Les produits vaginaux locaux : lesquels et pourquoi

LES PROBIOTIQUES LOCAUX

Physioflor ou Medigyne : ils ne sont vraiment utiles que dans le soin d’une vaginose. Ils rendent parfois service dans un soin de brûlure vulvaire liée au SGUM ( sécheresse intense) . Ils ne peuvent empêcher un candida de s’installer . Attention, dans un vagin fragile, ils sont agressifs! Ce ne sont pas des produits anodins.

Trophigil ou sa copie Florgynal ( sur ordonnance) est un mélange de probiotiques et d’hormones féminines locales pour nourrir les probiotiques car , sans estrogène, un probiotique meurt dans la journée….d’où l’intérêt de Trophigil pour prévenir vaginites et cystites de la femme pre ou post ménopausée. Sa seule CID c’est K du sein personnel. Moi, je l’utilise en prévention du gardnerella même chez la femme non ménopausée car il est faiblement hormoné ….et remboursé sécu . Certaines de mes patientes ne peuvent pas régler 10 à 20 euros de gélules probiotiques.

Je n’ai pas trouvé de différence d’efficacité entre les différents probiotiques proposés par le pharmacien. Mes habitudes reviennent à Medigyne mais si le pharmacien ne l’a pas en stock , il peut en proposer un autre, je n’y vois pas d’inconvénient.

Les probiotiques vaginaux soignent le gardnerella et le préviennent si on fait des cures soit 7 jours par mois après les règles soit un jour sur 2 ou 3.

LES ACIDIFIANTS LOCAUX

Physioflor AC ou Geliofil ou Hydrabalance

Je me sers de Geliofil pour donner de la qualité au Doderlein déjà présent.

Quand le Doderlein est indiqué +++c’est mauvais signe : il est trop abondant, cela pique et brûle . Geliofil va réguler sa quantité, augmenter sa qualité et faire disparaître les brûlures . Geliofil, je l’utilise beaucoup chez la femme enceinte 7 jours par mois pour prévenir le Gardnerella.

Physioflor AC , je m’en sers comme « anti mauvaise odeur » . Dès qu’il y a odeur corporelle intime , c’est que le vagin n’est pas assez acide . Un physioflor AC et tout disparaît dans l’heure. Très utile avant et après un rapport pour éviter l’alcalinité des secrétions masculines qui diminuent nos défenses locales.

LES HYDRATANTS LOCAUX

Cicatridine , Mucogyne, Idracare, Palomacare,Replens sont des produits à base d’acide hyaluronique hyperhydratant.

Cicatridine par exemple a de multiples avantages :

Il répare, sans le faire souffrir, un vagin décapé pour des ovules agressifs ….ce que les probiotiques locaux ne peuvent pas faire sans irritation ou un vagin traumatisé par un rapport un peu trop hard ou un vagin desséché par un SGUM . Avant de mettre des ovules hormonaux ou probiotiques, il convient de s’assurer par 6 jours de Cicatridine que le vagin va accepter sans souffrir les produits qui le guérissent.

Les saignements venant col sont aussi très bien soignés par Cicatridine….s’ils ne sont pas liés à une lésion virale ou une infection bactérienne bien sûr !

Il soigne la sécheresse vaginale des femmes qui ne peuvent prendre des ovules hormonaux mais je trouve que , dans ce cas précis, Replens fait mieux.

LES PRODUITS HORMONAUX

Colpotrophine est sans danger pour les seins : c’est un produit très actif contre le SGUM et absolument indispensable à raison de cures de 10 jours d’affilé dans la Névralgie Pudendale . La NP est aggravée par Trophicrème et pas du tout soignée par Trophigil , seule Colpotrophine fonctionne .

On peut devenir allergique à Colpotrophine au bout de plusieurs années de prise alors il faut passer à Cicatridine

Trophigil est indispensable pour prévenir les cystites et le Gradnerella

Il recoule peu ce qui est confortable .

Gydrelle ou Trophicrème

Très pratique d’utilisation, très efficace dans la sécheresse banale post ménopausique , il est très puissant et peut donner des saignements utérins si on en met trop souvent. Il aggrave la NP et est CID si antécédents de K du sein ou de phlébite . A chaque femme sa posologie : tous les 2 jours, tous les 3 jours ou 1 fois par semaine. On peut alterner avec Cicatridine ou Mucogyne ou Replens.

CONCLUSION

A chaque pathologie , son produit.

Non, les probiotiques ne sont pas toujours utiles , ils peuvent même être délétères si mal utilisés mais mieux vaut un probiotique vaginal qu’un ovule anti fungique décapant ….et inutile chez la femme ménopausée ! Trop de pharmaciens délivrent du Monazol ou du Lomexin en lieu et place de Medigyne pourtant plus approprié pour traiter une brûlure dont, sans examen clinique, on ignore l’origine !

Oui l’association probiotiques / hormones marche mieux que les probiotiques seuls mais ces produits ne sont délivrés que sur ordonnance .

Oui Cicatridine ou autre produit contenant de l’acide hyaluronique est utilisable par toute femme et pour toute symptomatologie : saignements, brûlures , sécheresse intime. Si vous avez un souci perso : achetez Cicatridine , vous ne pourrez pas aggraver la situation et vous patientez 3/4 jours . Soit les symptômes s’atténuent ( très utile dans picotements, brûlures, irritations) et il est inutile de consulter soit ils persistent et c’est le moment de prendre RDV avec votre soignant.

Si vous avez de mauvaises odeurs corporelles , achetez directement un probiotique vaginal pour en faire une cure de 10 jours puis entrenez votre flore restituée par un acidifiant deux fois par semaine. Si rechutes fréquentes, il faut consulter.

Le prochain billet sera consacré aux traitements vulvaires locaux.

Pilule progestative pure : combien de temps d’oubli sans conséquence contraceptive ?

SLINDA : 24 heures d’oubli autorisés

Avant 24h d’oubli, la protection contraceptive n’est pas réduite.
 Prendre immédiatement le comprimé oublié,
 Prendre les comprimés suivants à l’heure habituelle

Après 24h d’oubli, il existe un risque de grossesse.
• Prendre immédiatement le comprimé oublié, 
 Prendre le prochain comprimé à l’heure habituelle, même si cela conduit à la prise de deux comprimés en même temps,
 Utiliser une méthode de contraception mécanique supplémentaire (par exemple, un préservatif) pendant les 7 jours suivants.
• Si cet oubli a eu lieu pendant la première semaine d’utilisation et que des rapports sexuels ont eu lieu au cours des 7 jours précédant cet oubli, il existe un risque de grossesse.
 Si l’oubli a eu lieu pendant troisième semaine d’utilisation, le risque de diminution 
de la fiabilité est réel du fait de la proximité de l’intervalle de 4 jours sans comprimé. 
Cependant, en ajustant le schéma de prise des comprimés, une diminution de la protection contraceptive peut encore être évitée. Il est conseillé de ne pas prendre les comprimés placebos et de passer directement à la plaquette suivante en prenant les comprimés actifs.

OPTIMIZETTE ( et toutes ses cousines au DESOGESTREL) :

Avant 12h d’oubli, la protection contraceptive n’est pas réduite.
 Prendre immédiatement le comprimé oublié,
 Prendre les comprimés suivants à l’heure habituelle

Après 12h d’oubli, il existe un risque de grossesse.
 Prendre immédiatement le comprimé oublié, 
 Prendre le prochain comprimé à l’heure habituelle, même si cela conduit à la prise de deux comprimés en même temps,
• Utiliser une méthode de contraception mécanique supplémentaire (par exemple, un préservatif) pendant les 7 jours suivants.
 Si cet oubli a eu lieu pendant la première semaine d’utilisation et que des rapports sexuels ont eu lieu au cours des 7 jours précédant cet oubli, il existe un risque de grossesse.

MICROVAL : 3 heures

Avant 3h d’oubli, la protection contraceptive n’est pas réduite.
 Prendre immédiatement le comprimé oublié,
 Prendre les comprimés suivants à l’heure habituelle

Après 3h d’oubli, il existe un risque de grossesse:
 Prendre immédiatement le comprimé oublié, 
 Prendre le prochain comprimé à l’heure habituelle, même si cela conduit à la prise de deux comprimés en même temps,
 Utiliser une méthode de contraception mécanique supplémentaire (par exemple, un préservatif) pendant les 7 jours suivants

L’alimentation dans l’endométriose

Elle doit être anti inflammatoire et anti oxydante

Le choix des graisses alimentaires
Il existe une relation entre certaines graisses et l’incidence de l’endométriose ou la sévérité
des symptômes .

Les acides gras oméga-3 apparaissent comme protecteurs tandis que les
oméga-6 devraient être diminués, tout comme les acides gras trans et les graisses animales,
qui sont liés à un risque accru risque d’endométriose dans les études épidémiologiques.
Une étude menée en 2010 sur 71 000 femmes a montré que celles qui ont les apports les plus
importants en oméga-3 ont 22 % de risque en moins de développer une endométriose. Inversement, une alimentation riche en acides gras trans augmente le risque de 48 %.

Les oméga-3 diminuent la production des prostaglandines pro-inflammatoires, tandis
que les oméga-6 sont pro-inflammatoires, quand ils sont en excès par rapport aux oméga3. C’est pourquoi la diminution du ratio oméga-6/oméga-3 est liée à un risque réduit d’endométriose et/ou de sévérité des symptômes . Ce ratio doit idéalement être compris entre 1/1 et 5/1, ce qui implique de diminuer les oméga-6 (huiles de tournesol, maïs,pépins de raisin…) et d’augmenter les oméga-3 (huiles de colza, cameline, lin, graines de lin, noix, poissons gras).

L’huile d’olive vierge est constituée d’omégas 9, elle est réservée à la cuisson mais vous devez préférerla mélanger à l’huile de colza riche en omega 3 pour les salades (à conserver à l’abri de la lumière ) L’huile de lin bio a un bon goût de noisette et est très riche en omega 3 tout comme l’huile de cameline.

Les huiles de tournesol, de mais de pépins de raisin doivent sortir de la cuisine : elles sont trop riches en omega 6 ( qui se trouvent dans lait, fromage, viande….)

Lhuile de noix contient trop d’omega 6 pour ne pas être mélangée à une huile de cameline afin de donner bon goût à une salade de mâche mais c’est tout.

Les huiles de coco servent pour la cuisson à haute température

Le beurre : juste pour une tatine le matin

La margarine : non y compris celles dites « anti cholestérol »

Les dangers de la viande rouge
Une consommation élevée de viande rouge et de charcuterie est liée à un risque augmenté
d’endométriose. Les femmes qui mangent sept portions de viande rouge par semaine
ont deux fois plus de risque d’endométriose que celles qui en mangent moins de trois par
semaine . Et celles qui consomment plus de deux portions de viande rouge par jour
ont 56 % de risques en plus de souffrir d’endométriose que celles qui n’en mangent pas
plus d’une fois par semaine . De même, les femmes qui mangent du jambon trois fois
par semaine augmentent de 80 % leur risque d’endométriose par rapport à celles qui en
mangent moins d’une fois par semaine.
L’effet néfaste de la viande rouge sur l’endomètre s’expliquerait par sa teneur en fer car
le fer est impliqué dans la maladie . La consommation excessive de viande rouge
provoque de l’inflammation et du stress oxydant, surtout si elle est grillée.

Plus de légumes et de fruits frais
En regroupant les résultats de deux études impliquant plus de 1000 femmes, des chercheurs italiens ont montré que celles qui consomment le plus de légumes verts et de
fruits frais ont un risque plus faible d’endométriose .


. Les femmes qui mangent au moins une portion d’agrumes par jour ont 22 % de risque en moins de souffrir d’endométriose, par rapport à celles qui en consomment moins d’une par semaine. Les agrumes sont particulièrement riches en antioxydants.

Liste des aliments anti oxydants

abricot sec,cerise,fraise, framboise, pruneau, baie de goji, agrumes, raisin, kiwi

basilic, cannelle,curcuma, romarin ,origan, clou de girofle, oignon, ail

artichaut, asperge,avocat, brocoli, roquette, patate douce,épinards, betterave, carotte non traitée

huîtres, abats (bio)

noisettes, noix, noix de Pecan

chocolat noir, cacao en poudre non sucré

thé vert, vin, tisanes

Les aliments bio ont plus d’antioxydants ( 40% de plus) que ceux de l’agriculture traditionnelle tout simplement parce que les antioxydants sont une défense naturelle contre les ennemis des fruits et légumes. Les pesticides empêchent les fruits et légumes de fabriquer leurs antioxydants de défense

Et le gluten ?
Bien que peu nombreuses, les études suggèrent que l’éviction du gluten, une protéine peu digeste présente dans le blé, le seigle, l’orge, pourrait être bénéfique chez certaines
femmes. Une étude sur 207 femmes souffrant d’endométriose sévère rapporte qu’après
12 mois d’une alimentation sans gluten, 75 % ont vu une amélioration des symptômes,
notamment une réduction de la douleur .

ATTENTION À L’ALCOOL
Il existe une corrélation significative entre la consommation d’alcool et l’endométriose, peut-être à cause de l’effet pro-inflammatoire de la boisson . De la même manière
générale, l’alcool favorise le développement des maladies dépendantes des œstrogènes, car il augmente l’activité de l’enzyme aromatase et donc la biodisponibilité des œstrogènes dans le sang.

Le café peut être remplacés par des tisanes ( feuilles de framboisier +++) et du thé cannelle que l’on peut préparer soit même

Le lait et les laitages : on peut s’en passer

Le sucre : à diminuer drastiquement pour ne conserver que celui de deux fruits frais par jour et deux carreaux de chocolat noir.

Je consacrerai tout un billet sur le lait et comment trouver du calcium en dehors des laitages ainsi qu’un billet sur le sucre, un poison pour tout le monde et , hélas, une drogue pour certaines encore plus accrocheuse que la cocaïne , c’est peu dire la nocivité du sucre !

CONCLUSION

L’alimentation des femmes atteintes d’endométriose doit comporter le maximum d’omega 3, le maximum d’aliments anti oxydants, le minimum de viande , de gras animal, de produits laitiers….et de sucre

Bien évidemment, il faut aussi agir sur le stress en complément de l’alimentation pour atténuer une endométriose.

Il existe des compléments alimentaires spécifiques pour les femmes atteintes d’endométriose : vous les trouverez dans le livre de Fabien Piasco et aussi dans un article de la Nutrition.fr « Endométriose traitements naturels » du Dr Marie Cecine Ray dont je me suis inspirée pour faire ce billet


Pour une bonne santé, privilégiez les aliments à indice PRAL negatif

Pour fonctionner correctement, notre organisme doit se situer dans une zone de PH équilibrée entre acidité et alcalinité et cet équilibre acido basique dépend beaucoup de notre alimentation.

Celle de nos ancêtres chasseurs cueilleurs étaient parfaite : de la viande , du poisson, des racines, des herbes, des champignons et comme sucre , uniquement celui des baies sauvages. Les tubercules sont gorgés de sels de potassium qui neutralisent l’acidité provoquée par le métabolisme de base. La place prépondérante faite aux végétaux permettait une alcalose métabolique discrète et profitable à la santé de base.

L’homme de Cro Magnon consommait 3000 calories par jour mais avec un apport très riche en potassium, trois fois plus que ce que nous consommons. Cet environnement modérément alcalin est celui pour lequel nous sommes génétiquement programmés.

Non, nous ne sommes pas programmés pour être aussi sédentaires, pour consommer autant de gras animal, autant de laitages, autant de sucres rapides et lents et encore moins des produits ultra transformés. Avec une nourriture banalement classique du XXIième nous baignons dans une acidose chronique …et que dire de ceux qui ne se nourrissent que de burgers arrosés de Cola!

Par ailleurs, l’acidité de l’organisme augmente avec le diabète et l’âge parce que nos reins perdent progressivement leur capacité à éliminer les acides.

Comment savoir si un aliment est plutôt basique( alcalin) ou acide ?

Pas en le goûtant : le le citron parait acide et pourtant , dans notre corps, c’est un alcalin !

Non, c’est en calculant son indice PRAL ( calculs que seuls les scientifiques peuvent faire)

Plus le PRAL est élevé , plus l’aliment est acide , plus il est bas ,plus l’aliment est alcalin

Exemples

Sont très acides à PRAL élevé

l’emmenthal ++++

le veau , le lapin ++++

les sardines

les moules

le pain

les oeufs

le sel de table et de cuisson

Sont très alcalins à PRAL négatif

le curcuma

le clou de girofle

thé , tisanes, vin rouge

thym, laurier, persil++++ , menthe

la mache, la roquette

le céleri ++++

les épinards ++++

les fruits secs ++++

l’avocat

la pomme de terre bouillie

la carotte crue

le kiwi

le raisin

le melon….

Vous trouverez les indices PRAL des différents aliments sur le site La Nutrition.fr , (abonnement gratuit ), qui regorge de bons conseils nutritionnels dont je vous fais part d’ailleurs .

Quelles sont les conséquences pour notre santé de manger trop d’aliments à indice PRAL élevé ?

HTA

fonte musculaire

trouble rénaux

et surtout ostéoporose

Quand votre corps a besoin de diminuer son acidité pour mieux fonctionner, il va chercher le bicarbonate ( alcalin) dans vos os , surtout après 50 ans où nos reins vieillis n’ont plus la capacité de neutraliser cette acidose . Les os contiennent du bicarbonate de calcium. En puisant dans les réserves de bicarbonates , il chasse aussi le calcium de la trame osseuse.

Comment faire pour manger plus alcalin ?

Il faut diminuer sa ration d’aliments acidifiants

Le lait et les laitages frais ont beaucoup d’inconvénients et très peu d’intérêt hors période de croissance. Le lait contient

1 des facteurs de croissance qui font grossir les bébés animmaux …et nous aussi .

2 du sucre car oui, la galactose c’est du sucre : un yaourt non sucré est sucré en fait.

3 du lactose : or , à part les descendants des Vikings, notre patrimoine génétique n’est pas fait pour digérer le lait après 20 ans , nous manquons de lactase, donc nous digérons mal le lait et une mauvaise digestion du lait et ses dérivés entraîne une dysbiose avec inflammation à bas bruit des intestins ….et comme l’intestin est notre deuxième cerveau autant le protéger à fond !

On peut donc se passer de lait ( le fromage n’a pas de lactase et a perdu ses facteurs de croissance mais il reste un aliment très acidifiant). Il existe des dizaines de sources de calcium hors des laitages dont je vous parlerai dans un billet consacré aux produits laitiers.

La viande : on en mangera moins mais elle contient des acides aminés essentiels, de la vitamine B12 aussi qui nous est indispensable et du fer . 100 gr de viande = 1 kilo de lentilles pour le fer !

Les céréales sont à diminuer drastiquement

Si nous sommes sédentaires, nous n’avons pas besoin de manger des céréales à tous les repas car elles sont acidifiantes mais aussi ce sont des calories « vides ». Les pâtes, le riz blanc ne contiennent aucune vitamine. Remplaçons pâtes et riz par des légumineuses(pois , lentilles, haricots) qui ont plein d’avantages : elles se digèrent lentement ( donc ne font pas grossir) et elles sont pleines de vitamines, elles. Seules les personnes ayant des pathologies inflammatoires du colon doivent se priver de légumineuses ou alors les manger finement mixées .

La consommation de pain doit être très , très modérée car il a plusieurs défauts , il est acidifiant, il contient du sel caché, il est à index glycémique élevé (même le pain complet) s’il n’est pas au levain. Par ailleurs, tout comme les pâtes, il contient du gluten, un ingrédient qui abîme les intestins en favorisant leur porosité . Bref, le pain , on essaie de s’en passer.

NB : le quinoa est une excellente option pour remplacer les céréales : il contient, comme la viande, des acides aminés essentiels et il fait partie de la famille des épinards donc il ne contient ni amidon ni gluten.

Il faut augmenter sa ration d’aliments alcalinisants

Les légumes et les fruits : on en mangera plus

Les fruits et légumes, alcalins, plein de potassium, permettent à l’organisme de ne pas puiser dans nos os le bicarbonate de calcium qu’il lui faut pour rendre plus alcalin notre corps.

Les eaux minérales alcalinisantes

Voici les eaux les plus alcalines : Vichy, Arvie, Badoit verte et rouge, Vernière

Au contraire, voici des eaux acidifiantes : Hépar et Contrex

Le sucre est acidifiant donc à diminuer drastiquement sauf celui des fruits

Les plats issus de l’industrie agro alimentaire sont à bannir

Les charcuteries aussi : trop acides et trop de nitrites !

Les compléments alimentaires pour aider à alcaliniser son organisme :

ils sont nombreux

Bicarbonate de soude : à boire (une cuillère café dans un verre d’eau ) ou en pincée dans l’eau de cuisson des légumes

Lithotamne

Le lithothamne – Lithothamnium calcareum – est une algue rouge de la famille des Corallinacées, réunie en colonie dans les fonds marins de faibles profondeurs (10 à 60 mètres). On la retrouve en Bretagne, en Angleterre, en Norvège, en Islande ainsi qu’en mer Méditerranée. Elle se développe également du côté du Brésil, dans l’Atlantique Nord et l’Atlantique Sud.

Le lithothamne est une algue reminéralisante pour l’organisme, grâce à la richesse de ses minéraux et oligo-éléments. Une cure de plusieurs jours ou plusieurs semaines permet de pallier aux carences minérales. 

Il est aussi utile pour soutenir la croissance osseuse chez les enfants ou pour prévenir les risques de fractures chez les personnes plus âgées. 

En prévention, cette algue est efficace pour combattre l’ostéoporose

Le lithothamne est aussi indiqué en cas d’arthrose : il ne guérit pas de cette maladie mais permet de stabiliser la dégradation du cartilage.

La richesse de ses oligo-éléments et substances actives lui confèrent une propriété anti- inflammatoire intéressante en cas de douleurs de rhumatismes, d’arthrite, de troubles articulaires et musculaires.

Le pH du lithothamne est de 8, ce qui lui confère une vertu anti-acide. Il aide à soulager  l’acidité gastrique induite par des reflux gastro-oesophagien (RGO), les gastrites, les brûlures d’estomac, les ulcères…mais aussi les inflammations causées par les pathologies intestinales comme la maladie de Crohn,  les colites ou le syndrôme du côlon irritable.

Son pH basique aide à rétablir l’équilibre acido-basique de l’organisme en apportant des éléments alcalinisants, ce qui peut contribuer aussi à rééquilibrer des états de candidoses (infections par des champignons de type Candida), d’infections urinaires ou de mycoses.

Le lithothamne se consomme sous forme de compléments alimentaires. Le dosage se situe entre 200 et 700 mg par gélule ou comprimé. La quantité à prendre dépend des besoins de chacun.

Pour les troubles articulaires et squelettiques, il est souvent conseillé de consommer jusqu’à 2400 mg par jour.

Le lithothamne est déconseillé aux personnes suivant un régime pauvre en sel, ayant des troubles rénaux ou en cas de prédisposition aux calculs rénaux.

CONCLUSION :

La santé passe par notre assiette .

L’alimentation moderne est trop acide, notre corps est contraint de faire un effort pour tenter de diminuer son acidification permanente.

A nous de limiter les aliments à indice PRAL élevé et à privilégier ceux à indice PRAL les plus bas possibles : cela tombe bien car ces aliments ont une grande valeur nutritionnelle et ne sont pas ou peu transformés

Pour savoir si notre PH s’approche de 8 , il suffit d’acheter des papiers à PH urinaire au magasin bio ou sur le net et de mesurer son PH sur ses urines en cours de journée ( sauf celles du matin au lever qui sont toujours plus acides) .

Manger beaucoup moins d’aliments acidifiants et privilégier les aliments alcalinisants , c’est simple, peu coûteux et excellent pour rester en bonne santé ou la recouvrer.

L’alimentation anti inflammatoire

Rééquilibrer les graisses, manger des antioxydants, privilégier les aliments à index glycémique bas et riches en fibres… en modifiant son alimentation on peut réduire l’inflammation chronique qui se cache derrière de nombreuses maladies

L’inflammation chronique est commune à de nombreuses maladies : arthrose, maladies cardiovasculaires, cancers, Alzheimer, maladies auto-immunes, maladie de Lyme et maladies infectieuses chroniques, ostéoporose, névralgie, endométriose et même obésité.

Lorsque l’inflammation persiste et ne sert pas à répondre à une agression, elle en vient à endommager les tissus et les cellules du corps et à favoriser des maladies. Le stress, le manque d’exercice, l’hérédité et l’exposition à des substances toxiques de l’environnement contribuent tous à une telle inflammation chronique, mais l’alimentation joue un grand rôle. Comment l’utiliser pour réduire les phénomènes inflammatoires ?

Rééquilibrer les graisses

Extrêmement complexes, les réactions inflammatoires mettent en jeu un très grand nombre de molécules dont une partie provient directement du type de graisses qu’on mange. Les graisses polyinsaturées donnent naissance à des médiateurs de l’inflammation appelés prostaglandines, thromboxanes et leucotriènes. Selon les corps gras que vous mangez, ces médiateurs peuvent favoriser l’inflammation ou la diminuer. Il est donc important de consommer ces graisses de manière équilibrée.

Les oméga-6 sont des acides gras polyinsaturés trouvés majoritairement dans les huiles de tournesol, de soja et de maïs, les produits industriels, les chairs d’animaux élevés industriellement. Ils donnent naissance à des médiateurs globalement pro-inflammatoires.

Les oméga-3 se trouvent eux notamment dans les graines de lin et de chia, les noix de Grenoble, les huiles de colza, lin et cameline, les poissons gras (maquereau, sardine, thon, saumon, etc.), les œufs de poules nourries aux graines de lin et la chair d’animaux qui ont reçu cette alimentation (filière bleu-blanc-cœur). Ils donnent naissance à des médiateurs globalement peu inflammatoires. Par exemple, la prostaglandine PGE2 (oméga-6) est très inflammatoire, mais sa cousine oméga-3, la PGE-5 l’est très peu. Idem pour le thromboxane TXA2 et le leucotriène LTB4, inflammatoires (oméga-6), alors que les TXA3 et le LTB5 (oméga-3) ne le sont pas. Les effets  anti-inflammatoires des oméga-3 ont été confirmés par des essais cliniques chez l’homme. Une étude sur plus de 300 jeunes Européens en surpoids a ainsi montré que la consommation de produits de la mer (saumon, morue notamment) avait permis de faire baisser le taux de protéine C-réactive, une protéine synthétisée par le foie en cas d’inflammation de l’organisme, et qui sert de marqueur de l’état inflammatoire.

La solution n’est pas de supprimer les oméga-6 de son alimentation car leurs médiateurs ont des fonctions importantes sur la coagulation ou encore la défense contre les infections, mais de ne pas les surconsommer, et de veiller en parallèle à manger assez d’oméga-3.

1) Diminuer les aliments industriels
2) Supprimer les huiles de tournesol, soja et maïs. Remplacer par un mélange à part égale d’huile de colza et d’huile d’olive, et utiliser l’ huile d’olive pour la cuisson
3) Privilégier les viandes et œufs venant d’animaux élevés en liberté
4) Manger du poisson gras deux à trois fois par semaine (pas plus de deux fois pendant la grossesse et l’enfance)
5) Parsemer ses compotes, mueslis et salades de graines de lin fraîchement moulues.

Augmenter sa consommation d’antioxydants

Le stress oxydant joue un rôle important dans le développement des maladies inflammatoires chroniques. Le stress oxydant s’installe lorsque la production de radicaux libres et autres espèces oxygénées réactives est excessive. Si on la choisit bien, l’alimentation peut réduire ce stress oxydant, en apportant des substances antioxydantes comme les vitamines C et E, les caroténoïdes, les polyphénols.
Dans les études épidémiologiques, un régime riche en antioxydants, ou des teneurs d’antioxydants élevées dans le sang, sont associées à des taux plus bas de protéine C-réactive.

Pour cela , il faut deux choses

Faire le plein chaque jour de fruits et légumes colorés, en variant au maximum les couleurs

Épicer plus souvent ses plats

Toutes les épices sont fortement antioxydantes et donc intéressantes contre l’inflammation. Pensez à la cannelle dans les desserts, au genièvre et aux clous de girofle pour vos bouillons, etc. Le gingembre et le curcuma sont les épices dont les propriétés anti-inflammatoires ont été les mieux mises en évidence. Elles se classent aussi parmi les épices les plus antioxydantes. Le gingembre peut s’utiliser frais dans les plats sautés ou les plats de poisson, en infusion, ou en poudre dans les desserts ou les soupes. Le curcuma peut s’utiliser en marinades (viandes), dans les sauces et soupes, dans la vinaigrette, dans les plats de curry et les chutneys. Veillez à toujours cuisiner le curcuma avec de la graisse et du poivre pour favoriser l’absorption de la curcumine (la substance active) par l’organisme.

Réduire la charge glycémique de vos repas et manger plus de fibres

Les pics de sucre sanguin (glycémie) s’accompagnent de radicaux libres et d’inflammation. Pour les limiter, il faut choisir des aliments à index glycémique bas à modérés et en manger de petites portions, ce qui conduit à une charge glycémique (CG) basse à modérée. Un régime frugal, à CG basse, réduit de 48% le niveau de protéine C-réactive

Les fibres alimentaires réduiraient l’inflammation chronique grâce à des interactions bénéfiques avec la flore intestinale qui produit des acides gras à chaîne courte grâce à leur fermentation dans le côlon. En janvier 2015, une méta-analyse portant uniquement cette fois sur des études d’intervention auprès de personnes en surpoids ou obèses a montré que les fibres alimentaires ou les aliments riches en fibres avaient un effet bénéfique sur le taux de protéine C réactive

5 règles pour manger plus de fibres

1) Consommer plus de légumes verts à feuilles
Épinards, blettes, oseille, salades… les légumes verts à feuilles contiennent un maximum de fibres et de bons nutriments pour un minimum de calories. Les salades constituent un moyen idéal de manger plus de vert .
2) Miser sur les crucifères
Ces légumes de la famille des choux contiennent beaucoup de fibres : 100 g de chou rouge cru apportent 2,1 g de fibres et 100 g de brocoli, 2,4 g de fibres.
3) Avoir le réflexe oléagineux
Mangez chaque jour une poignée d’oléagineux secs (noix, noisettes, amandes…). En plus d’être d’excellentes sources de bonnes graisses et nutriments, noix et graines sont aussi de bonnes sources de fibres. Ainsi 100 g d’amandes apportent 12,2 g de fibres (soit environ 2 g par portion).
4) Penser à manger des légumineuses au moins deux fois par semaine
Lentilles, haricots secs, pois chiches, fèves, etc. renferment des nutriments intéressants et des fibres en grand nombre et ne provoquent pas de flatulences lorsqu’ils sont correctement cuisinés.
5) Remplacer pains et céréales raffinés par des aliments complets
Le pain blanc peut être avantageusement remplacé par du pain complet aux céréales (au levain) ou du pain de seigle (au levain).

NOTA BENE : les personnes souffrant de colopathie ( intestin irritable, diverticulose, Crohn) doivent bénéficier d’une alimentation spécifique éliminant les crucifères, les crudités y compris la salade, les céréales en grain, les fruits avec des pépins ….L’alimentation FODMAP ‘S est bien adaptée à leur problématique.

CONCLUSION

Il est possible de rester en bonne santé ou de recouvrer la santé en modifiant sa façon de s’alimenter.

Il faut manger VRAI : tous les produits transformés par l’industrie agro alimentaire doivent être bannis.

Il faut veiller à l’index glycémique des aliments et à leur charge glycémique : les féculents à IG élevé ( pain blanc, pâtes, riz, pommes de terre ) augmentent notre graisse viscérale . On peut être atteint de la maladie du foie gras en ne buvant aucune goutte d’alcool mais juste en ne mangeant que des pâtes ! Ce ne sont pas les graisses qui donnent la stéatose hépatique ( ou foie gras) mais les sucres rapides mais aussi lents s’ils sont à index glycémique élevé .

La graisse viscérale est la plus mauvaise des graisses. Contrairement à la cellulite, elle concourt au sur risque cardio vasculaire …et à l’infécondité des femmes SOPK …

Manger « anti inflammatoire  » , c’est aussi consommer des produits à index glycémique bas ou moyen et délaisser les aliments à IG élevé donc c »est bon et pour la ligne et pour son coeur …tout en diminuant les douleurs chroniques : bref, c’est une alimentation santé que tout le monde devrait adopter

Le dépistage de l’endométriose par test salivaire : c’est pour bientôt ….

C’est une première mondiale. Une start-up française, Ziwig, a créé un test salivaire pour diagnostiquer l’endométriose, maladie gynécologique qui touche une femme sur dix en moyenne. Elle se caractérise par le développement de la muqueuse utérine à l’extérieur de l’utérus, dans d’autres organes. Actuellement, il faut huit ans, en moyenne, pour diagnostiquer cette pathologie chez une femme. Ce test, simple d’usage et qui promet un résultat sous 48 heures, pourrait ainsi être une petite révolution, évitant de nombreux examens

Ce test salivaire permet aussi de diagnostiquer toutes les formes d’endométriose. Son efficacité est proche de 100 %, assure son concepteur, le président de la start-up Ziwig, Yahya El Mir. « La salive, c’est un fluide magnifique, formidable, qui contient énormément d’informations. Ces informations sont préservées et extrêmement stables. C’est ça que nous allons récupérer grâce à des machines de nouvelle génération qu’on appelle des séquenceurs. On regarde exactement 105 biomarqueurs parce que l’endométriose est une maladie complexe. Il nous faut tous ces biomarqueurs pour avoir une certitude de diagnostic. » 

Ces tests salivaires ne sont pas encore commercialisés mais l’entreprise espère une mise en vente rapide. La start-up discute avec les autorités sanitaires pour obtenir le remboursement de ces tests. Des tests que les fabricants souhaitent améliorer : ils aimeraient que l’outil puisse donner le stade d’évolution de la maladie.

Je suis ravie d’avoir, enfin, en ma possession un outil diagnostic afin de mettre un nom sur l’origine de pas mal de douleurs pelviennes à examens complémentaires ( IRM , écho, coloscopie) négatifs . Moi, je sais bien que 50 % des endos invalidantes passent sous les radars des examens complémentaires mais mes patientes non et partir sur un traitement d’endométriose sans certitude diagnostique absolue , c’est parfois voué à l’échec , la patiente ne comprenant pas l’intérêt d’une approche multifactorielle de ses douleurs : changer le mode de vie, changer l’alimentation, prendre un traitement hormonal non stop, prendre une phyto, apprendre à gérer son stress .

nodules d’endométriose

Il existe aussi des stérilités inexpliquées liées à de minuscules caillots d’endométriose du péritoine, caillots indolores mais que l’on peut brûler au laser …et redonner sa fertilité à la patiente . Avec ce test, on pourra diriger plus vite la patiente en PMA plutôt que de laisser filer les mois ….et épuiser le stock de follicules donnés à la naissance .

CONCLUSION

On a fait des progrès dans le dépistage et la prise en charge de l’endométriose qui va bientôt devenir une pathologie bénéficiant d’un 100% ALD comme le diabète

Mais il en reste encore à faire car trop de médecins disent à leurs patientes

que la douleur des règles c’est normal

que la douleur du ventre c’est dans la tête ou liée au stress

ce qui retarde une bonne prise en charge

Avec ce test que toute patiente , tout médecin, connaîtra , on pourra faire au plus vite le diagnostic d’endométriose afin de proposer une prise en charge adaptée à chacune et éviter les complications de cette pathologie bénigne mais bien invalidante

ENDOBELLY : qu’est ce que c’est ? comment cela se soigne ?

l’endo belly, c’est quoi ? C’est cette sensation de ballonnement, de ventre dur, gonflé et très inconfortable, voire douloureux, que connaissent les femmes atteintes d’endométriose. Ce phénomène se produit souvent avant ou pendant les règles, ou quelle que soit la période du mois . Il peut s’installer pour quelques heures ou pendant plusieurs jours.

Nous, Médecins, nous nommons cela « congestion pelvienne » mais endobelly, cela sonne mieux !

Le syndrome pre menstruel mais aussi l’endométriose digestive donnent ces ballonements douloureux et très inesthétiques qui font penser que l’on est enceinte alors que pas du tout .

Plusieurs théories scientifiques sont encore à l’étude pour expliquer l’endobelly, mais aucune n’est validée par les experts. 

La première serait liée à un dérèglement du microbiote (ou flore) intestinal . Notre tube digestif abrite plus d’un billion de micro-organismes, soit 2 à 10 fois plus que le nombre de cellules qui constituent notre corps. C’est cet ensemble de bactéries, virus, parasites, champignons non-pathogènes qui constitue notre flore intestinale. Ce dérèglement, ou « dysbiose » pour les scientifiques, générerait une inflammation qui pourrait être à l’origine des nombreux symptômes digestifs que connaissent les femmes atteintes d’endométriose, dont l’endo belly. 

Une autre piste serait quant à elle liée à l’inflammation du liquide ou fluide péritonéal , donc dans la zone pelvienne. Celui-ci provoquerait des gonflements au niveau du ventre.

Quelles solutions ?

 la solution n’est pas de rester toute la journée sous la couette, même si c’est parfois tentant ! Il existe quelques petits conseils ou commandements qui vous permettront de rendre la situation un peu moins pénible.

1 Automassage

Se masser le ventre avec de l’huile essentielle : camomille, sauge, romarin , huile d’argan ou encore huile d’onagre, etc., cela procure un soulagement immédiat. Attention tout de même avec les huiles essentielles : ne les appliquez jamais pures sur votre peau, elles doivent être diluées dans une huile végétale. Demandez conseil à un professionnel de santé pour le dosage, afin de prévenir tout risque d’intoxication.

2 Boire des tisanes +++

Certaines tisanes à base de mélisse, d’achillée millefeuille, les feuilles de framboisier ont un effet « décongestionnant », qui peuvent agir sur les douleurs, notamment les crampes.

3 Alimentation dite anti inflammatoire

Il existe des aliments qui enflamment notre tube digestif : le gluten , le lactose, tous les produits de l’industrie agro alimentaire et ….le sucre !

Une alimentation saine c’est

1 manger VRAI

Tout ce que votre arrière grand mère n’aurait pu consommer, ne l’achetez pas : pas de Cola, de sodas, de chips, de pâte à tartiner industrielle , de nuggets , de plats préparés

Faites votre cuisine vous même et portionnez la pour vous en servir quand vous n’aurez pas de temps de cuisiner

Utilisez les herbes aromatiques, du curcuma, de l’ail , du persil +++

2 manger DANS L ORDRE selon les enzymes secrétées tout au long de la journée

On mange à table , en prenant le temps. Bien mâcher est capital pour bien digérer. Quand on avale du pré mâché, on ballonne et on grossit car plus la digestion se fait rapidement moins on utilise de calories . Digérer ,c’est faire du sport : si c’est facile, il n’y aura pas de perte de poids, si c’est long, le corps va prendre sur la graisse viscérale pour avoir l’énergie nécessaire …et on maigrit. Attention, la digestion doit être lente mais pas difficile, d’où l’intérêt de préférer le riz sauvage très digeste aux lasagnes !

Le matin on secrète des lipases : on mange donc du gras animal : oeufs, jambon et surtout du fromage, tous les vrais fromages ( pas de fromage blanc) si possible au lait cru, bien meilleur pour notre microbiote intestinal .

Le fromage mangé le matin ( à l’heure du lever) se transforme en bon gras 12 heures plus tard pour enrober nos neurones d’une bonne couche de graisse protectrice . Le fromage mangé à midi et pire encore le soir, se transforme en gras pour le ventre .

100 gramme d’Emmental = la quantité totale de calcium qu’il nous faut pour la journée . Le fromage, mangé le matin, coupe l’appétit jusqu’à midi et empêche les pics d’insuline ( qui font grossir) .

Par ailleurs, le fromage contient du tryptophane , le précurseur de la sérotonine qui nous rend heureux . Dans le SPM , c’est important de se recharger en serotonine .

Il n’y aura pas de fabrication de cholestérol à partir du fromage ….s’il est mangé le matin !

A midi, le corps secrète des protéases : c’est donc le moment de manger de la viande, n’importe quelle viande, et sous toutes ses formes sauf trop grillée ( c’est cancérigène) que l’on va accompagner de légumes verts, légumineuses ( plus riches en oligoéléments que les pâtes et le riz) , pommes de terre ….Mais attention, pour ces moments là du cycle, il faut ménager ses intestins et donc faire attention aux légumes qui peuvent leur faire du tort . Sur Internet , vous trouverez tous les légumes qui sont bons quand on a une colopathie fonctionnelle et tous ceux qu’il faut éviter. Chaque femme sait quel légume/ légumineuse , elle digère et c’est à vous de faire votre propre menu afin d’avoir un transit intestinal le plus paisible possible. Si vous choisissez les céréales, préférez les pâtes complètes et le riz sauvage qui sont plus digestes. Les pommes de terre frites , évitez les mais bouillies , elles se digèrent bien .

A 17 heures, c’est l’heure du sucre : celui des fruits, des jus de fruits maison, du chocolat noir mais aussi des amandes et des noix

Le soir, il faut très peu manger, boire de l’eau oui mais on peut se passer de dîner afin de laisser le corps se reposer jusqu’au petit déjeuner du lendemain : c’est le jeûne intermittent qui est bénéfique à la santé des personnes diabétiques ou en surpoids.

Si vous dînez en famille, il faut privilgier le poisson, les crustacés, une viande blanche mais pas les oeufs ( trop riches) que l’on accompagnera d’une salade ou de légumes verts . Bref, il faut manger léger mais dense.

Tout au long de la journée il faut boire de l’eau plate ou des tisanes mentionnées plus haut mais pas de lait ni de sodas

Le lait est un ennemi sournois pour 80% de la population car, à moins d’avoir des ancêtres Scandinaves ou Tibétains, nous ne sommes plus capables de le digérer dès la fin de l’adolescence voire même avant pour certains. Nous ne sommes pas équipés dans notre code génétique pour digérer le lait à l’âge adulte . Nous perdons petit à petit notre lactase ce qui fait que le lait est mal digéré et enflamme nos intestins à bas bruit au début puis de façon bruyante vers la cinquantaine. Pour éviter les douleurs chroniques( endobelly, arthrose, fibromyalgie …) , l’eczéma, le psoriasis, les maladies autoimmunes , mieux vaut cesser de prendre du lait et ses dérivés ( yaourts, fromage blanc) c ‘est la base de l’alimentation dite anti inflammatoire et cela marche ! J’ai reçu de témoignage de nombre de mes patientes qui ont vu diminuer leurs douleurs d’arthrose en cessant tout lait de vache . Le fromage ne contient pas de lactose et ne peut provoquer d’inflammation intestinale.

Il va falloir diminuer drastiquement le sucre ( et le lait / yaourt qui en contiennent puisque le galactose c’est un sucre ) car le sucre a plusieurs effets pervers . D’abord , il provoque un pic de glycémie donc un pic d’insuline et l’insuline en excès , ça fait grossir . Ensuite , il fatigue car lors de l’hypoglycémie réactionnelle quelques heures après, on se sent flagada , avec des vertiges, un creux à l’estomac . Mes patientes qui mangent sans sucre par choix me disent qu’elles ne sont plus jamais fatiguées . Le sucre c’est aussi l’aliment préféré des tumeurs cancéreuses, se priver de sucre, c’est priver une petite tumeur de son aliment. Le sucre déclenche une secrétion de dopamine liée au plaisir immédiat mais il se trouve que la dopamine est un antagoniste de la sérotonine. Donc , vous vous faites plaisir sur le moment avec un gâteau mais vous ne serez pas heureuse , tandis qu’en limitant le sucre, vous laisser la place à la sérotonine, la molécule du bien être, de l’apaisement physique et mental . Mes patientes me disent toutes qu’avec une alimentation riche en fromage le matin , en viande à midi et sans sucre sauf un fruit, elles n’ont plus d’irritabilité pré menstruelle . J’ai même une patiente végétarienne qui , spontanément, accepte de manger de la viande une semaine avant ses règles car elle a remarqué qu’ainsi, elle était moins colérique, moins triste aussi : ce sont les bienfaits du tryptophane !

Le psyllium blond ou plantain des Indes est un allié : vous en trouverez au magasin bio ou chez le pharmacien . Mettez en une cuiller à café dans une compote sans sucre le soir et vous aurez un transit de rêve ce qui est capital pour éviter l’endobelly bien sûr mais aussi la constipation, les dysbioses, les hémorroïdes ….

Un grand allié bien être à connaître aussi , c’est le lithotamne : une algue rouge pleine de calcium et qui a l’immense avantage d’alcaliniser notre corps ce qui nous aide à éviter les infections urinaires et vaginales, la goutte , les crampes nocturnes , les aigreurs d’estomac . Vous en trouverez en pharamcie et dans les magasins bio et c’est sans contre indication.

4 Bouger

Le mouvement est l’une des clés, pour ne pas laisser les douleurs s’installer durablement. Et c’est pourtant bien difficile de rester mobile quand on a si mal… Privilégier un sport doux ( pilates, aquagym), un tour dans son quartier, une petite séance de yoga si on le sent, mais sans mettre trop la pression. L’important est de mobiliser son bassin en douceur, sans s’autoflageller, encore plus dans ces moments-là.

Bouger permet aux mucles de consommer des acides aminés concurrents du tryptophane : donc bouger, c’est booster sa serotonine donc booster son moral !  Sortir prendre le soleil, c’est capital pour la vitamine D mais aussi pour la lumière qui est antidépressive.

5 Gérer son stress

C’est capital ! Il existe différentes méthodes pour apprendre à gérer son stress : la sophrologie, l’hypnose avec l’autohypnose, la pratique de la méditation ( Petit Bambou vous fera découvrir ce qu’est la méditation ) mais aussi la cohérence cardiaque : c’est ce qu’il y a de plus simple à pratiquer chez soi avec l’appli Respirelax par exemple . Cinq minutes de Respirelax = 3 heures sans stress. Si vous faites de la cohérence cardiaque trois fois par jour vous passerez une journée sans stress.

Autre piste pour atténuer le stress : couper le son de la télé ! Fuyez les informations ! Aucun être humain ne peut subir le matraquage des infos en continu avec sa litanie de mauvaises nouvelles venues des quatre coins du globe sans en être affecté. Cela ne sert à rien ces infos , occupez vous de vous , de votre entourage familial et professionnel et c’est largement suffisant pour occuper l’esprit pendant toute une journée et sacrément plus utile que de supputer sur les chances d’une prochaine guerre. Occupez vous du quotidien , on verra bien de quoi demain sera fait ! L’épidémie est sur la phase descendante, le coronavirus va muter en banal virus du rhume et comme toute épidémie, elle prendra fin un jour . Donc continuez à vivre en prenant les précautions d’usage mais vivez au jour le jour pleinement

CONCLUSION

Soigner la congestion pelvienne , le SPM ou l’endométriose par une bonne hygiène de vie c’est fondamental : c’est bien plus important de commencer par l’alimentation anti inflammatoire, l’exercice physique et la gestion du stress que de se jeter sur des médicaments allopathiques ou autres

Ces trois conseils : alimentation, sport, stress sont valables pour toute personne qui veut rester en bonne santé ou toute personne qui veut la recouvrer

Ils sont valables pour toute patholgie : dépression légère, SPM, arthrose, lupus, Covid long, endométriose, fibromyalgie, diabète, surpoids ….La philosophie en est simple : ne pas stresser ni son métabolisme ni son cerveau afin de vivre paisiblement en harmonie avec son corps

THM : dernières recommandations 2021

INDICATIONS

C ‘est le traitement de première intention pour faire disparaître les bouffées de chaleur

C’est le traitement de première intention pour prévenir une ostéoporose chez une femme à risque fracturaire

Ce n’est pas un traitement pour prévenir les maladies cardiovasculaires

QUEL THM PREFERER ?

Celui avec des oestrogènes par voie transdermique ( gel ou patch) du 1 au 25 ou 31 de chaque mois du calendrier à la dose minimale efficace ( qui varie selon chaque femme) AVEC de la progesterone naturelle ( ou semi naturelle comme Duphaston) le soir au coucher par exemple Progestan 200 du 1 au 25 de chaque mois du calendrier . Aucune autre progestérone ne doit être utilisée si on veut une innocuité totale du THM.

Les femmes sans utérus peuvent n’utiliser que le gel / patch

A COMMENCER IMPERATIVEMENT AVANT 60 ANS ET LE PLUS TOT APRES LA MENOPAUSE CONFIRMEE . Jamais de THM instauré plus de 10 ans après la ménopause

PENDANT COMBIEN DE TEMPS?

Autant d’années que nécessaire pour en finir avec les bouffées ou pour maintenir une ossature en bon état .

A QUELLE POSOLOGIE : autant de doses de gel ( on peut aller jusqu’à 6 doses d’Estreva par jour ) que nécessaire, la Progesterone 200 reste fixe . A chaque femme de trouver la dose minimale efficace de gel . …ou d’utiliser un patch qui est plus fort . Les estrogènes per os ( Oromone ) sont efficaces mais ils augmentent un peu le risque d’AVC donc à ne pas privilégier si on a besoin d’un THM sur de longues années.

QUI N A PAS LE DROIT DE PRENDRE UN THM ?

La femme qui a fait un infarctus

La femme qui a fait un AVC

La femme qui a été soignée pour un K du sein

QUI PEUT PRENDRE UN THM ?

Antécédent de phlébite : autorisé

HTA contrôlée sans autre facteur de risque cardio vasculaire : autorisé

Diabète contrôlé : autorisé

Hypercholestérolémie isolée : autorisé

LE THM TRANSDERMIQUE

donne t il plus d’infarctus ? Non

plus d’AVC ? non

plus de phlébite ? non

plus de K du sein ? non

LE THM

diminue les risques de

K utérus

K colon

K pancréas

K estomac

et prévient la DMLA ( dégénérescence maculaire de la rétine, cause de cécité )

CONCLUSION

Les notices des produits que l’on utilise pour un THM sont obsolètes . Toutes les CID mentionnées seraient à revoir à la lumière des dernières données de la science …mais cela exigerait des labos de repasser par des contrôles coûteux , de représenter les produits à des commissions , bref , ce n’est pas rentable . Voilà pourquoi vous trouverez dans les notices d’Estreva des effets secondaires qui n’existent qu’avec des produits américains que nous n’utilisons plus depuis longtemps en Europe. Il serait temps aussi que les médecins de famille s’informent sur les dernières recommandations du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français publiées en 2021 afin de changer leurs habitudes de …non prescription de produits hormonaux naturels , remboursés sécu tandis que les compléments alimentaires vendus en pharmacie coûtent cher …et ne sont pas indiqués en première intention dans le traitement des bouffées de chaleur !

Le gardnerella pendant la grossesse

Il doit être traité par antibiothérapie par voie orale : Flagyl 500 1 cp matin et soir 7 jours. Pendant la grossesse, une telle infection du vagin peut provoquer un travail prématuré, une perte des eaux prématurée et donc des naissances prématurées et nécessite absolument un traitement.

On prescrit par précaution Geliofil six soirs de suite tous les mois pendant le restant de la grossesse pour éviter les récidives. Les probiotiques per os peuvent être utilisés en non stop : probiolog, maxiflore …. ils sont très utiles pour maman et bébé.

On fait le bilan complet de la vaginite par recherche de candida que l’on traitera par Beagyne, autorisé pendant la grossesse ou ovules de Monazol et par la recherche de mycoplasmes et chlamydiae que l’on traitera si nécessaire et là l’amoxycilline semble être une thérapie alternative acceptable pour le traitement des infections génitales à Chlamydia au cours de la grossesse par rapport à l’érythromycine. La clindamycine et l’azithromycine peuvent être envisagées si l’érythromycine et l’amoxycilline sont contre-indiquées ou non tolérées. Contre le mycoplasme genitallium, le seul qui importe, on prescrit

  • AZITHROMYCINE PO : 500 mg 1 fois/j le 1er jour, puis 250 mg 1 fois/j les 4 jours suivants
  • En 2e intention, JOSAMYCINE PO : 1 g 2 fois/j pendant 14 jours
  • On ne prescrit pas de Doxycline pendant une grossesse, cela jaunit les dents du bébé

CONCLUSION

La grossesse est le seul moment où je conseille les antibiotiques dans le traitement de la vaginose . En dehors de la grossesse , je m’en passe et préfère Ladyflor vaginosis en traitement immédiat et Medigyne vaginal trois fois par semaine en traitement de fond ou Trophigil même posologie si les hormones ne sont pas contre indiquées.

Covid: comment s’en protéger au mieux ?

Il existe des possibilités d’augmenter ses chances de ne pas être malade ou d’être très faiblement atteint : je vais vous donner la liste des choses à prendre ou à faire pour garder vos distances avec les agents infectieux

PORTER UN MASQUE CHIRUGICAL JETABLE

aussi souvent que nécessaire : c’est à dire dans toute situation où vous croisez une personne à moins d’un mètre Il est désormais prouvé que le port du masque chirurgical diminue la possibilité de faire une infection grave tout simplement parce que, même si on respire un peu de coronavirus, ce sera en si faible quantité que notre charge virale sera minime et donc notre immunité fera le ménage et nous serons ou porteurs asymptomatiques ou porteurs peu symptomatiques.

LAVER SES MAINS PENDANT AU MOINS 30 SECONDES PLUSIEURS FOIS PAR JOUR

si possible avec du savon de Marseille, le meilleur agent destructeur du coronavirus ou avec du liquide vaisselle . Le gel hydroalcoolique n’est là que lorque le lavage à l’eau et au savon n’est pas possible

vous savez comment vous devez vous laver les mains désormais : le dos , les paumes, les interstices entre les doigts, les pouces, les ongles

MANGER SAINEMENT

Plus votre alimentation est riche en fruits, légumes, poisson gras, huile de colza, noix , noisettes , pauvre en sucre, farines, graisses animales, meilleure sera votre immunité . le zinc est indispensable pour lutter contre le Covid : on le trouve surtout dans les huîtres, les crustacés et le foie de veau. Votre médecin peut tester vos réserves en zinc et si déficit , vous en prescrire. Le selenium est aussi capital : on le trouve dans les huîtres, le thon en conserve et la levure de bière dans laquelle se trouve aussi du zinc et de la vitamine B. Votre médecin peut doser, à vos frais, les différentes vitamines indispensables à votre santé et donenr des compléments en fonction des manques. …mais rien ne remplace une alimentation variée et équilibrée.

APPRENDRE A GERER SON STRESS

Le stress est l’ennemi de la bonne santé : faire du sport, méditer, faire du yoga, de la relaxation permet de gérer le stress

Il existe des exercices de cohérence cardiaque très faciles à pratiquer sur le net pour rester trois heures sans stress matin midi et soir

BIEN DORMIR

Il faut ne pas passer trop de temps le soir devant les écrans car leur lumière bleue diminue la mélatonine qui induit le sommeil ….et favorise notre bonne santé

Si vous avez besoin de Melatonine car vous n’arrivez pas à dormir, prenez en à 1 voire 1.9 mg mais à 21 heures et toujours en association avec escholzia , vous en trouverez chez votre pharmacien

Si vous vous endomez bien mais que vous vous réveillez souvent en pleine nuit, utilisez les plantes : escholzia, passiflore, valeriane, houblon en association : elles sont vendues sur le net par de bons laboratoires , c’est sans danger et sans accoutumance

RENFORCER SON IMMUNITE PAR DES COMPLEMENTS ALIMENTAIRES

1 vitamine C : ACEROLA 1000 de Pileje ou de Lescuyer un cp tous les matins tous les jours de froidure

2 vit D3 : 2000 UI par jour en gouttes Dedrogyl en pharmacie tous les jours sauf juillet août

3 OMEGAS 3 : de chez Pileje ou Elteans deux par jour ou Hydromega 2 par jour

4 PROBIOTIQUES : indispensables ++++++comme Lactibiane Immuno 1 par jour 3 mois, Lactibiane réference si on est sujette aux infections hivernales, Lactibien âge protect si on est âgée et fragile.

les bons bacilles tapissent la paroi de nos intestins empêchant virus et bactéries d’y pénétrer : le coronavirus passe par les intestins aussi faut il les protéger et notre nourriture moderne est trop pauvre en bons bacilles pour protéger notre système digestif . Les probiotiques de votre choix doivent être utilisés au moins 20 jours par mois

POUR LES FEMMES ENCEINTES

Excepté au troisième trimestre où l’immunité est plus faible, une femme enceinte ne risque pas plus de faire le Covid qu’une autre femme et les cas d’infection des foetus in utero sont rarrissimes.

Il faut booster son immunité naturelle en prenant des multivitamines de grossesse ainsi que des probiotiques et rajouter des omegas 3 qui seront excellents pour empêcher un possible eczéma du nourrisson : Hydravea de chez Nutrixeal est recommandé à 2 cp par jour si vous avez un terrain allergique. Il existe des omegas 3 en petites quantité dans les multivitamines de grossesse désormais

On remplace l’Acerola comprimés par des jus d’oranges frais : un chaque matin

On prend Dedrogyl 2 gouttes par jour tous les jours, c’est la vitamine D la plus efficace …et c’est cette forme qui a été testée avec succès mais à de très grandes doses pour éviter aux malades très gravement atteints d’être intubés voire de mourir alors qui peut le plus peut le moins , donc Dedrogyl tous les jours !

N’oubliez pas le fer et la vitamine B9 : ils sont indispensables à l’immunité et si vous ne supportez pas le fer en comprimés, il existe des ampoules buvables de fer en vente libre que votre pharmacien peut vous conseiller qui sont très digestes

EN CONCLUSION

Il est désormais prouvé que le port du masque chirurgical diminue la charge virale et donc évite une infection grave. Je suis persuadée qu’il est possible de se créer sa « carapace anti Covid » par des mesures de distanciation physique, de port du masque quand la distanciation physique n’est pas possible , d’hygiène renforcée et d’augmentation de notre système de défense immunitaire par tous les moyens médicaux et non médicaux que je vous ai donnés.