Les produits vaginaux locaux : lesquels et pourquoi

LES PROBIOTIQUES LOCAUX

Physioflor ou Medigyne : ils ne sont vraiment utiles que dans le soin d’une vaginose. Ils rendent parfois service dans un soin de brûlure vulvaire liée au SGUM ( sécheresse intense) . Ils ne peuvent empêcher un candida de s’installer . Attention, dans un vagin fragile, ils sont agressifs! Ce ne sont pas des produits anodins.

Trophigil ou sa copie Florgynal ( sur ordonnance) est un mélange de probiotiques et d’hormones féminines locales pour nourrir les probiotiques car , sans estrogène, un probiotique meurt dans la journée….d’où l’intérêt de Trophigil pour prévenir vaginites et cystites de la femme pre ou post ménopausée. Sa seule CID c’est K du sein personnel. Moi, je l’utilise en prévention du gardnerella même chez la femme non ménopausée car il est faiblement hormoné ….et remboursé sécu . Certaines de mes patientes ne peuvent pas régler 10 à 20 euros de gélules probiotiques.

Je n’ai pas trouvé de différence d’efficacité entre les différents probiotiques proposés par le pharmacien. Mes habitudes reviennent à Medigyne mais si le pharmacien ne l’a pas en stock , il peut en proposer un autre, je n’y vois pas d’inconvénient.

Les probiotiques vaginaux soignent le gardnerella et le préviennent si on fait des cures soit 7 jours par mois après les règles soit un jour sur 2 ou 3.

LES ACIDIFIANTS LOCAUX

Physioflor AC ou Geliofil ou Hydrabalance

Je me sers de Geliofil pour donner de la qualité au Doderlein déjà présent.

Quand le Doderlein est indiqué +++c’est mauvais signe : il est trop abondant, cela pique et brûle . Geliofil va réguler sa quantité, augmenter sa qualité et faire disparaître les brûlures . Geliofil, je l’utilise beaucoup chez la femme enceinte 7 jours par mois pour prévenir le Gardnerella.

Physioflor AC , je m’en sers comme « anti mauvaise odeur » . Dès qu’il y a odeur corporelle intime , c’est que le vagin n’est pas assez acide . Un physioflor AC et tout disparaît dans l’heure. Très utile avant et après un rapport pour éviter l’alcalinité des secrétions masculines qui diminuent nos défenses locales.

LES HYDRATANTS LOCAUX

Cicatridine , Mucogyne, Idracare, Palomacare,Replens sont des produits à base d’acide hyaluronique hyperhydratant.

Cicatridine par exemple a de multiples avantages :

Il répare, sans le faire souffrir, un vagin décapé pour des ovules agressifs ….ce que les probiotiques locaux ne peuvent pas faire sans irritation ou un vagin traumatisé par un rapport un peu trop hard ou un vagin desséché par un SGUM . Avant de mettre des ovules hormonaux ou probiotiques, il convient de s’assurer par 6 jours de Cicatridine que le vagin va accepter sans souffrir les produits qui le guérissent.

Les saignements venant col sont aussi très bien soignés par Cicatridine….s’ils ne sont pas liés à une lésion virale ou une infection bactérienne bien sûr !

Il soigne la sécheresse vaginale des femmes qui ne peuvent prendre des ovules hormonaux mais je trouve que , dans ce cas précis, Replens fait mieux.

LES PRODUITS HORMONAUX

Colpotrophine est sans danger pour les seins : c’est un produit très actif contre le SGUM et absolument indispensable à raison de cures de 10 jours d’affilé dans la Névralgie Pudendale . La NP est aggravée par Trophicrème et pas du tout soignée par Trophigil , seule Colpotrophine fonctionne .

On peut devenir allergique à Colpotrophine au bout de plusieurs années de prise alors il faut passer à Cicatridine

Trophigil est indispensable pour prévenir les cystites et le Gradnerella

Il recoule peu ce qui est confortable .

Gydrelle ou Trophicrème

Très pratique d’utilisation, très efficace dans la sécheresse banale post ménopausique , il est très puissant et peut donner des saignements utérins si on en met trop souvent. Il aggrave la NP et est CID si antécédents de K du sein ou de phlébite . A chaque femme sa posologie : tous les 2 jours, tous les 3 jours ou 1 fois par semaine. On peut alterner avec Cicatridine ou Mucogyne ou Replens.

CONCLUSION

A chaque pathologie , son produit.

Non, les probiotiques ne sont pas toujours utiles , ils peuvent même être délétères si mal utilisés mais mieux vaut un probiotique vaginal qu’un ovule anti fungique décapant ….et inutile chez la femme ménopausée ! Trop de pharmaciens délivrent du Monazol ou du Lomexin en lieu et place de Medigyne pourtant plus approprié pour traiter une brûlure dont, sans examen clinique, on ignore l’origine !

Oui l’association probiotiques / hormones marche mieux que les probiotiques seuls mais ces produits ne sont délivrés que sur ordonnance .

Oui Cicatridine ou autre produit contenant de l’acide hyaluronique est utilisable par toute femme et pour toute symptomatologie : saignements, brûlures , sécheresse intime. Si vous avez un souci perso : achetez Cicatridine , vous ne pourrez pas aggraver la situation et vous patientez 3/4 jours . Soit les symptômes s’atténuent ( très utile dans picotements, brûlures, irritations) et il est inutile de consulter soit ils persistent et c’est le moment de prendre RDV avec votre soignant.

Si vous avez de mauvaises odeurs corporelles , achetez directement un probiotique vaginal pour en faire une cure de 10 jours puis entrenez votre flore restituée par un acidifiant deux fois par semaine. Si rechutes fréquentes, il faut consulter.

Le prochain billet sera consacré aux traitements vulvaires locaux.

208 commentaires sur “Les produits vaginaux locaux : lesquels et pourquoi

  1. Bonjour miss frottis,

    Suite à une grosse infection urinaire avérée et traitée (ECBU de contrôle négatif), j’ai une grosse inflammation vulvaire (j’ai mal constamment, ça brûle et ça pique, c’est irrité) mais tests MST et infections négatif aussi. J’ai une vulvodynie depuis quelques années mais les douleurs sont très différentes de d’habitude et surtout l’inflammation ne se réduit pas malgré le temps.

    J’ai vu une dermato qui me conseille de mettre de la cortisone mais j’ai peur à cause des problèmes vulvaires et la gynéco me dit que c’est une rechute de ma vulvodynie mais vu le niveau de douleur 9/10 et la sensation d’irritation cutanée énorme, je n’y crois pas…qu’en pensez-vous ?

    Bien cordialement,
    Nany

    J’aime

    1. pourtant cela y ressemble bien nany mais cette vulvodynie a une origine différente ; peut être une dystrophie vulvaire Comme je ne peux pas vous examiner je ne peux pas vous le certifier Les dystrophies vulvaires c’est comme le syndrome de Raynaud : c’est auto immun Seul un spécialiste de la vulvodynie pourra vous prescrire le bon traitement : du laroxyl en gouttes et une préparation à base de vaseline et d’analgésique local

      J’aime

  2. Bonjour,
    J’utilise Medigyne 1j/3 depuis plusieurs mois contre des Gardnerella résistantes, mais il semblerait qu’il ne soit plus commercialisé… impossible d’en trouver dans les pharmacies en ligne et plus de mention de ce produit sur le site de Saforelle.
    Quelle solution de repli lorsque Physioflor et Trophigil donnent des démangeaisons ?
    Une cure préalable de Cicatridine pourrait-elle m’aider à mieux les supporter ?

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s