, et lui proposer de faire frottis ET recherche de chlamydiae dans l’endocol si vous avez changé de partenaire ou si vous avez des doutes sur sa fidélité.

Il faut toujours penser à rechercher ce microbe à distance  de toute prise d’antibiotique, même en ovules, sinon la recherche sera faussement négative. Il est inutile de faire cette recherche huit jours après vos nouvelles relations sexuelles, elle reviendra négative car il faut entre quatre et six mois pour que le chlamydiae colonise l’intérieur du col et de l’uréthre.

Il serait nécessaire d’alerter les hommes et les femmes qu’un dépistage du microbe sur le premier jet urinaire, à faire chaque année, permettrait d’éviter bien des stérilités.

Beaucoup trop de mes patientes sont persuadées qu’un simple test HIV est suffisant pour arrêter le port des préservatifs. Le microbe se transmet par les secrétions vaginales, les secrétions uréthrales et le sperme : les préservatifs font barrière très efficacement. Hélas, seules les jeunes filles utilisent massivement les préservatifs. Les femmes trentenaires et plus l’oublient souvent et je suis désolée de constater que celles qui ont une relation extra conjugale ne pensent pas à exiger le port du préservatif. On se retrouve alors dans la situation désagréable de dire à la femme qu’elle doit faire traiter tous ses partenaires et les conjointes des partenaires. Ce n’est pas toujours possible ce qui ne permet pas d’arrêter la chaîne de contamination.

Mon prochain billet sera consacré aux infections hautes (utérus et trompes) qui peuvent menacer la fertilité d’une femme.

56 commentaires sur “Le chlamydiae trachomatis : comment le dépister au tout début de la contamination

    1. Bonjour, j’aimerais déposer une question mais je ne peux que cliquer sur « répondre ». J’espère que ça fonctionnera. J’ai été contaminée par la Chlamydia j’ai mis 2 mois à m’en rendre compte, au moment de la prise d’1g d’azithromycine mes intestins étaient déjà douloureux (garguilli, selles plus molles, plus souvent) pour le moment j’ai eu 3 traitements sur 7 jours avec arrêt après 7 jours et les symptômes intestinaux sont revenus. Je suis actuellement sous doxycycline depuis 12 jours pour 21 jours au total…. Que me conseillez-vous de faire dans mon cas? Je suis assez paniquée car les traitements n’ont semblent ils pas fonctionnés… Quels examens complémentaires devrasi-je faire? Merci

      J'aime

      1. mais cela ne veut rien dire le guillou l’infection à chlamydiae ne donne AUCUN signe digestif , vous êtes sûrement guérie , vos traitements ont bien fonctionné . Prenez lactibiane tolérance un cp par semaine trois mois

        J'aime

      2. Bonjour, je me pose la question suivante: est-ce que la bactérie peut avoir migré dans l’abdomen (douleurs à ce niveau là) et n’est plus détectable au niveau urinaire par la technique du PCR? Avez-vous déjà vu cela? Quels examens faire pour savoir si elle est localisée et toujours active dans la paroi abdominale? Je vous remercie.

        J'aime

      3. 1 oui
        2 une opération chirurgicale appelée coelioscopie LG que l’on ne fait qu’en extrême urgence : douleur violente , stérilité On ne vous opérera pas dans votre cas . Un grand gynéco sait par l’examen clinique s’il y a un microbe dans votre ventre, il n’a pas besoin d’opérer

        J'aime

  1. Bonsoir gyne30 , en rentrant se soir ma femme me révèle qu’elle a le chlamydiae .elle m’explique que tout le monde peut en être porteur depuis plusieurs année suite à relation sans protection mais que sa se déclenche ou pas . Jusque là ok je n’y connaissez rien . Mais à force de recherche qd même je me demande si sa version est vrai ou pas . Cela fais 10 ans que nous sommes en sembles . De mon côté jamais je n’est trompé ma femme . De son côté il y a 2 ans nous nous sommes séparé qql mois , grosse suspicion qu’elle est couché avec qql un d’autre , elle me dis que non . Supposons qu’elle menti serait il possible que 2 ans après les symptômes apparaissent ? Se qui me dérangerait moins car C’est du passer , mais si vous me dites que ce n’est pas possibles alors il y a eut tromperie recement ? Je suis perdu , j’ai eut beaucoup plus de partenaires quelle dans passer je commence à me demander si je suis pas porteur depuis des années …

    J'aime

  2. début d’infection , trompes indemnes, vite soignez vous , vous et votre conjoint avant que les trompes ne se bouchent camelia
    il n’y aura pas de radio , jamais pendant une infection Il faut attendre encore pour cet examen invasif qui ne se pratique qu’au bout d’un an d’essais infructueux pas au bout de 4 mois

    J'aime

  3. Bonsoir miss suite a une chlamydia le docteur m a prescrit doxy 100 pendant 10 jours et la je viens de finir le traitement mais les symptômes persistent encore surtt les pertes vaginale certe elles ont diminuées mais non disparus je vois mon gyneco dans un moi parce que c est difficile d avoir un rdv donc j ai voulus savoir si je dois prolonger le traitement parceque dans la boite ils ont écrit que la prise est de 12 a 21 jours?

    J'aime

  4. Bonjour,

    J’ai fait des test sanguins pour dépister des IST, y compris la chlamydia. Sont ils suffisants ou sommes nous obligé de passer par la case gynécologue ?
    Seconde question : quel est le temps d’incubation

    J'aime

  5. Bonjour,
    J’ai été récemment opérée d’un abcé à l’ovaire.
    On m’a dans un premier temps dit que dans la plus part du temps ,le chlamidia été responsable (malgré des prélèvements négatif)
    Après l’opération la bacteriologie n’a relevé aucune présence de chlamidia dans l’abcé,ni dans le foie …
    C’est résultats sont il fiable à 100 % ?
    Cordialement.

    J'aime

  6. bonjour ,

    depuis quelques jours je lis les différents blog sur la chlamydiae , et il est souvent question de la fiabilité des tests urinaires et la question des faux négatifs revient souvent . pouvez vous me dire ou estimer le taux de fiabilités des tests urinaires 80 , 90 ,95 % ?

    cordialement

    J'aime

  7. Bonsoir,

    J’ai un nouveau partenaire et je ne supporte pas les préservatifs que ce soit les normaux ou sans latex (irritations). Nous aimerions donc le faire sans, pour la contraception il n’y a pas de problème puisque je prends la pilule. Le problème c’est plutot les IST/MST, je suis sa deuxième partenaire sexuelle dans la vie et il est aussi mon deuxième également. Nous n’avons pas de pratique « bizarre », nous n’avons jamais eu de partenaire multiple. Ma question est donc la suivante : quel test de despistage faire? Est-ce que le VIH est suffisant? Ou doit-on faire plus? C’est la première fois que je fais un test de dépistage alors je suis un peu perdue.

    Merci d’avance pour votre réponse.

    J'aime

  8. Bonjour, est ce que seuls les gynéco peuvent effectuer le prélèvement de l’endocol pour le dépistage ? le test urinaire est il aussi fiable ? où peut il être réalisé ?
    merci !

    J'aime

  9. Bonjour,
    Mon partenaire il y a quelques mois mon partenaire m’ annonce qu’ il a une infection, il fait les tests et résultats.. chlamydia positif.
    Après cette annonce, je fais le test, 4 semaines après notre relation . Résultat négatif. Mon médecin me dit que cela arrive, et que j’ ai créé des anticorps Corps est ce possible et pourtant quand on lit sur internet la contamination est automatique……. même mon gynécologue me dit que même en ayant eu des rapports avec mon partenaire porteur du chlamydia, je n’ ai pas été contaminée. Quand pensez vous.? Du coup je n’ ose pas plus avoir des rapports sans préservatif avec lui de peur de le contaminer( il s’ est soigné)….. nora

    J'aime

    1. voyons il faut se traiter par zithromax 4 cp en une seule prise : votre test négatif ne veut rien dire , il existe des faux négatifs ! Vous n’allez pas risquer une stérilité pour ne pas suivre les recommandations des spécialistes en maladies sexuellement transmises !!!!

      J'aime

  10. Bonjour,

    Ma question: Est-il possible d’avoir été contaminée à 2 reprises par le Chlamydia (recontamination) sans avoir développé de salpingite et endommager ses trompes ?
    Contaminée 1 an environ puis soignée puis recontaminée quelques mois avant d’être soignée de nouveau

    Je vous remercie

    J'aime

  11. Bonjour Madame. J’ai appris que j’avais la chlamydia 2 mois après le rapport à risque. Pour le moment les traitements de 7 jours ou moins me soulagent mais l’infection repars. J’ai des douleurs abdominales et mon foie est dur, comme vous le dites en introduction, la bactérie peut atteindre le foie… Que le conseiller vous de faire comme examens pour le foie et comme traitement antibiotique? Je vous remercie fortement pour votre aide. Camille

    J'aime

    1. oui la bactérie peut atteindre le foie mais elle ne le rend pas dur le guillou
      je ne sais pas d’où viennent vos douleurs et sans pouvoir vous examiner pour savoir si vous avez une salpingite, je ne peux vous conseiller aucun traitement . Voyez un gynécologue confirmé , pas un apprenti des urgences , dans votre hôpital qui fera le point avec vous

      J'aime

      1. Merci je n’avais pas vu votre réponse. Comment trouver un gynécologue confirmé? Pour le foie et les intestins savez-vous quels examens? Encore merci

        J'aime

      2. 1 un qui a de l’expérience soit un praticien hospitalier soit un gynécologue diplômé en ville leguillou
        2 c’est votre généraliste qui verra cela

        J'aime

  12. Bonjour,
    ma gynéco m’a prescrit un test d’auto-prélèvement pour rechercher le Chamydiae avant la pause du stérilet. Pouvez-vous m’expliquer ce que c’est et comment le réaliser SVP ?
    Merci par avance.

    J'aime

    1. vous allez à votre laboratoire un matin sans être à jeun emma on va vous donner un écouvillon que vous mettrez dans votre vagin , c’est comme un grand coton tige , on frotte les parois avec C ‘est cela l’autoprélèvement ….

      J'aime

  13. Bonjour !
    J’ai une question qui me titille un peu…

    J’ai demandé à mon médecin généraliste un dépistage assez complet en raison d’une nouvelle relation.
    Seulement, à aucun moment il ne m’a dit que je devais faire un test urinaire ou vaginal pour le chlamydiae…
    Il en est de même quand je suis allée au laboratoire d’analyse, on ne m’a pas demandé de test autre que la prise de sang. Est-ce normal ?

    Une autre question m’est venue : Au bout de combien de temps le chlamydiae est-il détectable dans le sang ?

    Merci beaucoup !

    J'aime

      1. Merci pour votre réponse !
        Mais dans ce cas le dépistage que j’ai fait ne sert à rien quant au Chlamydiae ?

        Et dans ce cas , combien de temps faut-il aux bactéries , à l’infection pour atteindre les trompes ?

        Merci beaucoup ! Bonne soirée .

        J'aime

  14. Bonjour,
    J’ai eu le chlamydia lorsque j’avais 19 ans et j’ai été traitée je pense près d’un an et demi après sans certitude. A mes 28 ans j’ai fait une grossesse extra utérine avec ablation d’une trompe. Néanmoins, je suis négative à la prise de sang du chlamydia de sorte que je n’ai pas d’anticorps, aucune trace de chlamydia. Je me demande donc si le chlamydia est à l’origine de la grossesse extra utérine. L’état de mon autre trompe est a priori bon après la cœlioscopie en 2018, mais impossible de savoir si les cils vibratiles sont en bon état eux. Pensez vous que le chlamydia a pu atteindre les trompes malgré la prise de sang négative ? Je vais me lancer dans des essais bébé mais j’ai peur que la trompe soit également endommagée. Merci !

    J'aime

  15. Bonsoir, j’aimerais déposer une question. J’ai été contaminée par la chlamydia j’ai mis 3 mois à m’en rendre compte. Je suis actuellement sous doxycycline depuis 13 jours pour 21 jours au total. En parallèle, je suis entrain d’utiliser les ovules d’acide hyluronique pour 15 jours. Malheureusement, pas d’amélioration car je ressens toujours de la chaleur accompagnée de brûlures et des rougeurs au niveau des organes génitaux externes avec un écoulement peu abondant. Je suis assez paniquée car les traitements n’ont semblent pas fonctionnés. Qu’est ce que je dois faire? Merci.

    J'aime

    1. refaites un pv complet raouietta C’est peut être tout à fait autre chose que le chlamydiae cette irritation . il existe quantité d’inflammations vulvovaginales bénignes non en rapport avec une IST . Achetez de l’huile végétale d’arnica , elle apaise les irritations

      J'aime

  16. Bonjour Docteur,

    Je suis une jeune femme de 28 ans. Il y a 1 semaine, j’ai eu un RDV avec ma sage-femme pour me faire retirer mon DIU au cuivre car je souhaite passer à la sympthothermie. J’en ai profité pour lui parler de pertes très abondantes depuis 1 mois, de brûlures à la miction (test urinaire fait avec absence de germe mais leucocytes élevés), douleur aux rapports…Bref, elle me prescrit une ordonnance avec prélèvement vaginal et endocol (recherche Clamydia) qui s’avère positif.

    Depuis 1 an j’ai un nouveau partenaire (et le seul). Je souffre également depuis 1 an de mycose et vaginose à répétition, de ce fait, je fais régulièrement des prélèvements vaginaux. Mon premier prélèvement vaginal date d’avant ma rencontre avec mon ami : le chlamydia est négatif mais nombreuses colonies de Candidas Albicans.
    Ensuite, j’ai réalisé d’autres prélèvements vaginaux durant l’année 2019/2020, le chlamydia est à chaque fois négatif mais toujours colonies de candidas albicans et parfois colonies de Gardnarella Vaginalis.

    Docteur, mes questions sont les suivantes : les prélèvements vaginaux peuvent-ils être faussement négatif depuis 1 an à cause des autres germes en présence ? (j’en ai réalisé 6 en tout, toujours la même méthode prélèvement vaginal au laboratoire). Ou bien, est-ce possible que mon partenaire soit porteur depuis le début mais que cela ne s’est manifesté qu’un 1 après ?
    Docteur Help please!! j’ai besoin de comprendre.

    J’ai été traité à l’Azithromacyne MONODOSE et cela va beaucoup mieux, mon partenaire aussi.
    Autre prélèvement à réaliser dans 6 semaines.

    Dois-je consulter mon gynéco pour vérifier mon appareil génital ?

    Merci Docteur d’avoir prie le temps de me lire ❤

    J'aime

    1. c’est passé inaperçu mais cela fait un an que vous avez ce microbe en vous Il existe hélas de nombreux faux négatifs à chlamydiae prepre Toute irritation récidivante même avec pv psotif à candida ou gardnerella doit faire penser à une chlamydiae associé sous jacent qui empêche la guérison . Si vous n’avez pas mal au ventre , pas de saignements entre les règles , il est inutile de voir un gynéco

      J'aime

  17. Bonjour Docteur,
    Est-il possible de transmettre les chlamydiae par le sexe oral (dans un sens ou dans l’autre : de celui ou celle qui reçoit vers celui ou celle qui pratique, ou l’inverse)?
    Merci

    J'aime

  18. Bonjour,

    Tout d’abord, merci pour ce billet très instructif et j’en profite par la même occasion pour vous poser quelques questions s’il vous plaît?.

    1)Est ce qu’une infection à chlamydia et/ou à gonorrhée peut elle entraînée aussi une stérilité ( infection des trompes etc etc) si elles sont localisées au niveau de la gorge uniquement, et si ces infections ne sont pas dépistées rapidement. A savoir qu’aucune infection au niveau vaginal n’a été détectée à ce niveau là?

    2)Aussi, quel est le pourcentage de risque d’être infectée d’une chlamydia ou d’une gonorrhée lors d’un seul et unique rapport oral non protégé? ( la contamination est elle automatique si le partenaire est infecté)?

    3) quel serait le traitement le plus efficace si infection de la chlamydia et/ou de la gonorrhée au niveau de la gorge pour qu’il n’y ait aucune récidive ? Et est ce qu’une récidive ( soit non efficacité du traitement) peut exister pour l’une ou l’autre infection?

    Merci pour votre réponse , et encore merci d’avoir mis en place ce blog très intéressant.

    Cordialement

    J'aime

      1. Bonjour Docteur ,
        Je vous remercie d’avoir pris le temps d’avoir répondu à mes interrogations.
        En parcourant votre blog, j’ai vu que vous avez brièvement de résultats « faux négatifs ».
        De ce fait , dans le cas d’un dépistage de la chlamydia et/ou de la gonorrhée, mes résultats sont négatifs, mais ayant une flore polymorphe sans Entérobactéries ou des Ureaplasma urealyticum 10.3 UCC/ml (en test urinaire, au niveau du prélèvement vaginal, le résultat est le suivant : 10.4 UCC/ml) , les résultats de mon dépistage de chlaymidia et de la gonorrhée peuvent ils être considéré comme fiable?
        J’ai eu des traitements contre 2 mycoses à quelques mois d’intervalles. Est ce que le résultat concernant ma flore était due à cela? ou faut-il que j’aille retourner voir mon gynécologue. Merci

        J'aime

      2. Bonjour Docteur, je vous remercie pour votre retour.

        1)Aussi j’aurai voulu savoir quelles sont les solutions naturelles ou avec traitement spécifique qui me permettrait d’éliminer ces Ureaplasma urealyticum ou « bactéries au niveau vaginal  » s’il vous plaît? Car c’est parfois dérangeant ( un peu plus en période de menstruation, lors de la miction , légères brûlures urinaires)

        2) mes brûlures est ce à cause de ma flore fragilisée? car de temps à autre je ressens une petite douleur je devrai plutôt dire que je ressens que ma flore est plus sensible qu’avant. (mon gynéco m’a examiné en novembre , mais a t’il tout bien regardé? je pensais refaire une mycose, et il m’a dit qu’il n’y avait rien, pas de rougeur ou d’inflammation apparemment.. pourtant ça ( le gant) me brûlait un peu même pendant la consultation..)

        Pour faire un bref historique j’ai eu deux mycoses vaginales sur l’année 2019 , le premier vers le mois d’avril 2019 et l’autre c’est au cours du mois de décembre 2019 que mon gynécologue m’a diagnostiqué une deuxième mycose.Le gynécologue m’a prescrit une ovule de monazole et la crème lomexin 2% ( il me semble pour chaque épisode de mycose)

        C’est une chose que je ne comprends pas quelque part, car avant d’avoir été avec mon premier compagnon (pendant la période 2019) ( je n’ai jamais rien eu au niveau de ma flore, pas de mycose, rien ). Et depuis cette relation je découvre les uerasplasmas , les mycoses …
        mon gynéco me dit que pour les mycoses, ce n’est pas forcément dû aux relations ( là j’en doute pour ma part par contre), je fais attention de ne pas utiliser de produits agressifs , ni de mettre des sous vêtements serrés, j’en porte en coton et je les lave à 60° degrés…
        Je vais bientôt faire un check up IST pour voir si tout est ok (dont au niveau des mycoplasmes, trichonomases en prélèvement vaginal). Le seul rapport vaginal non protégé de ma vie était en février 2019 et les tests IST étaient vérifiés avant et après)

        Donc je ne comprends pas pourquoi ma flore est « déstabilisée ».

        3) J’ai fais des saunas, hammam et jacuzzi en SPA ( sur le mois de février 2019) et je me demande si ça peut s’attraper comme ça ?

        4) Aussi, dernièrement j’ai eu une petite lésion au niveau de la fourche vaginale(ce qui m’a angoissé car d’une part une légère plaie ouverte ça brûle tout de même) . Mes questions à ce sujet sont donc :

        5)Est ce quelque chose qui peut arriver de manière banale? (moi je pense que je me suis blessée lors de ma toilette. Mais d’après mon gynécologue , ce dernier me dit que c’est suite à un rapport sexuel dernièrement sauf que ce n’est pas possible  » techniquement parlant » si je peux dire ainsi) Il m »a donc prescrit du bétaméthasone 0,05% en crème et une pommade lubrifiante (mycogyne)

        Je vous remercie une nouvelle fois pour votre retour. Car mine de rien ça m’angoisse. Merci infiniment

        J'aime

      3. 1 à part les probiotiques oraux et vaginaux je ne vois pas kiera
        2 je ne sais pas non plus
        3 oui c’est bien possible
        4 ce peut être de l’herpès ou une peau très fine avec début de lichen Sans pouvoir vous examiner je ne peux faire de diagnostic Les fissures se réparent avec de l’huile de bourrache en application

        J'aime

  19. Bonjour Docteur,
    Je vous remercie infiniment pour votre retour, cependant certains points m’interpelle ( m’inquiète même ) :

    1) pour ma culture générale, je m’étais renseignée sur l’herpès génitale .. ( j’ai lu que des vésicules apparaissent , boutons en grappe avec du liquide etc etc, sans compter les poussées très douloureuses faisaient partie des symptômes), peut être que j’ai eu des petits picotements par si par là avant même que j’ai eu des rapports (
    Mais une sorte de griffure ou coupure à la fourche vaginale fait aussi partie de ce virus?
    je me demande si l’épilation chez l’esthéticienne peut aussi dessécher, aurait pu fragiliser cette partie-là ?

    2) ayant des prélèvements vaginaux à faire ( check up de contrôle), je n’ai pas encore utilisé le traitement prescrit par mon gynécologue pour ne pas fausser les résultats et je pense bien que 3/4 jours (maximum) après la consultation ça s’est cicatrisé naturellement. Je me demande que penser ?

    3) pourrais-je avoir éclaircissement de votre part s’il vous plait concernant certains termes que je vois sur des résultats d’analyse ?
    -a) Sécrétions : assez abondantes. Est-ce grave d’avoir des sécrétions vaginales « assez abondantes » apparemment ?
    b) pour l’examen microscopique avec score de Nugent , que signifie les informations suivantes svp ? :
    Morphotype lactobacilles (Doderlein) = 6 à 30 / champ (Objectif x100)
    Score de NUgent = 1
    Interprétation
    Score entre 0 et 3 : flore normale Score
    entre 4 et 6 : flore intermédiaire
    Score entre 7 et 10 : flore évocatrice d’une vaginose bactérienne
    ( juste pour vous donner les éléments complémentaires peut être nécessaires ou non : les trichonomas vaginalis sont absents, Morphotype Gardnerella et anaérobies :0 / champ (Objectif x100) et Morphotype Mobiluncus : 0 / champ (Objectif x100) )

    Ce qui m’inquiète le plus sont les Morphotype lactobacilles (Doderlein) qui étaient > 30/ champ il y a 1 an , et qui sont entre 6 et 30/champ à présent,mon score de nugent était à 0 il y a 1 an, et est à 1 à présent. Je me demande comment ça se fait que ça a changé même si ma flore est apparemment normal, je m’inquiète quand même .

    c) Et enfin que dois-je comprendre par la phrase suivant s’il vous plaît ? « Absence d’argument cyto-bactériologique en faveur d’une infection génitale basse ».
    Qu’ils n’ont pas eu assez « d’éléments » à analyser lors du prélèvement ?

    Encore merci .Cordialement

    J'aime

    1. 1 il existe une forme d’herpès avec juste une coupure
      2 je n’en sais rien l’herpès cicatrise tout seul aussi
      3 banal les secrétions abondantes
      4 flore normale je ne peux pas ici vous faire un cours de biologie
      5 on s’en fiche royalement du nombre de doderlein notre bacille de défense
      6 PAS D INFECTION tout va bien kiera

      J'aime

      1. Bonjour Docteur,
        D’accord je ne savais pas cela , et 1)cette forme d’herpès génital (avec coupure) , ou l’herpes génital en général, apparaissent combien de temps après un rapport génital(protégé ou non) svp? 2) quel est le taux de transmission de l’HSV2? 3) Et si sa transmission est elle élevée dans le sens , un contact (rapport sexuel), une contamination automatique (car d’après ce que j’ai pu comprendre, beaucoup ne savent pas qu’ils sont porteurs car pas de symptômes d’où le risque)? merci, et merci beaucoup pour votre réponse précédente qui m’a rassuré

        J'aime

  20. Bonjour Docteur,

    Je vous remercie pour votre réponse précédente, aussi j’aurai voulu savoir si le fait d’avoir :

    *1) une flore polymorphe sans Entérobactéries et des Ureaplasma urealyticum 10.3 UCC/ml en test urinaire, soit 10.4 UCC/ml au niveau de prélèvement vaginal, peut entrainer une stérilité svp?,
    *2) ou infection/inflammation des trompes (salpingite)?,
    *3) ou même des trompes complètement bouchées?
    *4) ou une autre complication pouvant jouer sur ma fertilité?
    *5) ou une grossesse extra utérine?
    *6) grossesse prématurée?
    *7) ou même une grossesse ne pouvant être menée à terme?,
    *8) est ce que les chiffres (Ureaplasma urealyticum 10.4UCC/ml en prélèvement vaginal) peuvent augmenter en l’absence de traitement? ( pour info, mes rapports(vaginaux) ont toujours été protégé depuis, 1 seul ne l’a pas été , mais c’était 3/4 mois avant ces résultats)
    D’après mes derniers tests, je n’ai aucunes IST juste ce que je vous ai dit au dessus ( flore polymorphe sans Entérobactéries et des Ureaplasma urealyticum ) qui me préoccupe énormément car je veux des enfants (dans 2 ou 3 ans « idéalement »), et depuis 1 an mon gynécologue ne s’est pas préoccupé de ça, je n’ai aucun traitement , rien … et je sens ma flore fragile, c’est désagréable.
    Merci encore une fois pour votre retour
    Cordialement

    J'aime

    1. 1 non
      2 non
      3 non !!!
      4 non
      5 non
      6 non
      7 non
      8 non
      encore heureux que vous n’ayez aucun traitement vous n’avez que des choses banales de la vie rien de dangereux kiera Mangez mieux , beaucoup de légumes aucune sucrerie aucun burger aucun soda et vous aurez une meilleure flore

      J'aime

      1. Bonjour Docteur,

        Je vous remercie pour vos conseils prodigués.

        J’en profite pour vous faire part que d’après mon dernier prélèvement vaginal je n’ai plus d’Ureaplasma urealyticum. (depuis au moins juillet 2019 à au moins août 2020 où ils étaient encore présents, je n’ai à présent plus rien. )

        1) par contre est-ce « normal » que je puisse cette sensation d’inconfort?
        2)des Légères brûlures lors de la miction ou des picotements au niveau de l’aine ?

        3) sinon concernant les MST: j’ai eu connaissance que le Lymphogranulome vénérien était de la même famille des chlamydias.
        4) est-ce normal qu’on ne nous prescrive pas le dépistage de cette MST en plus?
        5) Est-ce que juste le dépistage de la chlamydia est suffisant pour ne pas s’inquiéter ou que le médecin ne préoccuper pas pour évoquer le sujet de « Lymphogranulome vénérien » (vu qu’apparemment ces 2 mst sont de la même famille?)
        6) Je pense avoir compris les grandes lignes ( enfin plutôt les conséquences de cette MST qui est la stérilité), mais qu’est ce que c’est exactement?
        7) est-ce que cela se transmet lors d’un rapport oral non protégé? en plus du rapport génital non protégé?
        8) quels sont les symptômes que peut provoquer cette MST?
        9) Est ce que cela concerne (principalement/ exclusivement) les relations hétérosexuelles ou HSH? (je préfère demander car j’ai un doute en fonction de la bibliographie )
        10) et si le taux d’infection de la LGV est très élevé?

        Merci

        En vous souhaitant de bonnes fêtes de fin d’année.

        Cordialement.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s