VAGINITES : les antibiotiques ne sont pas utiles . Partie 1 : la vaginite a candida .

Ils sont même grandement néfastes car ils tuent immanquablement notre bon bacille de Doderlein et il faut alors des semaines et des semaines avant de retrouver une flore de bonne qualité .

Ils sont néfastes car , utilisés bien trop largement, ils induisent des résistances . Un beau jour , vous ne pourrez plus vous soigner d’une maladie potentiellement mortelle car plus aucun traitement antibiotique ne fonctionnera . Voulez vous compromettre votre avenir en traitant par antibiotiques une affection non mortelle que nos grands mères savaient soigner sans l’aide d’un médecin ?

Ils sont dangereux car ils peuvent donner des effets secondaires parfois très graves .

Aussi faut -il les réserver aux infections dangereuses pour vous même comme la syphilis, le gonocoque, le chlamydiae ou dangereuses en cours de grossesse comme le gardnerella que l’on doit soigner par antibiotiques uniquement pendant une grossesse ou au cours de l’accouchement comme le streptocoque B qui ne se traite par antibiotique que lorsque la poche des eaux est rompue.

Bien sûr il faut traiter par antibiotiques les infections gynécologiques profondes comme les endométrites ( infection de la muqueuse interne de l’utérus ) , les salpingites, car une infection profonde non soignée peut donner des séquelles douloureuses, une stérilité voire une péritonite mais là, je parle de vaginite , une infection toujours bénigne du vagin qui est un organe superficiel . Le plus souvent, la vaginite n’est pas une vraie infection mais juste la colonisation du vagin par des germes venant de nos propres intestins qui se sont mis là parce que notre système digestif ne fonctionne pas bien ou parce que notre nourriture n’est pas vraiment bien adaptée ou parce que notre bacille de défense a disparu , tué par des savons agressifs, des sécheresses intimes pas soignées….et une nourriture non bio qui contient , hélas, des traces des antibiotiques donnés dans beaucoup d’élevages . On retrouve ces traces dans le lait, les œufs , la viande et il suffit d’un millionième d’antibiotique pour tuer le Doderlein .

VAGINITE A CANDIDA

le candida est d’origine digestive , ce n’est pas une IST . Cette levure adore les milieux acides , chauds , humides et ….sucrés

Or notre alimentation est un peu trop sucrée , pas forcément sucres rapides mais aussi le sucre des yaourts ( oui , un yaourt non sucré contient 6% de sucre ( galactose ) ! Plus le sucre des farines modernes que l’on trouve dans le pain , les pâtes ….

Question chaleur et humidité , rien ne s’arrange : réchauffement climatique plus vêtements en synthétiques hyper moulants : le vagin étouffe alors qu’il a besoin d’oxygène et de fraîcheur pour ses défenses immunitaires locales .

Question acidité : pas terrible non plus , l’alimentation moderne : trop de produits transformés , trop de nitrites partout….

Quand, à cet état écologique pas très brillant, vous ajoutez les antibiotiques pris pour un oui ou un non ( et prescrits pour un oui ou un non ) vous obtenez un milieu propice à l’éclosion du candida par millions. Le candida n’est jamais embêtant à quelques colonies, c’est un hôte banal de nos intestins , c’est quand les quelques colonies deviennent des millions de colonies qu’il va être gênant.

Quels sont les produits non dangereux pour notre flore que l’on peut utiliser contre le candida ?

Lavages au Saforelle ou au Mycolea ou tout autre savon prescrit par votre pharmacien contre le candida mais le plus simple c’est l’eau bicarbonatée ( on en trouve au magasin bio) . Le candida déteste le bicarbonate , il n’aime que l’acide , il va fuir un environnement basique . Voilà aussi pourquoi les régimes alimentaires « basiques » pour diminuer l’acidité de notre corps aident à ne plus faire de candidose . Vous trouverez facilement ce régime basique sur le Net .

FUNGIZONE en pipette au fond du vagin : c’est un antifungique pur qui respecte le Doderlein . Attention fugizone per os ne peut pas soigner une candidose vaginale car il ne traverse pas la barrière intestinale. Ce produit n’est délivré que sur ordonnance .

FLUCONAZOL : que ce soit Orofluco ou Beagyne, ce produit respecte notre flore car ce n’est pas un antibiotique mais un antifungique pur . Il est autorisé pendant une grossesse . Il ne faut pas en abuser car c’est un médicament qui attaque le foie , pas question de s’en gaver mais il est remarquable en traitement ponctuel . Il n’est délivré que sur prescription médicale.

LADY FLOR candidosis : c’est un traitement naturel, en vente libre, contre le candida . Vous pourrez trouver des informations sur ce produit en lisant l’article que j’y ai consacré.

LA PILULE PROGESTATIVE PURE : elle diminue les estrogènes qui acidifient le vagin donc on ne fait jamais de candida sous progestive pure ….sauf prise d’antibiotiques !

ATTENTION : les probiotiques vaginaux acidifient le vagin, ce ne sont pas des produits pour lutter contre la candidose ++++++

ATTENTION : les ovules Monazol , Econazol , Lomexin et autres sont des ovules antifungiques mais aussi, hélas ,antibiotiques, donc ils tuent le Doderlein . Vous ne devez vous en servir que de façon très ponctuelle , jamais plus d’un ovule ou deux par mois sinon vous allez décaper votre vagin et déclencher une névralgie . Sans compter que ces produits sont parfois très allergisants et qu’ils peuvent entraîner des brûlures !

CONCLUSION

Le candida se dépiste sur un prélèvement . Il existe quantité de pertes blanches, quantité d’irritations, quantité de démangeaisons qui ne sont pas des candidoses . Si vous vous auto médiquez avec des ovules prescrits en vente libre chez le pharmacien, vous allez utiliser des produits antibiotiques afin de vous soigner certes mais aussi vous allez vous décaper les muqueuses tout en tuant vos défenses locales ! Il vaut mieux utiliser de l’eau bicarbonatée, des ovules de Lady flor candidosis en attendant les résultats du pv ….si vous n’êtes pas guérie. Une fois le résultat prouvant la candidose, préférez les traitements per os de fluconazol pour ne pas détériorer vos muqueuses ni tuer le Doderlein .

Ensuite , il faut faire en sorte de ne pas rechuter donc

1 revoir votre alimentation

2 diminuer le stress par le sport , le yoga ou la méditation

3 revoir votre habillement et vos protections hygiéniques

4 revoir votre contraception

5 améliorer votre système immunitaire digestif par des probiotiques genre femibion deux cp par jour non stop sur 9 mois un an

Dans un prochain billet je parlerai de la vaginite à gardnerella trop souvent traitée par antibiotiques alors qu’il ne s’agit que d’un désordre écologique et pas d’une véritable infection.

194 commentaires sur “VAGINITES : les antibiotiques ne sont pas utiles . Partie 1 : la vaginite a candida .

  1. Bonjour docteur,

    Quand je me lave le vagin (l’entrée bien sûre, pas l’intérieur bien évidemment) j’ai le vagin qui me pique/brûle. De plus quelques heures après quand je vais faire pipi j’ai aussi cette sensation de brûlure.
    Je n’ai aucune démangeaison, ni perte anormale mais seulement cette sensation de brûlure. J’utilise le savon cadum pour me laver.
    -Est ce que c’est dû au savon qui est peut être trop agressif ? Ou bien est ce que c’est une infection ?
    -Que me conseillez vous svp docteur ?
    -De plus l’année dernière j’ai fait un frottis il était bon mais j’avais une zone de remaniement, je dois faire un frottis la semaine prochaine mais qu’est ce que je stresse à cause de cette zone de remaniement 😦 est ce grave ?
    Merci beaucoup docteur

    J'aime

    1. 1 La zone de remaniement ? mais c’est strictement normal d’en avoir une
      2 vous avez de l’acidité vaginale . Lavez vous à l’eau bicarbonatée et buvez de l’eau de Vichy ça passera emilie C’est lié au stress

      J'aime

  2. Bonjour miss frotti, vous m’avez ete d’une grande aide par le passé en me conseillant le Luteran 10 seul (en continue)+ ergyonagre pour mon spm ++++.
    Plutôt pas mal me reste des sensations de faim aléatoires (glycémie ok) + migraines (plus légères qu’avant qui s’annoncent par une poussé d’acne corporelle la veille, le jour de la migraine je me réveille avec les yeux secs et irrités (chose inhabituelle mais ce n’est pas tous les jours).
    Ce mois ci. Comme tous les mois je passe par une petite sécheresse qui normalement dure 2 jours max, mais là rapidement ça a dégénéré sensation de brûlure +++, irritation, vulve rouge, entrée du vagin qui brûle, irritée, hyper sensible. Le lendemain léger purit vulgaire + pertes blanches « type mycose » et pesanteur pelvienne.
    Mon mt (ma gynéco étant en congé), me prescrit une gélule d’orofluco dans l’optique d’une mycose.
    J+4 après orofluco, les pertes ont disparues mais la rougeur , l’irritation à l’entrée du vagin, surtout la sensation de brûlure ++ et la pesanteur sont tjs la et m’empêche de bien dormir.
    Ayant eu des épisodes de sécheresse par le passé, je sais que tout ce que je peux mettre (cicalfate, medigyne, saugella, colpotrophine, etc) me brûle encore + au moment de l’application.
    J’ai un peu lu votre blog sur la question, est ce qu’il s’agirait pas d’un pb d’acidité, un retour de secheresse ? (je prend luteran en continu depuis 6 mois, j’ai eu jusqu’ici aucun soucis) Est-ce que je peux faire quelque chose en attendant le retour de mon médecin (probiotique, une crème) ? Merci pour votre aide

    J'aime

    1. oui utilisez de l’huile végétale d’arnica et buvez beaucoup d’eau C’est typique d’une acidité vaginale de stress et de déshydratation liée au confinement daipam Quittez aussi tout pantalon

      J'aime

  3. Bonjour
    Systématique, dans les jours qui suivent un rapport sexuel, je souffre de brûlures/démangeaisons vulvaires (et parfois anales). Ces brûlures sont généralement accompagnées de pertes, non odorantes qui accentuent la sensation de brûlure.
    Comment traiter sans décaper et surtout comment prévenir ce genre de désagréments ?

    J'aime

    1. marie il faut faire un bilan complet pour savoir d’où ça vient
      pv à la recherche de germes candida et chlamydiae
      arrêter toute contraception
      faire le test du préservatif : si aucune brûlure si préservatifs c’est une allergie au sperme qui peut se déclencher plusieurs années après la rencontre avec le partenaire
      lubrifier le vagin avec huile de coco bio tous les jours
      lorsque on aura éliminé
      l’infection larvée chronique
      ou l’intolérance à la contraception
      ou l’allergie au sperme
      il faudra penser au nerf pudendal coincé et aller consulter un spécialiste don le nom se trouve sur pudendal site pour le diagnostic et le traitement de la compression du nerf pudendal
      vous voyez qu’il ne s’agit pas de mettre quelques ovules au hasard , non il s’agit de faire une enquête médicale exhaustive pour soigner la cause des brûlures post coïtales et pas les brûlures elles mêmes marie

      J'aime

      1. Bonjour et merci de votre réponse.
        Voici quelques précisions :
        – je n’ai aucun moyen de contraception si ce n’est le préservatif systématiquement (rapports occasionnels car pas de partenaire régulier)
        – j’ai 42 ans
        – je prends généralement de l’ixprim avant un rapport car problème de lombalgie chronique. J’ai l’impression que ça a tendance à assécher les muqueuses
        – je crois avoir toujours eu des soucis suite à des rapports sexuels (gardnerella et mycose principalement)
        – papillomavirus suivi depuis 2 ans

        Ci après le résultat du PV :
        Recherche de mycoplasmes uro-génitaux :
        ✗Culture Bactériologique sur milieux sélectifs
        Présence de contaminants sur les milieux de culture, selon le contexte clinique renouveler le prélèvement
        Examen cyto-bactériologique d’un prélèvement génital (Femme) :
        ✗Examen cytologique : Assez nombreuses cellules épithéliales – Nombreux leucocytes – Absence d’hématies – Absence de Trichomonas
        ✗Examen microscopique après coloration de Gram : Flore vaginale Flore de DODERLEIN très abondante – Assez nombreuses levures – Flore normale avec prédominance de morphotypes Lactobacillus. (Groupe 1 dans la classification de Hay/Ison)
        ✗Culture Bactériologique sur milieux usuels et sélectifs : Absence de germes pathogènes. Absence de Streptocoque B
        ✗Culture Mycologique sur milieu sélectif : Les milieux de culture ont permis de mettre en évidence : Assez nombreuses colonies : Candida albicans

        Absence de détection d’ADN de Chlamydia trachomatis.
        Absence de détection d’ADN de Neisseria gonorrhoeae.

        Ca ne semble pas bien méchant … mais invalidant depuis des années pour une vie sexuelle épanouie …

        Ok pour l’huile de coco quotidiennement.

        J'aime

      2. vous avez une belle mycose quand même due aux anti inflammatoires qui hélas font du bien aux lombaires mais du mal à vos intestins et votre vagin . Je ne sais pas si c’est la première ou la nième crise de mycose . Si vous êtes habituée des levures il faut prendre ou femibion deux cp non stop un an ou orofluco un cp par semaine six mois sur ordonnance ou faire un régime alcalin, regardez ce que c’est sur le net ou prendre la pilule alcaline optimizette et vous en aurez fini des levures qui brûlent lors des rapports

        J'aime

  4. Bonjour docteur,
    J’ai 25 ans. Je prends la pilule leeloo en continu pour traiter mon endo. Auparavant je n’avais jamais pris la pilule. J’ai déjà fini une plaquette, j’en suis au 2ème comprimé de ma nouvelle plaquette. Depuis la prise de la pilule j’ai saigné tous les jours sauf un seul jour. Généralement ce sont des pertes marrons/noires. Je pensais qu’avec le temps ça allait s’arrêter, d’ailleurs depuis 2 jours j’avais des pertes bcp moins abondantes. Sauf qu’aujourd’hui, je viens d’avoir des pertes rouges abondantes qui ressemblent à de vraies règles.
    J’ai donc appelé ma gynécologue pour l’en informer et elle m’a dit que c’était normal d’avoir des pertes de sang pendant la prise et elle m’a conseillé de l’arrêter 5 jours et de la reprendre ensuite.
    Mais je ne comprends pas pourquoi ferais-je une pause alors que ça fait seulement 22 jours que je prends la pilule et je n’ai fait que de saigner. En plus je suis censée la prendre en continu sans faire de pause.
    Est-ce une bonne idée de faire la pause de 5 jours ou bien vaut il mieux continuer de la prendre étant donné que c’est mon premier mois de pilule ?
    De plus je pensais qu’elle allait me conseiller de changer pour minidril or elle n’a pas du tout évoqué de changement.
    Je vous remercie sincèrement pour votre aide.

    J'aime

  5. Bonjour Miss Frottis,

    Je ne sais pas si vous vous souvenez de moi. J’ai une sep et je fais des auto-sondages urinaires. Comme je fais très régulièrement des infections urinaires, je vais peut être prochainement prendre 2 antibiotiques en alternance 1 par semaine. Comme je suis aussi sujette aux mycoses, pourriez-vous me donner 2 antibiotiques les moins susceptibles de provoquer des mycoses ?
    Pensez-vous qu’on puisse stopper une infection urinaire à E coli en buvant de grandes quantités d’eau et/ou de jus de cranberry ? Il existe également chez Pilèje des compléments alimentaires tels Féminabiane CBU pour stopper une infection urinaire. Avez-vous des retours sur ce genre de produits ?
    Je vous remercie beaucoup pour votre aide.

    J'aime

    1. 1 les antibios des infections urinaires donnent rarement des mycoses tori
      2 oui c’est possible et surtout en prenant de la vit C tous les jours 500 mg
      3 pas de retour mais Pileje est un très bon labo

      J'aime

  6. Bonjour Miss Frottis,

    Vous avez déjà gentillement répondu à mes questions il y a quelques semaines…(sous le post Ladyflor)

    Suite à une mycose qui a persisté plusieurs mois, j’ai commencé un traitement Orofluco 1 fois/semaine il y a un mois (grace à vos conseils). J’ai aussi complètement revu mon alimentation ; je mange sans sucre, sans produits laitiers, sans levure, sans gluten et je porte uniquement des vêtements en coton et des jupes/robes. Stérilet retiré il y a 2 mois.

    Les premiers trois semaines se sont bien passés. Pour la premiere fois depuis longtemps j’ai senti que ca allait mieux… Sauf que la j’ai l’impression que la mycose revient.
    1. Est ce que je dois m’inquiéter sur l’effet d’Orofluco ? Ou peut il quand même que l’Orofluco à effet à long terme ?
    2. En cas de récidive, dois je prendre une ovule vaginal (genre Lomexin, monazol..) ? Ou puisse je completer le traitement Orofluco avec Ladyflor ?
    3. J’ai pris des pro-biotiques par voie orale Ergyphilus Intima ? Dois je arrêter de les prendre ou remplacer ?

    Merci infiniment pour votre aide,
    Julie

    J'aime

  7. Bonjour docteur,
    Je ne sais pas si vous vous souvenez de moi, mais j’ai été traitée par fluconazole pendant 3 mois suite à des brûlures de la vulve (à l’entrée du vagin exactement). Ca fait un mois que le traitement est fini et là j’ai des brûlures plus importantes et des pertes blanches qui font penser à celles dues à une mycose. D’abord est-ce que vous pensez que je doive faire un prélèvement vaginal au labo ?
    En fait même sous fluconazol j’avais toujours des brûlures au niveau de la vulve, moins intenses qu’en ce moment mais toujours là. Est-ce que c’est possible que ma mycose n’ait jamais disparu, même avec le fluconazol ? D’autant plus que j’ai continué à faire des infections urinaires, à peu près tous les 28 jours et traitées avec un antibiotique. Je pensais que mes douleurs étaient dues à la crème monazol qui m’avait brûlée, mais peut-être qu’en fait c’était toujours du à la mycose. Il faut aussi savoir que ça allait toujours mieux pendant mes règles et que ça se dégradait dans la deuxième partie du cycle.
    Là je ne sais plus trop quoi faire. Continuer le fluconazol en traitant en même temps avec ladyflor candida par exemple ?
    Merci pour vos conseils

    J'aime

    1. vous avez une névralgie vulvaire tori , je suis navrée de ce diagnostic parce que le traitement est horriblement long et difficile mais on en guérit . Il faut simplement consulter le chef de service gynécologie de votre CHU , il est spécialiste des vulvodynies et vous proposera le traitement adéquat : lyrica, neurontin, laroxyl , hypnose, huiles végétales , kiné spécialisée et autres . Vous ne guérirez jamais si vous ne voyez pas un grand spécialiste des brûlures vulvaires chroniques . En attendant jamais de pantalons, jamais de caleçons, jamais de synthétique, jamais de protège slips sauf lavables en coton bio, jamais de lavages au gant que des bains de siège au bicarbonate avec séchage au séchoir froid, hygiène alimentaire excluant tout lait, tout yaourt , tout sucre rapide , toute charcuterie, tout produit de l’industrie alimentaire …. Faire aussi des exercices anti stress de cohérence cardiaque à voir sur le net . Prenez aussi Maxiflor de synergia 1 cp tous les jours pour vos intestins Il faut réduire l’acidité de votre corps , diminuer l’inflammation intestinale . Le tt de la mycose chronique ce n’est pas 3 mois c’est 9 mois sinon échec assuré

      J'aime

      1. Oui pour la névralgie vulvaire j’en viens aussi à penser que c’est ça malheureusement… Pour l’instant j’essaie de régler le problème des infections urinaires chroniques et je verrai après pour ma vulve. Je prends déjà 5 gouttes de Laroxyl je vais passer à 6. Merci pour tous vos conseils d’hygiène de vie. Actuellement je prends des probiotiques de chez Arkopharma mais Maxiflor c’est vraiment moins cher et peut-être que ceux-là ne me constiperont pas.
        En ce qui concerne le traitement de ma mycose chronique j’ai vu la remplaçante de mon médecin traitant et elle m’a prescrit du fluconazol pour 3 mois. Mais bon j’espère que mon médecin traitant à son retour voudra bien m’en prescrire pour 9 mois.

        J'aime

      2. On va commencer par 6 parce que là déjà je me sens un peu vaseuse.
        Sinon j’ai vu que pour éviter les mycoses vous conseillez parfois une pilule progestative pure. J’ai déjà fait une phlébite alors est-ce que je peux prendre ce type de pilule ? Est-ce que j’aurai encore mes règles ? Sachant que si ce n’est pas le cas ça sera aussi bien. Et pour la libido ?

        J'aime

      3. 1 oui c’est même conseillé
        2 non pas régulièrement mais c’est justement le but, effacer les règles …et surtout la préparation des règles qui donne des poussées de NP
        3 elle sera comme elle sera tori

        J'aime

      4. Bonjour, alors j’aurais encore quelques petites questions s’il vous plaît. Actuellement j’ai une mycose depuis dimanche je dirais. Là je la soigne avec 3 fois 150 mg de fluconazol cette semaine, puis 150 mg par semaine. Je dois débuter la prise en alternance de furadantine 300 mg et de monuril 2 sachets soit 6 g alternativement en une prise par semaine.
        1. Est-ce que ces antibiotiques vont empêcher le soin de la mycose ?
        2. Quand les commencer ? dès maintenant ou faut-il attendre un peu que la mycose se soigne ? sachant qu’en ne prenant pas d’antibio je risque de refaire une infection urinaire
        Merci de répondre si gentiment à mes questions

        J'aime

  8. Bonjour,
    J’ai 50 ans et je suis ménopausée depuis 5 ans suite à un traitement de radiothérapie métabolique (TNE du pancreas opérée en 2017).
    Je prends un THS mais à faible dose d’oestrodose (+ utrogestan 100 tous les soirs) car j’ai de l’endométriose qui est systématiquement réveillée si j’augmente les doses. J’ai eu une ovariectomie en mars 2019 pour une image suspecte sur ovaire qui s’est avérée être un fibrome. Il y avait plusieurs foyers d’endométriose.
    Depuis cette opération, la sécheresse vaginale et surtout vulvaire s’est accentuée (plus que pendant la période 2015-19 lors de laquelle j’étais déjà en ménopause), avec une baisse flagrante de libido, des brûlures après les rapports. Depuis 2 mois, j’ai un prurit qui va et qui vient associé à des rougeurs situées toujours au même endroit (clitoris et face interne des grandes lèvres au niveau du clitoris). Ça s’atténue et puis s’empire après les rapports.
    J’ai pensé à une mycose mais les prélèvements vaginal et vulvaire faits lundi 17/08 indique qu’il n’y a aucune trace de Candida. Par contre, il y a quelques colonies de streptococcus oralis, rares colonies de staphylococcus epidermis au niveau vulvaire et de rares colonies de coli au niveau vaginal,
    Est-ce que cela peut donner ce type de manifestations ?
    Aussi depuis hier et après avoir beaucoup lu d’articles médicaux, je trouve que ça pourrait ressembler à un Lupus et ça m’inquiète terriblement (j’ai une thyroïdite Hashimoto depuis 2012).
    Ce qui m’interpelle, c’est la localisation fixe des rougeurs. Mais qui s’amplifient (quand il y friction : grattage ou rapports) ou se résorbent depuis 2 mois. Les rapports sont devenus douloureux du fait d’une extrême sensation de brûlure.
    Ma gyneco me prescrit Mycoster et Diprosone mais j’appréhende l’application Mycoster. Elle me dit de prendre rdv chez le dermatologue mais je n’aurais pas ce rdv avant plusieurs semaines dans le meilleur des cas.
    Déjà que ma sexualité a été très affectée par les changements hormonaux, l’idée d’un Lupus me terrorise totalement.
    Dans des périodes de tâtonnements concernant mon THS, ma gyneco avait bien voulu me prescrire Livial mais je l’ai essayé à raison d’un demi comprimé et après une période d’arrêt du THS classique pour saignements. Je l’ai arrêté au bout d’une semaine car j’avais des migraines mais peut-être étaient-elles dues à un déficit d’œstrogènes du fait de la demi dose (migraines systématiques si arrêt du THS au bout d’une semaine).
    Est-ce que mes problèmes peuvent être dus à une extrême sécheresse vulvaire et est-ce qu’il est intéressant que j’essaie à nouveau Livial à 1 comprimé par jour.

    J’ai appris beaucoup de choses grâce à votre blog depuis plusieurs années et je tenais à vous en remercier.

    Merci pour votre aide,

    Marie

    J'aime

  9. Bonjour, je me permets de laisser un commentaire afin de vous demander si vous auriez quelques conseils car je ne m’en sors plus.
    J’ai eu une mycose au mois de mars suite à une prise d’antibiotique pour une angine. Je n’avais jamais eu de mycose, donc j’ai mis un peu trop de temps à réagir et les cabinets médicaux avaient déjà fermés à cause du confinement. Ma gynécologue m’a prescrit du fluconazole à quatre reprises et j’avais toujours des démangeaisons après un mois donc elle a finalement accepté de me donner un rendez-vous. A ce moment-là, il n’y avait plus de candida mais c’était très irrité. J’ai donc fait une cure de feminabiane qui m’a aidé mais ce n’était pas encore 100%. A côté de ça, j’ai basifié mon alimentation et réduit drastiquement le sucre + prise de probiotiques Lactibiane CN 10M. Au mois de mai, de nouveau des démangeaisons mais cette fois-ci devant et derrière. Je parviens à soulager les démangeaisons avec du bicarbonate mais je retourne chez la gynécologue qui refait un prélèvement. Il y avait quelques traces de candida, mais rien d’affolant non plus, cependant la mycose s’était étendue du côté anale. Je reprends du fluconazole et j’applique une crème antimycosique locale. J’ai continué avec les probiotiques ainsi que la réduction du sucre. J’ai ensuite traversé des épisodes de brûlures/enflures qui se résorbaient avec des bains de siège, puis j’ai consulté une nouvelle gynécologue qui m’a prescrit des ovules d’acides boriques. Je devais suivre le traitement 14 jours, et au bout du 8e jour, j’ai commencé à avoir des brûlures et une grosse gêne, la gynéco me dit qu’il faut tout de même continuer. Depuis (cela fait bientôt 2 mois), j’ai l’impression d’être extrêmement sèche, j’ai bien moins de secrétions qu’auparavant, parfois des brûlures à la miction, une douleur sur les muqueuses à l’entrée du vagin, les douleurs sont plus vives lorsque je suis assise ou si je me penche en avant. Elles s’accentuent aussi une semaine avant et juste après mes règles (là ce sont des brûlures et c’est assez douloureux, ça me tire à l’entrée du vagin). J’ai eu un traitement de gynoflore (ovules à base de lactobacilles et estriol / médicament suisse (?) ) durant 10j qui m’a passablement soulagé mais les moments avant et après les règles restent douloureux malgré cela. De plus, j’ai aussi utilisé des ovules contre la sécheresse à base d’acide hyaluronique mais je ne vois pas vraiment de différence. J’ai banni tous les sous-vêtements synthétiques, les tampons, les jeans slims mais je prends encore la pilule (Desoren 20, pilule de 3e génération, peut-être juste distribuée en Suisse). Cela fait maintenant 11 ans (j’ai 26 ans) et je songe à l’arrêter, je me demande si elle peut entretenir cette sécheresse comme j’ai pu le lire dans un de vos articles… Je n’ai pourtant jamais eu de problèmes auparavant mais je suis un peu terrorisée par la poussée d’acné qui pourrait suivre – d’ailleurs savez-vous si l’arrêt progressif de la pilule est recommandable ou non ? A l’heure actuelle je me sens un peu désespérée. Depuis mars, je n’ai plus retrouvé le confort que j’avais auparavant et j’en souffre physiquement et psychologiquement, j’ai l’impression de subir le fait d’être une femme et l’obligation d’avoir un vagin, et je peine à établir une relation de confiance avec les gynécologues que j’ai consultées car mon cas est banal et toujours vite traité. Or, je m’inquiète tout de même et me demande si c’est normal que cette sécheresse ne passe pas malgré les traitements… Je m’excuse pour ce long commentaires et espère que vous aurez quelques pistes à m’apporter, en tout cas c’est toujours un plaisir de lire vos articles !
    Bien à vous,
    Sophie

    J'aime

    1. arrêtez la pilule c’est la première chose que vous devez faire pour arrêter la sécheresse puis beagyne un cp par semaine six mois Aucun tt local surtout sophie et continuez votre régime alcalin et l’arrêt des synthétiques sophie

      J'aime

      1. Bonjour, je vous remercie beaucoup pour votre réponse ! Oui je compte bien arrêter la pilule, j’espère que ça fera la différence.
        Vous pensez donc que c’est mieux de ne rien mettre du tout ? J’ai appliqué la crème vagisan car c’est très douloureux, en permanence et surtout lorsque je suis assise où que je me penche en avant. C’est la seule chose qui me soulage un peu, sans rien c’est encore pire. Est-ce possible qu’à cause de la sécheresse, l’entrée du vagin donne l’impression de se « rétrécir » ? Je vous souhaite un bon week-end, Sophie

        J'aime

  10. Bonjour et merci beaucoup pour votre blog !

    J’ai des démangeaisons à la vulve depuis plusieurs jours, mais pas d’odeurs désagréable, j’ai pris un ovule de Monazol sans succès, et consulté un généraliste qui m’a prescrit du Flagyl pendant 7 jours et un PV (il m’a dit que ça pouvait être mycose, vaginite). Pensez-vous que c’était vraiment cela ? dois-je continuer l’antibio (il me reste 3 jours) ou sinon que dois-je prendre d’autre ? Ça m’arrive régulièrement d’avoir des démangeaisons et également des infections urinaires liées au rapport (même en appliquant les recommandations). Je suis sous sterilet au cuivre. Voici mon PV. j’ai pris rdv chez une gynéco mais pas avant plusieurs semaines….
    Merci beaucoup,
    Aurélie

    Circonstances cliniques Prélèvement effectué au laboratoire
    Origine du prélèvement : Vaginal

    Examen direct (méthode microscopique )
    Quelques cellules épithéliales
    Quelques leucocytes
    Absence d’hématies
    Absence de Trichomonas vaginalis

    Coloration de Gram (méthode microscopique )
    Flore de Doderlein pauvre
    Absence de Clue cells et/ou Gardnerella
    Absence de Mobiluncus
    Absence de levures
    Absence de diplocoques Gram négatif intra et extra leucocytaires

    Score de Nugent
    Score de Nugent : 3 (Groupe 1 : score 0-3)
    Flore normale à prédominance de lactobacilles parfois associée à d’autres morphotypes bactériens mais présents en petite quantité.

    Cultures bactériologiques (sur milieux spécifiques Biomérieux)
    Présence d’une flore de Doderlein

    Mycologie Cultures stériles

    Conclusion Flore normale à prédominance de lactobacille

    J'aime

    1. ce pv est normal aurélie Dans les prurits récidivants 1 je cherche toujours un chlamydiae caché dans l’endocol , cela n’a pas été fait 2 je fais retirer le DIU C’est incroyable de nombre de guérisons obtenues par cette méthode simple Il s’agit parfois d’une allergie au cuivre . Je prescris des probiotiques Femibion 2 par jour six mois et des lavages au saforelle . J’adresse à l’urologue si pas de chlamydiae ou mycoplasme retrouvé et problèmes persistant malgré le retrait du DIU PS je prescris aussi Acerola 1000 de Pileje ou Lescuyer excellent anti infectieux urinaire 1 cp par jour non stop car c’est aussi un protecteur Covid : effet kiss cool !

      J'aime

  11. Bonjour, suite à la lecture de votre blog, j’ai essayé Ladyflor pour tenter d’enrayer une série de mycoses vaginales soignées par ovules d’éconazole et de crème en automédication dans contexte du confinement et ensuite de difficulté d’accès rapide aux médecins. J’ai des mycoses à candida albicans validées par pv plusieurs fois, depuis 23 ans, que ce soit sous pilule ou diu cuivre. Je viens d’ utiliser 5 comprimés de ladyflor. Le dernier me laisse avec la vulve rouge, irritée, légères démangeaisons, sans pertes blanches. Est-ce que c’est un effet secondaire du ladyflor que je ne tolère pas ou est ce la mycose qui n’est pas guérie ? J’ai rdv dans 6 jours avec ma gynécologue. Que puis-je utiliser pour me soulager en attendant ? Anti mycosique, cicatridine, huile de coco… Merci de votre réponse.

    J'aime

  12. Bonjour Docteure,
    Merci tout d’abord de tenir ce blog !
    J’ai été opérée au mois de novembre dernier (promontofixation). J’ai 68 ans et l’opération s’est bien passée. Depuis 3 mois environ, j’ai des leucorrhées parfois rosées. J’ai revu mon urologue et une gynéco. J’ai eu 2 échographies (une interne et une externe) qui ne relèvent rien d’anormal (endomètre fin et ovaires atrophiques sans kystes), le frottis est non pathogène, la biopsie d’endomètre (matériel peu abondant) ne révèle pas de « structure suspecte ». La gynéco me propose un examen (hystéroscopie) avec prélèvement plus important sous anesthésie générale afin d’investiguer plus facilement.
    Par hasard la semaine dernière, une femme ayant eu la même opération que moi et ayant aussi des pertes (comme moi) m’a informée que son médecin trouvait cela normal.
    Merci de me donner votre avis sur : dois-je faire cette intervention sous anesthésie générale ?
    MarieV

    J'aime

    1. euh non pas nécessaire Une IRM confirmera qu’il n’y a ni polype ni cancer juste une inflammation à traiter par cicatridine ovules cures de 5 à renouveler fréquemment surtout si vous ne prenez aucun traitement hormonal vaginal !

      J'aime

      1. Merci beaucoup pour votre réponse rapide : c’est très précieux un blog comme le vôtre qui permet, je suppose, de rassurer beaucoup de femmes inquiètes !
        Du coup je me permets de vous demander si, à votre avis, il est possible que l’inflammation soit due aux suites de l’opération de promontofixation.
        Merci encore.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s