Quand ça démange : la mycose

 

 

Les démangeaisons vulvaires sont une cause fréquente de consultation.

Dans ce premier billet, je vais vous parler de la cause majeure de prurit vulvaire : la mycose vaginale.

Le candida albicans est partout dans la nature. Nous ne pouvons pas y échapper. Ce qui est anormal, ce n’est pas d’avoir du candida albicans au fond du vagin, mais d’en souffrir.

Pourquoi, tout à coup, le candida albicans nous fait-il souffrir ? Parce que nos défenses immunitaires locales sont débordées.

Comment se fait-il que nos défenses soient débordées ? Alors là, les causes sont nombreuses.

Nos défenses naturelles sont débordées quand notre système immunitaire local fait momentanément défaut en cas de :

stress

état de grossesse

prise de cortisone

fatigue thyroïdienne pas facile à dépister : les dosages sanguins des hormones thyroïdiennes sont grossiers et « loupent » des mini déficiences de cette glande dont l’action est primordiale pour nous protéger

état allergique : ce qui provoque les démangeaisons, ce n’est pas le candida mais la candidine qu’il libère : cette substance est allergisante, c’est pourquoi les personnes souffrant d’allergie (asthme, eczéma) auront des manifestations plus violentes de l’infection à candida. Parfois, la mycose n’est même pas repérée par la femme, c’est son partenaire, allergique, qui se plaint de rougeurs. La gêne du partenaire fait le diagnostic de mycose féminine car il n’existe que le candida pour donner des rougeurs sur le pénis d’un partenaire à la suite d’un rapport sexuel !

Nos défenses immunitaires sont aussi  débordées lorsque les levures se multiplient au millier en cas de :

prise d’antibiotiques : les antibiotiques tuent les mauvais microbes mais aussi les bons, notre vagin n’est plus protégé par sa flore de défense, le candida albicans devient le seul maître des lieux et prolifère

lavages trop fréquents : la mycose est la maladie de la femme propre

port de vêtements serrés ou/et en synthétique : les strings, mais aussi les maillots de bain en lycra, les caleçons, les tenues de sport

augmentation des hormones féminines : certaines patientes ont des mycoses à répétition tous les deux mois jusqu’à la pré ménopause, où les crises s’espocent quand les règles s’espacent aussi

augmentation du taux de sucre dans le sang : les patientes diabétiques sont sujettes plus que les autres aux mycoses

Il existe des « épidémies » de mycose : depuis trente ans que j’exerce, je constate qu’il y a une augmentation des consultations pour mycose par périodes de deux mois. Le candida prolifère à la saison des asperges puis à celle des fraises puis aux vacances avec les baignades puis à la saison des raisins puis lors des épisodes de grippe ou de gastro entérites (avec prise d’antibiotiques).

La mycose est-elle sexuellement transmise ? Oui et non.

Oui, vous pouvez contaminer votre partenaire qui peut faire une réaction allergique à la candidine et présenter des boutons rouges sur le sexe mais la candida n’aime pas la peau des hommes et ne reste pas chez eux : il préfère la cavité chaude et humide qu’est notre vagin.

Non, un homme ne peut pas vous transmettre du candida : le traitement d’un partenaire asymptomatique est inutile.

Oui, un rapport sexuel favorise la mycose car l’échauffement du vagin lors du rapport fait proliférer le candida préexistant et la mycose latente devient alors  symptomatique.

Comment prévenir le candida ou plutôt sa prolifération (puisque vous avez compris qu’il est naturel d’avoir du candida dans nos intestins et dans notre vagin en faible quantité) ?

L’alimentation joue un grand rôle : il faut éviter les laitages frais (yaourts, fromages blancs) et préférer le lait de soja, ne pas manger trop sucré, bien sûr.

L’habillement est aussi important : une de mes patientes qui faisait des mycoses à répétition, a cessé d’en faire du jour où elle a été contrainte par son métier de porter des jupes ! Evitez les protège-slips, ils empêchent votre peau de respirer. L’oxygène et le frais permettent à nos défenses naturelles de s’exercer.

La piscine est un facteur de mycose, non pas parce qu’il y a du candida dans l’eau, mais parce que le chlore favorise le développement de la levure et que l’on porte un maillot en fibre synthétique. Un conseil : en sortant de la piscine, lavez vous bien avec une base lavante,  séchez-vous bien et enfilez un slip en coton. Ne restez pas trop longtemps avec votre maillot si vous êtes sujette aux mycoses.

Evitez les antibiotiques et si vous êtes contrainte d’en utiliser, associez les avec six gélules d’ultralevure par jour ou demandez à votre médecin de vous prescrire de la Fungizone per os afin de débarrasser vos intestins du candida.

La pilule peut  être un facteur de mycose à répétition surtout les pilules oestroprogestatives; les pilules à la progestérone pure comme Cerazette peut rendre service en espaçant les mycoses (mais le résultat n’est pas certain).

Un DIU laissé en place trop longtemps peut garder du candida sur les fils et les traitements antifungiques sont incapables de stériliser un corps étranger. Aussi faut-il penser à changer de DIU en cas de mycoses récidivantes.

Existe-t-il un traitement préventif des mycoses ? Non, pas vraiment.

J’ai proposé à des patientes très gênées par des mycoses à répétition:

des cures de Florgynal : inutile

la pose de tampons Florgynal pendant les règles : inutile

la prise de probiotiques : inutile

Je n’ai trouvé qu’une seule solution efficace pour traiter les mycoses à répétition : un traitement antifungique de longue durée, sur six mois voire un an à base de TRIFLUCAN : 3 cp en prise unique trois fois par mois sur six mois. Ce traitement n’est pas autorisé lorsque l’on souhaite un enfant mais sinon, il est remarquablement efficace. Après six mois de traitement, on fait un break et les rechutes sont exceptionnelles, la patiente est enfin tranquille pendant plusieurs années. Si le traitement n’est pas respecté à la lettre, que la patiente oublie une fois ses comprimés, la mycose rechute et tout est à refaire. Pourquoi ce traitement au long cours est-il efficace ? Parce qu’il débarrasse les moindres recoins de notre corps du candida et que, pendant ce temps là, notre système de défense peut souffler un peu, recharger ses batteries et être opérationnel à la fin du traitement.

Le TRIFLUCAN 150 est vendu sur ordonnance et remboursé. Il existe le même produit vendu sur ordonnance et donc remboursé sous le nom de BEAGYNE que l’on prend trois fois par mois, 1 cp, pendant 6 mois. Autrefois, beagyne était non remboursé et on arrivait à s’en procurer sans ordonnance. Cela semble difficile aujourd’hui où le gouvernement a pris soin d’interdire toute vente de médicament en France par une pharmacie internet basée à l’Etranger.

Bien sûr, il faut utiliser une base lavante douce pour son hygiène intime (un lavage par un gel douche du commerce utilisé inopinément peut déclencher une mycose) mais il n’existe aucun soin d’hygiène intime qui prévient les mycoses à part, peut-être, le gel MYLEUCA : je le prescris depuis un an chez des patientes qui ont des crises fréquentes de prurit vulvaire avec de très bons retours.

Attention : l’industrie pharmaceutique n’a conçu aucun traitement nouveau contre le candida depuis des années. Nous proposons toujours les mêmes ovules depuis quinze ans : inutile de vous dire que le candida est devenu résistant à tous les ovules en vente libre ou non ! Lorsqu’on met un ovule au fond du vagin, seuls 40% des candida sont tués, notre immunité finit le travail.  La fungizone est un produit qui « marche » encore bien mais elle ne se fait pas en ovule. Alors, dans certains cas, je préconise l’apport de fungizone par voie locale en utilisant la fungizone nourrisson en pipelle à raison d’une pipelle au fond du vagin pendant 15 jours et pour certaines patientes allergiques aux ovules habituels, c’est un traitement peu commode mais remarquablement efficace.

Conclusion : le prurit vulvo vaginal mycosique est banal et sans danger, mais provoque un inconfort bien désagréable. Faire une mycose par an est presque normal mais se plaindre de mycose tous les deux mois ne l’est pas. Il faut alors, avant de prescrire le nième ovule, faire un bon diagnostic : un examen cytobactériologique vaginal avec recherche de chlamydiae peut montrer :

que votre mycose cache une infection à chlamydiae qu’il faut soigner pour éradiquer le candida

ou que votre soit disant mycose n’en est pas une !

Tous les prurits vulvaires ne sont pas des mycoses comme je vais vous l’expliquer dans mon prochain billet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

82 commentaires sur “Quand ça démange : la mycose

  1. Bonjour,

    Bonjour,
    suite à un barotraumatisme en avion, l’orl m’a prescrit 2comp de predisolone le matin du voyage en avion et gouttes de deturgilone.
    Je crains les mycoses vaginales. Y at’il un risque ? Puis je remplacer la cortisone par de l’ibuprofène ou le risque d’avoir une mycose est identique avec l’ibuprofène qu’avec la cortisone . Que me conseillez vous ?

    Merci pour vos conseils.

    J'aime

  2. Bonsoir
    Je devais commencer une nouvelle plaquette de pillule optilova ce soir hors je viens de voir que je n ai plus de plaquette pillule .je dois allez chercher pharmacie demain.comment je dois faire demain soir je commence normalement ou je saute 1 jours.?est ce que je risque quelque ainsi?

    J'aime

  3. Bonjour
    J ai 49 a un kyste 37mm.depuis vendredi indisposee.je trouve que je perds plus de sang qu avant .est ce le kyste? Avant mes regles duraient 3a 4 jours et la toujours la .est ce normale aussi long?

    J'aime

  4. Bonjour
    Pouvez vs m expliquez les resultats prise sang suite a un kyste.?
    CA 125 7,4% U/ml N<35
    HE4 46,8 PMOL/l
    AVANT MENOPAUSE N<92,1pmol/l
    Apres menaupose Nou =11,4% apres menopause >ou=29,9%
    Rique faible roma <11,4%
    Vs en pensez quoi?

    J'aime

    1. je n’en pense rien ne connaissant pas votre dossier nath ce que je peux vous dire c’est que j’ai eu une patiente qui avait les mêmes résultats que vous, je l’ai adressée au chirurgien pour retrait du kyste et aujourd’hui elle a fait une écho de contrôle ….et le kyste a disparu de lui même , elle doit annuler et l’IRM prévue et l’opération ….donc le mieux c’est d’en discuter avec votre gynécologue

      J'aime

  5. Bonjour,
    Depuis 2017 je suis embêtée par des dérèglements de la flore ou mycoses. Les traitements étaient inefficaces même sous Beagyne. Ma flore était totalement inexistante sur Pv. J’avais un gros traitement Mirena + Leeloo pour mon endométriose sinon je saignais souvent. J’ai été tranquille 2 ans avec ce traitement mais là c’était la cata. Ma nouvelle gyneco m’a fait arrêté leeloo puis Mirena. Malgré mon endométriose. L’objectif était de faire une petite pause avec probiontiques puis repartir sur Luteran 2 mois plus tard. Ça a été mieux. Tellement que je suis tombée enceinte 1 mois plus tard et Bam des Jumelles. Pendant la grossesse j’ai du prendre Gynophylus presque en continue pour pas être embêtée. Ça s’est maintenue comme ça. Tjr pas de flore de revenue. Là les filles ont 10 mois. J’ai saigné 6 mois avec Ludeal Gé, puis Leeloo puis Luteran 5 donc on a du augmenté le traitement, prendre de l’exacyl et passe à Luteran 10. Avec ça plus de saignements enfin …. mais Retour des désagréments de manière plus importante. La flore ne se refait toujours pas même si probiontiques per os et en gélule vaginale. J’ai décidé d’arrete Luteran 10 qui en plus m’extenuait. Sécheresse diverses et libido 0.
    J’en ai vraiment marre … je ne sais plus quoi faire pour refaire mon immunité. D’autant que je ne supporte pas les crèmes et ovules qui agressent. Sur conseil de ma dermato je me lave avec La Roche posay Lipikar Sundet AP+. Plusieurs pilules ne me conviennent pas, avec mon endo je suis bloquée et j’ai une suspiscion de colon irritable qui se majore sans hormone. 😦
    Avez-vous des solutions pour mon cas ?
    Je vous remercie.

    J'aime

    1. hélas aucune valentine d’autant que je ne traite pas les absences de flore je traite des symptômes bref je traite des souffrances physiques pas des résultats de labo or j’ignore quelles sont vos souffrances : brûlures ? pertes blanches ? irritations ? parce que l’on peut traiter les désagréments sans mettre aucun produit dans le vagin ….

      J'aime

  6. Le tableau est toujours le même à chaque fois : les symptômes sont des rougeurs (voir des fois un peu gonflée) au niveau interne de la vulve. Ça brûle. Ensuite, Les pertes deviennent jaunes mais pas plus abondantes je dirais même moins. Les rapports sont toujours impossibles sans lubrifiant acheté en pharmacie. J’arrivais à temporiser avec des probiontiques mais là non. C’est rarement exteriosé aux grandes lèvres ça reste à l’entree sauf actuellement malgré que j’ai pris 1cp de 150mg de Fluconazole il y a 4j et 1 de 150mg hier la muqueuse interne est beaucoup moins rouge, l’oedeme des petites lèvres est parti, les pertes ne sont plus jaunes mais elles sont blanches mais j’ai toujours des brûlures à la vulve et en externe avec quelques petites rougeurs. Je dois essayer 1 cp de 150mg tous les mois en prévention mais là c’est pas encore réglé et le traitement seul ne règle jamais totalement le problème.

    J'aime

  7. Bonjour miss frottis,
    J’ai plusieurs questions :
    1/ J’aurai voulu savoir s’il était possible d’aboutir une mycose uniquement au clitoris ?

    2/Cela fait depuis novembre 2018 que je me traîne une mycose qui refait surface la semaine précédent mes règles, que puis je faire pour l’éradiquer, sachant que je ne suis pas gênée au cours de l’autre partie de mon cycle?

    3/ j’ai la pointe du clitoris qui est sensible depuis plusieurs mois. Ça semble irrité, c’est rouge. Mais c’est vraiment très localisé. Que pensez vous que cela puisse être ? Que puis je tenter de mettre pour être soulagée ?

    Merci bcp pour votre écoute

    J'aime

    1. 1 exceptionnel
      2 beagyne un cp par semaine pendant 12 mois ou cerazette comme pilule ou régime anti candida ou femibion deux par jour 12 mois
      3 névralgie liée aux pantalons et shorts On ne peut rien faire hélas que de vivre au large dans du coton et traiter une mycose chronique ….mais pas sûr que ce soit une mycose lili hélas

      J'aime

      1. D’accord donc si cela s’avère être une névralgie, ça devrait passer être mettant des vêtements larges et en coton ?

        Est il possible que le problème sœur d’origine psychologique ?

        Merci

        J'aime

  8. bonjour,j’ai eu il y a 2 ans une mycose chronique (une dizaine de récidives pdt 8 mois) qui résistait même sous beagyne (pris plusieurs mois)
    elle a cessé en enlevant le DIU (cuivre)
    6 mois après, j’ai remis un DIU (cuivre toujours); j’ai été tranquille 1 an et là, ça recommence (3 récidives en 3 mois).
    je pense que c’est probablement de nouveau le DIU qui « conserve » le candida.
    bref, j’envisage de le faire enlever et de reprendre qq mois une pilule (en réflechissant à une ligature). je ne souhaite pas retenter la beagyne qui n’était efficace que qq jours i y a 2 ans (le DIU me recontaminait)
    vu mon parcours:
    – le retrait du DIU vous semble t’il justifié ou est ce que je suis trop radicale ?
    – n’y a t’il pas de risque à reprendre une contraception hormonale après 10 ans sans => cf risques de thrombose (j’ai 44 ans, non fumeuse)
    – quelle type de pilule convient aux personnes sensibles au candida

    J'aime

    1. 1 le retrait se justifie
      2 on peut poser un mirena ou un kyleena ou prescrire cerazette toute contraception adaptée à votre âge
      3 uniquement les progestatives comme cerazette catherine

      J'aime

  9. Bonjour Miss Frotti,

    Veuillez m’excusez d’avance pour ce long message.
    Il y a plus d’un an maintenant j’ai commencé dez mycoses récidivantes tous les mois. Ma gynéco m’a prescrit donc orofluco pendant 6 mois, je n’avais plus rien cela marchait très bien.
    A l’arrêt de nouveau une mycose (authentifiée), je continue donc orofluco pendant 6 mois mais avant la fin je rattrape une mycose sous cachet. Je change de gynéco qui me dit que cela est peut etre ma pilule et me donne optidril à la place de optilova (et j’arrête orofluco pour tester la nouvelle pilule).
    Le mois dernier j’avais donc une mycose où j’ai pris un ovule de monazol + 3 orofluco mais j’avais encore des pertes et démangeaisons jusqu’a mes règles. Rien pendant mes règles. J’entame ensuite la nouvelle pilule et bam re mycose quelques jours après la fin de mes règles.
    J’ai l’impression que plus rien ne la soigne, je suis désespérée.
    J’ai effectué tous les tests possibles avec MST, diabète, thiroide… absolument rien d’anormal. Je n’ai aucun facteur, je fais attention à tout (habits, hygiène, sucre…) mais elle revient tout le temps et quand je la traite elle met un mois à partir et revient juste après.
    J’ai l’impression que cela ne va pas s’arrêter. Est il trop tôt pour se prononcer pour la pilule que j’ai commencé il y a à peine une semaine ?
    Mon gynéco a dit que si ca revenait d’arrêter quelques mois la pilule. Cela peut il marcher ?

    Je vous remercie
    Cordialement

    J'aime

  10. Merci pour votre réponse.
    Au bout de combien de temps de prise verrai je une différence ?
    Et que me conseillez vous comme traitement efficace en attendant pour ma mycose ?

    J'aime

  11. Du coup ce sont les oestrogènes responsables vu que dans la pilule combinée il y a les deux ?
    Je vais donc essayer en espérant que cela marche après tant de traitements soient disant miracles !

    J'aime

    1. oui Olympe, voilà pourquoi même le fait d’arrêter la pilule ne servirait à rien : vous êtes devenue allergique aux oestrogènes aussi bien les vôtres que ceux d’une pilule Si échec total d’une progestative pure , alors le diagnostic est erroné : il faut voir un dermato : psoriasis, lichen, dermite séborrhéique, eczéma …. Attention aux pantalons , ils contiennent des substances nocives pour la peau très allergisantes . Il vaut mieux vivre à l’aise dans du coton pur !

      J'aime

  12. Merci encore énormément pour vos réponses
    Ces mycoses à répétition sont devenues un véritable enfer et je n’en vois plus le bout, j’avais peur d’être condamnée à vivre avec, cela me redonne de l’espoir

    J'aime

  13. Bonjour, je prends Beagyne 150mg un cp/semaine depuis 10 mois à cause de ma mycose vulvaire post-ovulatoire mensuelle (sachant que je suis sans pilule par choix personnel)…et ce mois-ci je me sens à nouveau gênée pour la première fois depuis tout ce temps. J’ai refait un prélèvement dont j’attends le résultat.
    -peut-on développer une résistance au traitement?
    -si oui, dois-je remplacer par 2 cp de Fémibion tous les jours?
    Merci Dr

    J'aime

  14. Bonsoir
    Mon mari doit prendre clamoxyl .je suis allergique à la pellicidine.si on a un rapport est que je risque quelque chose ? Une mycose ou allergie ou autre .

    J'aime

  15. Miss Frottis Bonjour,

    Je reviens vers vous car malgré les bains de bicarbonate, Geliofil et cicatridine, stabilisation de la situation pendant quelques semaines puis rechutes systématiquse après les règles et parfois en milieu de cycle, l’impression d’avoir toujours la muqueuse à vif. Démangeaisons + brulures + pertes surtout autour du clitoris avec démangeaisons ++ dans cette zone. Rdv chez une nouvelle gynécologue avec un nouveau protocole prescrit, j’attends de voir si vous le validez :

    Fluconazole 100 mg,
    1 par jour pendant 3 jours puis 1 par semaine pendant 1 mois puis 1 toutes les 2 semaines pendant 2 mois puis 1 par mois pendant 3 mois.

    Aussi une préparation chlorydrate de lidocaine 10%, vaseline blanche 40%, eau purifiée 15% et lanoline anhydrique 35%.

    Merci par avance miss frottis !

    J'aime

    1. je ne peux pas valider un traitement que je n’ai jamais prescrit de ma vie lilith . Il faut faire confiance à votre médecin et appliquer sa recette et vous nous direz si elle vous satisfait . J’espère que vous avez éliminé tous vos pantalons contenant de l’élasthane car je pense plutôt à une allergie à ce composant synthétique qu’à une mycose vulvaire puisque celle ci ne se déclenche jamais après les règles mais toujours avant ….Le tt prescrit n’est pas dangereux donc tentez le PS j’espère aussi que vous portez une cup ou alors des serviettes lavables en coton car tout autre produit pour les règles est allergisant .

      J'aime

  16. Miss Frottis jamais testé le cup toujours serviettes hygiéniques plutôt en coton … mais effectivement je rechute toujours après les règles. Je ne fais pas attention à élasthanne dans les vêtements. Même avec les culottes en coton le problème de élasthanne dans les pantalon se présente ? Je vais regarder en rentrant … Mais je suis vos conseils alors je suis le traitement prescrit il ne me semble pas lourd non plus et la recette doit être agréable.

    J'aime

    1. Les serviettes hygiéniques même en coton sont allergisantes tant qu’elles ne sont pas lavables ! Oui l’élasthane passe à travers la mince protection du slip coton d’autant que les pantalons se font moulants ce qui donne beaucoup de névralgie vulvaire Il faut penser aussi à la névralgie lorsque l’on a prurit et brûlures qui ne passent pas sous cortisone et antihistaminique …. La mycose uniquement vulvaire ne se voit sur aucun PV , mais elle donne prurit constant surtout lors des rapports Elle cède à un beagyne par semaine six mois SANS JAMAIS FAIRE PLUS D ESPACE QUE 7 JOURS ….. Les traitements avec beagyne un cp tous les 15 jours sont voués à l’échec .

      J'aime

  17. Enfin je suis sous anti histaminique tous les jours en ce moment, peut-être que si l’origine était allergique ça irait mieux en ce moment.. on cherche toujours mais c’est vrai que le candida ressort rarement sur mes PV

    J'aime

  18. Miss frottis , j’avais une sage femme qui connaît bien les pathologies vulvaires qui m’avait donné le même protocole que vous. Je vais donc réfléchir à essayer le vôtre et me renseigner également sur la névralgie. Chez moi le prurit est toujours vulvaire jamais vaginal , ça explique peut être les retours négatifs. Que faire contre la névralgie ? Je vais suivre vos conseils car ils m’ont toujours aidé. Les bains de bicarbonate que vous m’aviez conseillé m’ont soulagé pendant plusieurs mois.

    J'aime

    1. la névralgie vulvaire se traite par le respect absolu de la vulve : aucun produit antifungique , aucune crème, que des vêtements larges, de la relaxation , de l’ostéopathie , l’abandon de toute pilule aussi lilith ….et abstinence sexuelle de plusieurs semaines si la névralgie se déclenche après un rapport

      J'aime

  19. D’accord Miss Frottis si je comprends bien névralgie= vulvodynie. J ai effectivement été traitée pour ça avec cette sage femme ça avait été très efficace. Mais quand je reviens la voir elle trouve que tout est bien souple elle ne pense pas que ça vienne de ça … mais il est vrai que je pourrais reprendre les exercices seule. Je ne trouve pas que les rapports aggravent mes symptômes. Je ne sais pas trop s il faut commencer le traitement ou continuer d investiguer …

    J'aime

  20. Je peux encore attendre les résultats du dernier PV pour me décider. La vulvodynie fait elle des pertes également ? C’est vrai que j’ai déjà rencontré ce problème, nous l avions soigné avec rééducation exercices périnée et de l’huile d amande douce.

    J'aime

  21. Je ne sais pas du tout quelle direction prendre alors entre vulvodynie et la mycose récidivante. Douceur ou fluconazole long terme. En tous cas j opterai définitivement pour la cup ou protection coton lavable. Par contre je ne peux pas me permettre de me passer de contraception.

    J'aime

    1. c’est pour cela que dans le doute , j’opte toujours pour le traitement de la mycose récidivante et je fais le point avec ma patiente au bout de deux mois . Si le diagnostic est bon , les symptômes disparaissent et il faut continuer la cure comme je vous l’ai écrit . Si le diagnostic est dermite donnant une vulvodynie, le beagyne ne sera d’aucun secours et il faudra se tourner vers les soins difficiles de la vulvodynie lilith

      J'aime

  22. Ok alors je vais commencer avec le traitement fluconazole je fais 3 jours d’attaque puis une fois par semaines pendant 2 mois et je reviens vers vous, je n’espacerai pas plus d’une semaine le traitement comme vous me le conseillez. Merci beaucoup pour vos réponses

    J'aime

  23. Bonjour,

    Je viens vous demander conseil. J’ai pris 3 cachets d’orofluco chacun à trois jours d’intervalle + un ovule de monazol et ma mycose n’est toujours pas partie. J’ai peur d’avoir développer une résistance vu que je prends orofluco 1 par semaine depuis 8 mois. Je fais aller faire un prélèvement mais je n’ai pas de nouveau rdv avant 3 semaines je ne sais pas quoi faire…

    Cordialement,
    Alicia

    J'aime

    1. il faut faire votre pv directement au labo , votre généraliste fera une ordonnance rétrospective alicia , c’est fondamental de savoir si c’est une mycose ou pas du tout Tout ce qui ressemble à une mycose n’en est pas forcément une et s’automédiquer ce n’est pas bon , les ovules sont très décapants et le remède est parfois pire que le mal

      J'aime

      1. Il est vrai que je suis tellement habituée aux mycoses récidivantes que j’ai cru que s’en était encore une. J’ai réussi à avoir une ordonnance, je vais au labo demain.
        J’ai remarqué que mes pertes avaient une odeur, je ne dirais pas horrible non plus mais cela sent un peu. Je n’arriverai pas à décrire précisément. Est il possible que ce soit une vaginose bactérienne qui me donne quasi les mêmes symptômes qu’une mycose ?

        J'aime

  24. Bonjour Miss. Puis je faire un PV 4 jours après la prise d’orofluco ? S’il est écrit absence de culture cela veut il dire que je n’ai pas ou plus de mycose ou alors orofluco peut il fausser le resultat ? Merci

    J'aime

  25. Bonjour,

    Ma gynéco m’a prescrit un PV PV après une plainte de ma part de pertes assez épaisses, nombreuses et qui me démangent. Je suis sous orofluco depuis 10 mois et elle trouvait ça bizarre que ma mycose revienne pendant. Ma gynéco est en vacances et j’aurai aimé savoir si les résultats étaient normaux et si quelque chose pouvait causer cela. Toutes les cultures sont négatives (bactérienne, mycologie, mycoplasme…). Je vous mets juste le debut:
    Quelques leucocytes
    Absence d’hématies
    Quelques cellules épithéliales
    Flore présente :
    Nombreux lactobacilles
    Absence de Gardnerella vaginalis
    Absence de Vibrions anaérobies de type Mobiluncus
    Score de Nugent : 0
    Interprétation : un score entre 0 et 3 est évocateur d’une flore normale

    Bonne journée et merci

    J'aime

      1. Merci pour votre réponse. Non pas spécialement, je porte la plupart du temps des robes ou des jupes et mes pantalons ne me serrent pas. J’ai changé il n’y a pas longtemps de pilule je ne sais pas si cela peut être lie. Je suis passée à une pilule oestro progestative un peu plus dosée.

        J'aime

    1. Donc il est possible que ma nouvelle pilule soit à l’origine de pertes entraînant des demangaisons et brûlures ?
      Parce que je n’ai pas changé de lessive, pas de savon ni rien donc je ne sais pas. Existe t il d’autres causes à des pertes entraînant des irritations sans qu’il n’y ait d’infection ?

      J'aime

  26. Bonjour missfrottis,
    J’aimerai avoir votre avis. J’ai 54 ans, préménopause, pas de THS, pas de partenaire (depuis plusieurs années). Je suis sortie d’une période de règles hémorragiques où j’ai découvert les mycoses. Je fais de la dyspareunie (douleur localisée au vestibule) depuis plusieurs années. J’ai eu de grosses douleurs vulvaires et inflammation du vestibule, sans aucune perte en avril, après un tout petit cycle de 3 jours. Le PV était nickel. J’ai eu une grosse angine début avril, j’ai pris un antibiotique, mais les douleurs et le PV précédaient l’antibiotique. Puis c’est rentré seul dans l’ordre. Puis de nouveau après un petit cycle de 2 jours mi mai, les douleurs reprennent dans toute à vulve, impression de cisaillement, piqûres, brûlures en urinant, et un peu de démangeaisons, mais anecdotique. Pas de pertes. Je consulte de nouveau au bout d’une vingtaine de jours. Ma gynéco me dit que j’ai un peu de pertes et c’est tout. Le soir, je constate des pertes liquides légères jaunes. Ça tombe un vendredi, donc je me soigne comme je peux peux : gel hydratant dans le vagin et ovules Gynophyllus. Tout ce qui ressortait était de couleur jaune clair. Je ne supporte plus les crèmes hormonales et c’est un problème d’ailleurs pour l’équilibre de la flore. Je vais refaire un PV demain. La gynécologue m’a fait passer par le secrétariat, en attendant, des ovules et crème antimycosique. Je n’ai pas l’impression de faire une mycose, car dans ce cas j’ai très mal bien sûr, mais j’ai beaucoup de pertes. Je n’ai pas eu de pertes aujourd’hui. Une mycose sans pertes, c’est possible ? J’ajoute que j’ai été soulagée par Gyn Hydralin pour la toilette. J’ai envie d’attendre les résultats du PV avant de faire quoi que ce soit. Ce sera long, 8 jours ! Comment me soulager à votre avis dans l’attente des résultats ? Je précise que je prends depuis deux mois des probiotiques par voie orale en non stop. Et que j’ai fait un streptocoque B il y a 3 ans. Je vous remercie de m’avoir lue. Excusez moi si c’est un peu long…

    J'aime

      1. Merci. C’est bien ce que je me disais… Sauf si je vous apparaître entre temps les fameuses pertes sous forme de yaourt caractéristiques de la mycose.

        J'aime

  27. Dans mon prelevement j’ai eu aussi recherche de chlamydia et gono mais tout négatif.
    Dois je demander à mon gynéco de me changer de pilule ou alors je dois attendre 3 mois pour voir si ces effets disparaissent ?

    J'aime

      1. Mon gynéco m’avait justement changé de pilule à cause de mes mycoses à répétition mais bon finalement je me retrouve avec les mêmes symptômes mais sans infection. C’était la même pilule que j’avais avant mais elle était moins dosée en progestérone et œstrogènes. Je ne sais donc pas quoi faire. Je ne savais même pas qu’on pouvait devenir allergique aux œstrogènes.
        C’est horrible ca me démange vraiment mais du coup je ne peux même pas prendre de traitement pour me soulager.

        J'aime

      1. non aucun autre symptôme mathou Sachez aussi que certaines femmes en sont affligées même avec leurs estrogènes naturels et doivent attendre la ménopause pour être délivrées de ce qu’elles prennent pour des mycoses à répétition et qui ne sont que des démangeaisons hormonales

        J'aime

  28. Bonjour Docteur, j’ai 64 ans, ai pris un traitement hormonal substitutif de la ménopause pendant 10 ans, puis l’ai arrêté depuis 18 mois. Pour la sécheresse vaginale j’utilise Mucogyne deux fois par semaine et une capsule vaginale Colpotrophine une fois par semaine seulement car je crains la reprise des mycoses qui me harcelaient sous THS. Depuis quelque temps je remarque quelques saignements infimes après un rapport sexuel, sans douleur, et uniquement dans ce cas précis. Je m’en inquiète et aimerais connaître votre avis. Merci pour votre réponse.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s